Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Cahier Spécial - Shanghai

Présentation | Refuge Tianzhushan : Archiplein fait le vide (17-11-2010)

Pour le refuge Tianzhushan (province de l’Anhui, Chine), les architectes d’Archiplein ont mis en oeuvre une «philosophie de la disparition» inspirée de l’iconographie chinoise. Résultat : composé de plis et déplis en écho à la topographie, l’infrastructure touristique, en partie invisible, se fond dans son paysage. Présentation.

Développement durable | Bâtiments Publics | Divers | Béton | Bambou | Shanghai | Archiplein

Le Refuge Tianzhushan se situe dans la province de l’Anhui, dans l’environnement naturel pur et calme d’une des cinq montagnes sacrées taoïstes de Chine. Fier de cette spécificité, le gouvernement local tente de développer un réseau d’infrastructures touristiques respectueuses de ce paysage.

Pour établir la nouvelle relation entre le bâtiment et ses environs, le projet prend référence dans l’iconographie classique chinoise. Dans ce type de représentation, le bâtiment et la nature ne sont pas deux systèmes mis en concurrence mais ils représentent un tout harmonieux.

L’architecture n’est pas le sujet majeur de la composition, bien au contraire, elle reproduit en tous points la forme et les couleurs de son contexte en suivant le mouvement général du paysage.

L’implantation illustre cette philosophie de la disparition en définissant le bâtiment comme la continuité de la topographie existante et en minimisant son impact sur la montagne adjacente.

Le bâtiment se plie dans un mouvement naturel et définit une série de facettes. En accord avec la topographie, il se compose de deux niveaux. Le plan du sous-sol est connecté aux éléments naturels; il est à la fois ancré dans la roche et organisé en longueur le long du rivage. Au rez-de-chaussée, le programme se divise en deux entités. Une zone publique, connectée au sous-sol, comprend le hall d’entrée, la salle principale et l’ensemble des services. Une zone privée, localisée dans un second corps de bâtiment, abrite les dortoirs. Sur le plan de masse, seule la partie centrale du bâtiment est visible tandis que les deux autres sont entièrement recouvertes par la pente.

02(@Archiplein)_B.jpg.jpg La matérialité de l’ensemble est délibérément simple. Bambou et béton sont mis en oeuvre de manière assez brute, sachant que le processus de construction, contraint par un accès difficile au site, a un impact conséquent sur l’aspect du bâtiment. En effet, le site est perdu au sein une montagne vierge uniquement accessible par un sentier piéton. L’ensemble de la construction sera d’ailleurs réalisée par des travailleurs locaux.

Archiplein

Fiche technique

Architecte : Archiplein
Programme : maison de thé, restaurant, dortoirs.
Localisation : montagne Tianzhushan, Anhui province, Chine
Client : Gouvernement de l’Anhui
Année : 2009
Construction : décembre 2010 - 2011
Surface : 850m²
Budget : 6.000.000 RMB

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 d'Elizabeth de Portzamparc

Le Musée de la Romanité de Nîmes, événement architectural et culturel contemporain, a été inauguré le 2 juin. Une monographie sur le travail d’Elizabeth de Portzamparc a été...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Chaix & Morel et Associés

L’année 2018 fut riche en livraisons de bâtiments et en émotions ! Voir sortir de terre des projets emblématiques comme la tour SKY 56, le Village de Roland-Garros ou l’immeuble Lände 3 à Vienne est...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Gilbert Weil

AuroreLe permis de démolir était en cours.Mais “La tour prends garde de te laisser abattre“ a été entendu.[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Atelier(s) Alfonso Femia

Atelier(s) Alfonso Femia est la nouvelle dénomination de l’agence 5+1AA depuis 2017.  Les Atelier(s) Alfonso Femia développent des projets participant à la transformation des villes méditerranéennes et...[Lire la suite]

Une villa possède une relation unique, poétique avec son parc ; un dialogue fait de références visuelles et de perceptions, de relations collectives et «intimes». Notre proposition veut créer un moment de réflexion afin de permettre à la Villa Bo

Album-photos |L'année 2018 de PANARCHITECTURE

Ce sont des projets tant attendus qui sortent enfin de terre : trois maisons individuelles neuves dans le sud de la France et un Hôtel à Paris rue du Faubourg Saint Honoré.  Ce sont quelques journées en gilets jaunes...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'archi5

Encore une année riche en succès lors de concours pour archi5 année : Un collège, gymnase et salle de sport à Orléans, un lycée à Ris-Orangis, un groupe scolaire à Chennevières...[Lire la suite]