tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Actualité | Les Bains des Docks : bientôt une nouvelle facture ? (26-10-2016)

Les Bains des Docks, au Havre, sont une curiosité architecturale signée Jean Nouvel. Ce sont aussi un marronnier pour la presse locale… voire, tout simplement, un comble : la piscine inaugurée en 2008 souffrait...d'humidité ! Fermée sept mois en 2013 pour cause de travaux, l'équipement n'a, aujourd'hui, toujours pas retrouvé sa splendeur d'origine. Et pour cause, la justice tarde pour trancher la responsabilité d'un naufrage.

Bâtiments Publics | Sport | Le Havre | Jean Nouvel

La piscine du Havre ! C'est un peu Dallas… un scénario bancal et des rebonds à n'en plus finir… Le lieu n'en est pas moins sublime et il se présente, de fait, comme une étape incontournable des parcours touristiques.

Aujourd'hui, chacun peut s'y baigner sans prendre le risque de s'écorcher un orteil sur une mosaïque décollée. En 2013, alors que la piscine se révélait dans un état critique, des travaux furent entrepris pendant sept mois pour sa remise à neuf.

Durant ce chantier, les pâtes de verre ont été, pour les sols et une partie des murs, remplacées par un grès cérame de teinte plus au moins identique et dont le motif reprend la trame des petits carreaux d'origine. Le plus pratique fut privilégié au plus fidèle.

L'importante opération a, en tout et pour tout, coûté 8 millions d'euros soit près d'un tiers du prix de l'équipement, lequel, pour rappel, avait coûté en 2008, 22 millions d'euros. La douloureuse !

Pour l'heure, cette dépense a été prise en charge par la collectivité. Il ne s'agirait là que d'une avance. En effet, l'affaire, portée en justice, n'est pas close et les responsabilités n'ont pas été déterminées. Si la ville voulait ne pas renoncer des années durant à son bel équipement, il lui fallait retenir son dépit et promettre aux Havrais la plus courte interruption.

Après sept mois de travaux, la piscine a donc retrouvé un semblant d'éclat. Ceci étant dit, des bâches couvrent encore les verrières et les peintures cloquent quand elles ne s'habillent pas de légères coulures.

Sur ces points, la collectivité attend toujours le feu vert des experts. Aux Havrais, dans ce contexte, de s'inquiéter, car l'enveloppe d'ores et déjà dépensée dans la réfection des revêtements de sol ne comprend pas ces prochains travaux. Bref, les huit millions d'euros sont un minimum.

En plus de voir la facture gonfler, reste désormais à la justice, de décider… et, sur le banc des accusés, il y a foule.

Affaire à suivre !

Jean-Philippe Hugron

 

Réagir à l'article


tos2016
elzinc novembre

Portrait |Antonin Raymond, un architecte sans histoire ?

Les œillères de l’histoire orientent le regard vers des géographies familières et proches. Les ouvrages encyclopédiques sont parfois myopes dès qu’il s’agit d’aborder des objets...[Lire la suite]

Eglise Meguro à Tokyo
elzinc

Portrait |Rifat Chadirji, architecte en noir et blanc

Bagdad, aussi inconnue que méconnue. Des années de conflits armés ont détourné architectes, historiens et photographes d'une capitale moderne dont Rifat Chadirji en fut l'un des plus éminents acteurs....[Lire la suite]


elzinc novembre

Portrait |Ludwig Leo, le techno-pop berlinois

L’AA School rend hommage à Ludwig Leo, figure discrète de la scène architecturale allemande disparue en 2013. L’exposition, qui fait escale à Londres du 5 mai au 6 juin 2015, a d’ores et...[Lire la suite]