tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Exposition | Quel chantier ! (08-06-2016)

Le Pavillon polonais fait, une nouvelle fois, dans la provocation en décidant pour cette XVe biennale d'architecture de placer le «front» architectural sur le chantier lui-même. Explications de Dominika Janicka, commissaire de l'exposition.

Biennale d'Architecture de Venise | Biennale 2016 | Pologne

«Nous vivons dans une société de consommation et jamais nous ne nous interrogeons sur la manière dont les objets sont faits», affirme Dominika Janicka au Courrier de l'Architecte. La commissaire du Pavillon polonais avait donc à cœur de présenter les coulisses du bâtiment et d'appeler, autant que possible, au «fair building»... à savoir à «la construction équitable».

«Quand nous avons imaginé placer la ligne de front sur le chantier, plusieurs articles ont défrayé la chronique, notamment la controverse suscitée par les morts, au Qatar, sur le chantier du grand stade de Zaha Hadid. A mes yeux, elle n'est pas responsable comme beaucoup ont pu le laisser entendre. Toutefois, nous voulons à travers ce pavillon interroger les architectes sur leurs capacités à, non seulement, penser à l'usager final de leur réalisation mais aussi à celui qui la construit», poursuit-elle.

Sur les murs du Pavillon polonais, un schéma se révèle édifiant. Il réunit tous ceux qui ont travaillé sur un même projet ; bon nombre s'y révèle mal payés (architecte compris), méprisés, insultés... bref, mal traités.

03(@MaciejJelonek).jpg«Nous avons réalisé bon nombre d'entretiens. A notre grande surprise, nous avons noté la fierté que pouvait ressentir les ouvriers d'un chantier et, quand nous leurs avons demandé ce qu'ils souhaiteraient changer, jamais ils ne répondent de but en blanc une augmentation de salaire;ils réclament, plutôt, davantage de respect», explique-t-elle.

02(@CCBY-ND)_S.jpgPour donner plus de réalisme à ce propos, les commissaires du Pavillon polonais sont allés de chantier en chantier à travers le pays, de Varsovie à Gdansk en passant Łódź. En suivant des travailleurs – parfois illégaux – dans leur pénible quotidien, ils ont gagné leur confiance. D'échanges multiples et variés sont d'ailleurs nés plusieurs films. Les caméras, volontairement placées sur les casque de chantier de plusieurs travailleurs officiant à différent stade de la construction, offre ainsi une vision inédite de l'architecture telle qu'elle se fabrique.

In fine, ce Pavillon sonne comme un rappel à l'ordre. Plus encore, il tente de revaloriser des métiers parfois menacés par le développement des majors de la construction : «Il n'y a pas d'école pour apprendre l'art de bâtir. Tout se transmet de génération en génération», explique Dominika Janicka. De plus, l'anamour pour ces métiers difficiles engage dans les années à venir une perte indéniable de savoir-faire. La Pologne tire donc la sonnette d'alarme !

Jean-Philippe Hugron

04(@MaciejJelonek).jpg

Réagir à l'article


tos2016
elzinc

Portrait |L'architecture en Barani-rama

Pour capter une architecture vécue, mais aussi des paysages habités, Christian Barani part «à la dérive». Sa relation avec l'art de bâtir est toutefois récente. Son frère, Marc Barani,...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Poy Gum Lee, des gratte-pagodes de New York à Shanghai

Tuiles vernissées sur gratte-ciel Art déco… un bien étrange syncrétisme visible, entre autres, à Shanghai. Mais quelle ville n’a pas eu la tentation d’adopter la modernité et de la...[Lire la suite]


elzinc novembre

Portrait |André Ravéreau par le détail

La disparition d'André Ravéreau le 12 octobre dernier ne signifie pas pour autant la dissolution de son enseignement. L'hommage invite aujourd'hui à la relecture immédiate de son œuvre ; l'exercice pertinent...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Poy Gum Lee, des gratte-pagodes de New York à Shanghai

Tuiles vernissées sur gratte-ciel Art déco… un bien étrange syncrétisme visible, entre autres, à Shanghai. Mais quelle ville n’a pas eu la tentation d’adopter la modernité et de la...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Pour ne plus avoir d'a priori, schneider+schumacher

L'architecture allemande est particulièrement méconnue depuis «l'autre côté du Rhin». Elle se résume bien souvent à l'austère image d'une rigueur ascétique, à un art...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |L'architecture en Barani-rama

Pour capter une architecture vécue, mais aussi des paysages habités, Christian Barani part «à la dérive». Sa relation avec l'art de bâtir est toutefois récente. Son frère, Marc Barani,...[Lire la suite]