Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Actualité | Du Chipperfield et des migrants (16-09-2015)

Le célèbre Britannique serait-il devenu la nouvelle Mère Teresa de l’architecture à coup de tubes en carton et d’étudiants exploités ? A priori non. Tout est question de hasard et de gabegie. A Valence, en Espagne, l’édifice «Veles e Vents» conçu par David Chipperfield pour servir d’emblème à l’America’s Cup et ayant coûté la bagatelle de 155 millions d’euros est, depuis l’événement nautique, quasi abandonné. La mairie lui envisage désormais un nouvel avenir.

Espagne | David Chipperfield

Dans une quête effrénée d’événements planétaires, l’Espagne a lancé de grands travaux, aujourd’hui symboles d’un gaspillage sans nom. Dans ce contexte, Valence a, en 2007 et 2010, accueilli l’America’s Cup, la plus prestigieuse compétition nautique au monde. Pour bien faire, la ville a entrepris d’importants projets dont la construction du centre «Veles e Vents» dont les plans ont été confiés à David Chipperfield.

Les lignes sobres et efficaces de l’architecte britannique ont servi l’image de la compétition. Aujourd’hui, le quotidien espagnol El Mundo revient dans l’édition du 8 septembre 2015 sur un bâtiment «fantôme» symbole de «la Valence opulente de Rita Barberá», maire (Parti Populaire, PP) de la ville de 1991 à 2015.

Inma Lidón, journaliste, rapporte, dans cet article, le coût original de la construction : 155 millions d’euros mais aussi les malfaçons qui ont amené David Chipperfield à dénoncer «un travail de cochon».

El Mundo évoque aussi «la difficile rentabilité» de l’opération. Vide, le bâtiment a été proposé à la location pour salons, rencontres et événements. Pour le troisième niveau : 6000 euros par jour. Pour l’ensemble du bâtiment : 10.500 euros. Aujourd’hui, faute d’occupants réguliers, il serait question de 30.000 euros par mois, «un chiffre bien en dessous des prétentions affichées il y a quelques années».

02(@Manel).jpgJoan Ribó, nouveau maire, fraichement élu en juin 2015 et issu d’une coalition répondant au nom de «compromís» réunissant écologistes et nationalistes de gauche, a, quant à lui, une autre idée.

Le titre local Valencia Noticias rapporte, dans son édition du 9 septembre 2015, les déclarations suivantes : «Nous voulons précisément utiliser ce bâtiment emblématique pour montrer que la solidarité du peuple valencien est très importante pour nous. Il nous parait significatif que Veles e Vents soit utilisé dans le cadre d’un élan de solidarité», a indiqué le nouvel édile.

«Nous voulons dédier cette construction symbolique à l’accueil des personnes déplacées», a-t-il ajouté. Aux craintes d’une part de la population de voir l’un des monuments de la ville transformé en centre d’hébergement pour migrants, le maire a répondu «qu’il ne s’agit pas d’installer là des réfugiés mais tout simplement de les recevoir pour les organiser (sic)». El País résume ainsi l’ambition : «Ribó propose un centre de distribution».

Ceci étant dit, la générosité, autant que l’accueil à coup de nounours et de gâteaux au chocolat dans les gares allemandes, est bel et bien circonscrite dans le temps. Ce n’est alors qu’une question de «quelques mois» seulement avant que Veles e Vents trouve un locataire. Economie oblige.

Le maire répète alors à l’envi qu’il s’agit là, bel et bien, d’un symbole. Plus que social, il pourrait être avant tout politique puisque l’équipement conçu par David Chipperfield porte en lui l’image de «l’indéboulonnable» adversaire Rita Barberá. Une revanche.

Bref, de la représentation et de la communication, des réfugiés comme autant de faire-valoir politique, l’Europe se goberge d’images plus que de véritables solutions.

Jean-Philippe Hugron

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Gilbert Weil

AuroreLe permis de démolir était en cours.Mais “La tour prends garde de te laisser abattre“ a été entendu.[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de NOMADE architectes

Riche actualité pour l’agence NOMADE architectes cette année ! 2018 est ponctuée par les livraisons de programmes variés dont 36 logements collectifs à Caen (14), l’Hôtel de Ville à...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Brenac & Gonzalez & Associés

L'atelier d'architecture Brenac & Gonzalez & Associés a livré, au cours de l’année écoulée, une série de bâtiments aux programmes variés. Notamment, plusieurs immeubles de bureaux...[Lire la suite]