Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Ecole flottante, Makoko, Lagos, NigeriaEcole flottante, Makoko, Lagos, Nigeria

Pays-Bas | Le mystère Iwan Baan (18-02-2015)

En voilà une Success Story ! Iwan Baan est souvent considéré comme la «rock star de la photographie d’architecture». Son nom, pour un francophone, ne laisse rien présager ni de son sexe, ni de son âge, ni de son origine. Une Coréenne ? Non, un Néerlandais ! Peut-être, est-il, à 40 ans, davantage citoyen du monde. Il avoue ne pas être rentré chez lui depuis plusieurs années et passer 365 jours par an à l’hôtel.  

Photographes | Pays-Bas | Iwan Baan

Une exposition itinérante consacrée au célèbre photographe, conçue pour le MARTa Herford (et présentée initialement du 8 décembre 2013 au 30 mars 2014) sera accueillie, à partir du 21 février et jusqu'au 14 juin 2015 au Deutsches ArchitekturMuseum (DAM) de Francfort ; elle retrace le parcours de l'artiste à travers 52 villes, 52 semaines durant.

Suite à l'exposition initiale, Iwan Baan a fait l’objet, en 2014, de la plus grande curiosité de la part des médias généralistes et spécialisés. Il est la star qui met en scène les starchitectes : Zaha Hadid, Herzog et de Meuron, Sanaa... Bref, sur papier glacé des projets photogéniques.

A Venise, en 2012, était présenté un autre aspect plus intéressant de son travail : la Torre David à Caracas, le plus haut gratte-ciel de la ville transformé en bidonville vertical. Le sujet n’était plus lisse et fluide mais bel et bien vivant et habité pour ne pas dire pauvre et crasseux. Plus qu’une représentation acidulée, le photographe livrait un témoignage.

Un article du Wall Street Journal daté du 3 avril 2014 et signé Fred A. Bernstein tente d’éclaircir les clés de ce succès. Il y aurait d’abord une marque de fabrique : l’hélicoptère ! Le journaliste n’hésite alors pas à commencer son papier par sa rencontre avec le photographe à l’aéroport de Mexico. Appareil en main, Iwan Baan s’apprête à embarquer pour capturer depuis les airs l’un des derniers projets de David Chipperfield, le Museo Jumex. Les villes vues depuis le ciel ont toujours fasciné ; Iwan Baan a su jouer de cet attrait collectif.

03(@IwanBaan)_S.jpg«Baan trouve aussi du temps pour documenter les jeunes architectes encore méconnus, comme, par exemple, Tatiana Bilbao au Mexique, Mass Design Group, une agence de Boston qui travaille bénévolement en Afrique ; Kunlé Adeyemi, un architecte nigérian basé à Amsterdam ou encore le bureau tokyoïte de Junya Ishigami», précise le journaliste. 

Qui de l’oeuf ou la poule ? L’image assure toutefois une belle publicité à l’architecture.

Ceci étant dit, Iwan Baan affirmait, lors d’un entretien à Architectural Review publié le 14 mars 2014, «suivre ses propres intérêts». 

Parmi eux, l’architecture vernaculaire. «La plupart des gens me connaissent à travers mes travaux de commande. Je m’intéresse pourtant à un large éventail de ce que l’homme peut construire pour y vivre», assurait-il alors.

Toutefois, les techniques, selon ses dires, sont identiques que ce soit pour capturer un opéra de Zaha Hadid ou une maison auto-construite. Qu’il pleuve ou qu’il vente, une architecture est grande quel que soit le climat, dit-il. La quête de l’image parfaite ne serait pas la sienne.

«Pas de filtre !», avait-il lui-même écrit dans un «essai photographique» de seize pages dans le magazine américain Cultured présentant la fondation Vuitton et le Biomuseo de Frank Gehry, ou encore le pavillon de la Serpentine Gallery conçu par Smiljan Radic comme ses «bâtiments de l’année».

02(@IwanBaan)_S.jpg«Je n’aime pas m’assoir derrière un écran d’ordinateur ; aussi, j’essaye de réaliser la bonne photographie du premier coup», dit-il. Au mieux, Photoshop n’est là que pour ajuster quelques contrastes.

Il aurait pu être au fait de ces logiciels tant il est présenté par le Wall Street Journal comme un homme fan de gadgets, une manie sinon un contrepied à son éducation. «Son père, chantre du mouvement anthroposophiste, avait banni l’électronique de la maison», précise le quotidien.

Il ne serait d’ailleurs, après ses études à l’Académie Royal des Arts, pas plus architecte que photographe d’architecture, dit-il. Photographe est, sans doute, l’étiquette qu’il préférerait, si encore il fallait lui en attribuer une.

Notoriété acquise, il a désormais le libre choix de ses sujets. L’intuition le guide autant que le plaisir à voir une architecture habitée et appréciée. Toujours est-il qu’un voyage en hélicoptère ne suffit certainement pas à une réputation.

04(@IwanBaan)_S.jpgIl y eut, en 2005, une rencontre importante, fruit du hasard et de l’audace. «Il a appris qu’un ami travaillait avec Rem Koolhaas sur un projet d’exposition sur l’Union Européenne. Iwan Baan a écrit une proposition pour une version en ligne de l’événement», explique Fred A. Bernstein.

Les deux compatriotes se sont rencontrés en agence ; une expérience qui amena Iwan Baan sur le chemin de l’architecture. Il a alors été embauché pour suivre le chantier de CCTV à Pékin. Il a profité de ce voyage pour saisir sur le vif le nid d’oiseau de Herzog et de Meuron ainsi qu'un ensemble résidentiel de Steven Holl. «Il s’est très vite rendu indispensable pour ces trois agences», précise le journaliste.

05(@IwanBaan)_S.jpgLa renommée était faite. Sans doute le premier contact chez l’OMA fut-il des meilleurs pour avoir été aussi vite introduit auprès du maître batave.

Aujourd’hui, avec son EOS-1D X, il traverse le monde. En hélicoptère, peut-être cherche-t-il l’oeil de Dieu.

Les starchitectes bénissent, quant à eux, l’oeil d’Iwan Baan.

Jean-Philippe Hugron

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Perraudin Architecte

La France, la Suisse, le Liban et le Sénégal furent des lieux de développement et de recherches sur la sobriété constructive. La terre non stabilisée a été éprouvée par les...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Pierre-Alain Dupraz

Après une riche année 2017, notamment avec les 1ers prix obtenus pour deux concours majeurs sur Genève que sont l’aménagement de la rade et la réalisation de la Cité de la musique, ce dernier en...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 d'Avenier&Cornejo

2018, année de l’engagement… pour l’environnement…la société… et l’Architecture a son rôle à jouer. Alors nous avons communiqué… exposition à New York sur...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Jean-Pierre Lott

2018 a été une année « sudiste » qui a vu l’achèvement de deux projets monégasques, le Stella et les Cigognes, le démarrage de la Villa Troglodyte toujours à Monaco. Mais aussi 2...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de B/NT

A Paris, à Vienne, à Toulouse...et même à Versailles. [Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'AZC

L’équipe AZC vous souhaite à tous, Une Bonne Année 2019 ![Lire la suite]