tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Inde | Ca plane pour SOM ! (04-02-2015)

«890 millions de dollars» pour un édifice «culturellement significatif». Le magazine anglophone Sourceable, spécialiste des questions industrielles, ne tarit pas d'éloges quant au nouvel aéroport livré en janvier 2014 par SOM à Mumbai. L'agence a pourtant à son actif vingt-deux plateformes relativement impersonnelles mais celle-ci s'émancipe des standards esthétiques internationaux pour adopter quelques contours adaptés à la culture locale.

Transport et ouvrages d'art | Béton | Mumbai | Skidmore, Owings & Merrill LLP (SOM)

L'architecture aéroportuaire incarne sans doute le mieux le style international dans sa splendeur, dépersonnalisé et inexpressif. Cette lacune ferait de ces constructions fonctionnelles et interchangeables des «non-lieux» quand bien même le mot serait galvaudé au grand dam de son auteur.

L'arrivée de puissances émergentes dans le concert des nations a entrainé la commande aux plus grandes «firms» architecturales du monde - généralement anglo-saxonnes - des équipements aux proportions monumentales pour satisfaire un besoin de reconnaissance globale.

En forme d'avion, de dragons ou de quelques chimères, nombreux sont les terminaux à emprunter une symbolique formelle à peine perceptible depuis le hublot d'un avion quelques secondes après le décollage.

Pour le voyageur, l'expérience est la même : comptoirs, couloirs et salles d'attente aseptisés ; un monde propre et sain, confortable, loin de toute violence.

Dans ce registre, rares sont les opérations à se distinguer. Madrid-Barajas a vraisemblablement été un coup de maître joué par Richard Rogers. Voilà un aéroport identifiable pour qui le pratique.

02(@SOM)_S.jpgResté curieusement peu médiatisé, le nouveau terminal de l'aéroport de Mumbai pourrait s'inscrire dans cette même logique.

Les concepteurs de l'agence SOM - réputée pourtant pour son architecture 'corporate' - ont réalisé un édifice remarquable à même de suggérer l'identité du lieu par une immense «canopée» de béton «inspirée par la forme des pavillons traditionnels indiens», selon leurs dires.

03(@SOM)_B.jpgEt pour cause, la maîtrise d'ouvrage, emmenée par Sanjay Reddy, «voulait quelque chose d''indien' qui puisse accueillir dans un espace limité le double de passagers. Prenant conscience que les architectes de SOM n'avaient qu'une faible connaissance de l'Inde, de son architecture et de ses constructions, Sanjay Reddy et sa femme leur ont servi de guides pendant un voyage de quinze jours à travers le pays», rappelle Anirban Chowdhury dans l'édition du 6 janvier 2014 du quotidien local The Economic Times.

Etaient de la partie le commissaire d'expositions Rajeev Sethi et le couturier Sandeep Khosla, «amis proches de Reddy». Ces deux semaines à travers le sous-continent indien ont donné lieu à «un furieux brainstorming» et à sept années de conception et réalisation d'un projet «complexe».

SOM reconnaît bel et bien que «l'expérience des aéroports est dépourvue d'imagination». «Les terminaux aéroportuaires célèbrent en général une nouvelle identité globale et high-tech que des villes - dont fait partie Mumbai - cherchent à présenter. La structure que nous avons conçue a volontairement été imprégnée d'éléments faisant écho à l'histoire et à la culture locales», disent-ils. La bonne opinion en France crierait con-tex-tuel !

04(@SOM).jpgLe tout a été dimensionné pour accueillir les traditionnelles cérémonies de départ et d'arrivée - le privilège de quelques voyageurs -. Des motifs régionaux ont été repris et intégrés «à toutes les échelles» : du plus petit élément aux voûtes qui réinterprètent les jalis, ces dentelles de pierre typique de l'architecture musulmane qui habillent de larges ouvertures et filtrent la lumière.

Le vocabulaire est expressif et la matérialité simple. Alors, Mumbai, premier aéroport adapté ?

Jean-Philippe Hugron

Réactions

pavakl | architectepeutetre | idf | 05-02-2015 à 10:09:00

Brillant article car brillante revue pleine de vitamine et de lumière intérieure, ne pas oublier CDG airport et son camembert même si indigeste, TWA terminal à JFK, Gatwick, Osaka en terme d'identification réussie ou moins réussie. Votre revue mériterait une version anglaise et une surface internationale car votre pertinence parfois impertinente fait du bien. je répète: de la vitamine, Bravo et Bonne journée,
pierre a varreon

Réagir à l'article


tos2016
elzinc novembre

Portrait |Carl Fredrik Svenstedt, Swedish connection

Parisien, Suédois, formé aux Etats-Unis, ayant grandi au Canada, Carl Fredrik Svenstedt est un étrange hybride culturel. Architecte, il joue, derrière une apparence sage, des contradictions. Un goût pour la...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Bartolo Villemard, les pilotes de la métamorphose

L’image, l’objet, la forme, le contexte… autant de tartes à la crème ! Eric Bartolo et Jérôme Villemard en sont pleinement conscients. Toutefois, le duo se refuse de participer au jeu des mots...[Lire la suite]


elzinc

Portrait |Porro-de la Noue, à la poursuite du conte

L’histoire continue. Un univers de vitraux, d’oiseaux, d’ogives, de seins et de tétons. L’exubérance n’a d’égal que la dignité qu’offre l’architecture à ses usagers....[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Rifat Chadirji, architecte en noir et blanc

Bagdad, aussi inconnue que méconnue. Des années de conflits armés ont détourné architectes, historiens et photographes d'une capitale moderne dont Rifat Chadirji en fut l'un des plus éminents acteurs....[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Bruno Rollet, des nouvelles du front ?

Les conditions difficiles d’exercice du métier d’architecte ou encore la réduction des prérogatives d’une profession amènent de nouvelles pratiques. Dans ce contexte, l’angle d’attaque social...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Loci Anima, de la discrétisation au cabinet de curiosités

Connaissez-vous seulement les post-it solaires ou encore les façades-gouttières ? Il n'y a, chez Loci Anima, pas un projet sans une nouvelle expression. Alors, pour Françoise Raynaud, sa fondatrice, le bonheur paraît...[Lire la suite]