Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Présentation | A contre-courant, Bernard Desmoulin, saveur myrtille-citron (10-12-2014)

Ouvert en septembre 2014, le Conservatoire du XIIe arrondissement de Paris présente une architecture d'autant plus étonnante une fois considéré son auteur. A contre-courant, Bernard Desmoulin s'est en effet livré à un exercice inhabituel où la forme et la couleur ont été mises en avant afin de créer un lieu. «Aller à l'encontre de mes prédispositions est une démarche que je m'impose», confie l'homme de l'art.

Culture | Bâtiments Publics | 75012 | Bernard Desmoulin

La facilité serait de se répéter éternellement, d'un projet à l'autre, et de vendre un produit qu'il faudrait quelque peu adapter à un environnement pour pouvoir se prévaloir, dans un communiqué, de l'adjectif 'contextuel'. Bernard Desmoulin s'y refuse totalement. Pire, il pousse l'exercice jusqu'à contrarier ses sobres élans.

«Ce sont les lieux qui font les projets», dit-il. L'esprit est alors vide de tout déterminisme et la main, libre de toute écriture. La feuille est résolument blanche. D'autant plus vierge qu'il s'agit d'une ZAC sur les franges de la capitale.

L'environnement n'en est pas moins désert. A proximité, quelques lignes de chemin de fer et, en limite de parcelle, un foyer des années 70. En somme, «une partie triste de Paris».

En guise de réponse, Bernard Desmoulin a souhaité donner forme à «un bonbon acidulé» saveur myrtille-citron. «Il fallait à cet endroit une architecture optimiste et joyeuse», lance-t-il. Bling-bling ? «Presque !». Il y a de l''or' sur les façades.

03(@MichelDenance)_S.jpg«Il fallait un flacon de parfum, un mouvement et une couleur», reprend-il. Le nuancier de l'agence était jusqu'à présent modéré. Une première donc.

A mesure des mots, l'homme de l'art semble esquisser un objet. Il récuse, préférant dessiner les contours d'un «lieu». «Le vide prolonge la place et crée un parvis protégé», résume-t-il.

En lieu d'ériger une construction au droit de la parcelle, il préfère jouer des courbes pour étendre l'espace public jusqu'en son coeur. «Le conservatoire n'est pas un projet en conquête mais en retrait», souligne-t-il.

La discrétion de Bernard Desmoulin empiète sur son architecture. Ici, aussi colorée et déhanchée soit-elle, elle n'en demeure pas moins mesurée. Ceci étant écrit, il ne se lasse pas d'être surpris de son audace.

Alors, à contre-courant ? L'excès est insignifiant et la trop grande sobriété peut parfois conduire à l'anorexie, explique-t-il. Tout est alors question d'équilibre. «J'aime le contrôle formel mais, en certaines occasions, il peut être inadapté. La ville nécessite parfois des points forts», poursuit-il.

02(@MichelDenance)_S.jpgSi lors de la conception, rose, rouge, orange ont pu être un instant envisagés, les couleurs retenues - trois nuances de bleu, de l'indigo au bleu nuit - restent assez «sobres».

La teinte ne suffisait toutefois pas à signaler l'édifice dans son environnement. Encore fallait-il travailler la matière. «Nous avons choisi des panneaux de céramique dans l'idée de faire quelque chose de durable», dit-il.

Dans l'imaginaire de l'architecte, un immeuble de la rue du Chevaleret, rive gauche, dans le XIIIe arrondissement. «J'habitais dans cette rue et passait devant chaque jour. Trente ans plus tard, j'y suis retourné voyant que rien n'avait changé», explique-t-il. La démonstration est ainsi faite.

Un jeu de facettes a également été conçu pour donner encore plus d'aspérités à la façade. «La résolution géométrique» de cet assemblage est une manière de «contredire la courbe».

04(@MichelDenance)_S.jpgBref, l'enjeu était de retrouver un nouvel usage pour un matériau délaissé et d'en concevoir une mise en oeuvre dans des proportions encore inédites pour ne pas entrer dans l'anodine citation. «J'aime l'idée d'innovation non pas dans la forme mais dans la matière», dit-il.

Autre élément de surprise, en face du corps principal du bâtiment, un édifice à la volumétrie anguleuse contraste avec l'ensemble. Ses atours dorés «donne une autre expression» au projet. Un jeu de reflets brouille les pistes. La nuit, à peine éclairé par les lampadaires, le conservatoire participe du mystère de la rue.

Ainsi, que ce soit la courbe, la couleur, le doré ou la céramique, tout était nouveau pour Bernard Desmoulin. «Ce site m'a véritablement offert une expérience inhabituelle», convient-il.

Le changement aura été radical certes, mais au vue de l'actualité de l'agence, restera vraisemblablement ponctuel.

Jean-Philippe Hugron

 

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 d'Avenier&Cornejo

2018, année de l’engagement… pour l’environnement…la société… et l’Architecture a son rôle à jouer. Alors nous avons communiqué… exposition à New York sur...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Atelier du Pont

En 2018, Atelier du Pont a gagné des concours et suivi de nombreux chantiers, à Paris, à Tours mais aussi à Londres ou à Minorque. L’agence a voyagé. A Mayotte pour un concours et aux Pays-Bas, avec...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Parc Architectes

Cette année Parc Architectes traverse les frontières et les océans avec le démarrage des études pour le Centre culturel de la Polynésie française à Tahiti et sa sélection au concours...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Lina Ghotmeh - Architecture

Lina Ghotmeh — Architecture affirme sa quête vers un avenir juste et durable. L'agence franco-libanaise dessine son architecture par un regard écologique et historique comme en témoignent cette année le programme de...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Randja

La jolie expérience que nous vivons actuellement sur notre chantier de la maison du technopôle à Saint-Lô illumine notre année 2018. La phase de construction nous procure du plaisir et une satisfaction savoureuse....[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Atelier(s) Alfonso Femia

Atelier(s) Alfonso Femia est la nouvelle dénomination de l’agence 5+1AA depuis 2017.  Les Atelier(s) Alfonso Femia développent des projets participant à la transformation des villes méditerranéennes et...[Lire la suite]

Une villa possède une relation unique, poétique avec son parc ; un dialogue fait de références visuelles et de perceptions, de relations collectives et «intimes». Notre proposition veut créer un moment de réflexion afin de permettre à la Villa Bo