tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Visite | Dock dock ?! Philippe Dubus répond (03-09-2014)

Au Havre, Philippe Dubus a livré, en novembre 2013, dans le quartier des Docks, un ensemble de soixante-cinq logements en accession. A la logique du privé, l'architecte répond par une variété de typologies. A chacun sa «façon d'habiter». Reste le parti formel. Une volonté d'exister ? Une réponse à un parti pris architectural.  

Logement collectif | Le Havre | Philippe Dubus Architectes

C'était pourtant l'été, non ? Le ciel était, ce jour de juillet, désespérément gris, voire menaçant. Depuis la gare du Havre, le trajet jusqu'à l'opération 'Côté Docks' oblige la traversée d'une ancienne darse, le bassin Vatine, et le passage devant les mornes Bains des Docks. Au-delà, les reflets métallisés et chatoyants de l'immeuble de logements contrastent avec un environnement des plus ternes.

«J'ai de plus en plus l'impression que je réduis le nombre de matériaux», lance Philippe Dubus. La fleur de l'âge ? Plus de sérénité voire un choc de simplification ? «Les projets doivent être lisibles», assure-t-il. La multiplication des aspérités est un écueil.

02(@SergioGrazia)_B.jpgIl y a, au Havre, un air de Boulogne-Billancourt. L'architecte, sur les bords de la Manche autant que sur les rives de Seine, a livré deux opérations au vocabulaire similaire. Question de permanence certes mais aussi l'air du temps. «Nous sommes dans une histoire d'agence», répond l'architecte.

Le métal, un leitmotiv ? «J'en reviens», concède l'homme de l'art. «La mise en oeuvre et les problématiques d'assemblage m'intéressent davantage. Ici, au Havre, le choix était principalement lié à la thermique», dit-il.

En lieu et place d'un secteur autrefois couvert d'entrepôts, le site accueille désormais de nouvelles fonctions plus urbaines. Bruno Fortier, en charge du plan masse, a précisé ses intentions dans un cahier des charges à destination des maîtres d'oeuvre. «Notre parti architectural est directement lié aux prescriptions de Bruno Fortier, notamment sur la relation du lourd et du léger», précise l'architecte.

Sur papier, l'usage de la brique est préconisé. «Je n'en voyais pas la pertinence», soutient Philippe Dubus. «Nous avons compris que nous pouvions disposer d'une certaine liberté dès lors que nous réalisions un coeur d'îlot généreux», dit-il.

03(@SergioGrazia)_B.jpgPour répondre à la dialectique proposée par Bruno Fortier, le dessin oppose un socle au corps principal du bâtiment, le béton brut au métal.

L'opération mêle les typologies sur quatre bâtiments distincts. «Maisons de ville, maisons superposées et collectifs s'agrègent sur trois strates visuellement décalées», souligne-t-il.

L'opération se déhanche, propose quelques porte-à-faux. Une danse du ventre formaliste ? L'architecte s'y refuse. L'ambition est à la diversité des typologies d'appartements et à la recherche des vues. «Je veux proposer différentes façons d'habiter», dit-il. La volumétrie est un résultat et non un pré-requis.

«La morphologie est handicapante notamment si le bâtiment n'est pas épais», indique l'architecte. La compacité est de mise.

D'aucuns peuvent s'étonner de la qualité des espaces dans le cadre d'une opération de logements en accession. Voilà qui est trop rare pour ne pas être souligné. Les appartements, vastes, proposent pour certains jusqu'à deux terrasses. Philippe Dubus s'inscrit en faux contre l'idée «que les ouvertures coûtent cher».

Bref, au Havre, la quasi parfaite harmonie entre architecte et promoteur. Une leçon ?

Jean-Philippe Hugron

04(@SergioGrazia).jpgFiche technique

Programme : 65 logements en accession
Lieu : Le Havre
Maître d'ouvrage : SCCV coté docks-Nacarat
Urbaniste ville : Bruno Fortier
Maître d'oeuvre : Philippe Dubus Architecte
Surface : 4.745m² SHON
Budget : 6,7M euros HT
Livraison : novembre 2013
Label : BBC

Réagir à l'article


tos2016

elzinc

Portrait |La maquette sans Chichi ? Impensable!

Chichi. Antonio Chichi. Prononcez Kiki. Italien. Plus exactement Romain. Né dans le quartier de San Lorenzo, de parents pauvres. Rien ne le prédestinait à la célébrité si ce n'est son talent. Son oeuvre est...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Chen Kuen Lee, après Scharoun

Voilà une carrière qui force la curiosité. En 1931, Chen Kuen Lee quitte la Chine pour rejoindre l’Allemagne. Il y étudie l’architecture et travaille aux côtés de Hans Poelzig et Hans Scharoun. Il...[Lire la suite]


elzinc

Portrait |Bartolo Villemard, les pilotes de la métamorphose

L’image, l’objet, la forme, le contexte… autant de tartes à la crème ! Eric Bartolo et Jérôme Villemard en sont pleinement conscients. Toutefois, le duo se refuse de participer au jeu des mots...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Porro-de la Noue, à la poursuite du conte

L’histoire continue. Un univers de vitraux, d’oiseaux, d’ogives, de seins et de tétons. L’exubérance n’a d’égal que la dignité qu’offre l’architecture à ses usagers....[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Chen Kuen Lee, après Scharoun

Voilà une carrière qui force la curiosité. En 1931, Chen Kuen Lee quitte la Chine pour rejoindre l’Allemagne. Il y étudie l’architecture et travaille aux côtés de Hans Poelzig et Hans Scharoun. Il...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |FUSO, les trois jamais à l'étroit

«Voyez avec notre avocat». La phrase pourrait en effrayer plus d'un. Elle se veut, bien au contraire, rassurante. Le troisième homme de l'agence parisienne FUSO, Ghislain Grotti, est un professionnel du droit des affaires. La...[Lire la suite]