Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Présentation | Ca chaume dur pour Guinée*Potin (05-03-2014)

L’intitulé est à rallonge : centre de découverte, de culture scientifique et de recherche sur l’environnement et la biodiversité. Livré en 2013, à La Roche-sur-Yon (85), l’ensemble a été conçu par l’agence nantaise Guinée*Potin Architectes (Anne-Flore Guinée et Hervé Potin) dont l’écomusée du Pays de Rennes, livré il y a trois ans, fut remarqué. «Nous sortions de ce projet et nous voulions changer notre fusil d’épaule». Vraiment ?

Bâtiments Publics | Culture | La Roche-sur-Yon | Guinée*Potin

A l’image, le projet détonne. Une vaste longère, toute de chaume, se déhanche face à une vieille demeure aux lignes néogothiques. La construction 'fin de siècle' était, il y a peu encore, une vaste ruine.

Autrefois, ce vieux «manoir» était la bourgeoise demeure d’un botaniste, ornithologue et entomologiste vendéen, Georges Durand, né en 1886, mort en 1964, «toujours un an avant Le Corbusier», sourit Hervé Potin. «Simple question de mémoire».

Le concours lancé en 2010 prévoyait la restructuration de l’ancienne maison de maître et son extension en vue d’abriter un musée dédié aux collections du naturaliste.

«La construction était en ruine, le jardin en friche. Nous avions l’entière liberté de nous positionner sur le site dans les limites, toutefois, d’un périmètre prédéfini», indique l’architecte.

La liberté n’est toutefois pas gage de facilité. Avec Guillaume Sevin, paysagiste, l’homme de l’art s’applique à une étude attentive du terrain.

02(@SChalmeau)_B.jpg«Nous voulions garder la maison et préserver ses façades. Nous ne souhaitions pas nous positionner devant pas plus qu’à l’arrière où nous pensions préserver le jardin. Bref, nous avons procédé par élimination», assure l’architecte.

Il y avait aussi ce chêne éclaté «façon Tim Burton». Il est de «ces points de fixation du projet». Parmi eux, une haie d’arbres au nord et, enfin, la grande allée principale de la demeure. Guinée*Potin voulait axer son dessein sur l’importante perspective.

«Nous avons ensuite positionné le programme et avons fabriqué une forme organique», poursuit l’architecte.

Le parti initial était davantage «compact». Le volume «rivalisait alors avec la maison», mais Guinée*Potin s’est refusé à une guerre des styles. «Nous avons donc étalé le projet pour le mettre à plat. La confrontation avec les éléments du site a donc généré la forme du bâti», explique Hervé Potin.

«Nous avons travaillé la métaphore de la branche d’arbre posée à même le sol. Nous avons raconté une histoire et fabriqué un rapport à une forme organique naturelle», souligne-t-il.

Le tout est positionné sur pilotis. Il y avait, derrière l’idée, l’ambition de répondre tant à la déclivité du terrain qu’à l’impératif du programme de proposer un parcours scénographique en extérieur. Il y avait aussi une intention somme toute plastique voire formelle.

«En surélevant la construction, nous touchions le moins possible au sol. Le chantier a certes endommagé quelques plantes mais nous voulions faire en sorte que la nature puisse reprendre ses droits», assure Hervé Potin.

La proposition est affichée dès le concours. In fine, des premières planches, seule l’inclinaison des toits a changé. «Le chaume nécessite une pente à 35° et non à 22° comme prévu à l’origine», explique-t-il.

Forme et matière vont dans le sens «d’une narration paysagère». Couchés sur papier, les premiers croquis ont été imaginés avec, en tête, un usage généralisé du bois. Une virée vendéenne à travers marais et champs a conduit les deux associés de l’agence sur les traces des bourrines, «un habitat fermier typique de la région».

L’écomusée du marais vendéen, non loin de Noirmoutier, a fait déclic. La ferme et son toit de chaume ont conduit les architectes à penser une alternative au bois. «Nous voulions envelopper façade et toit du même matériau», soulignent-ils cependant.

03(@SChalmeau)_B.jpgLa rencontre en Brière, dans l’estuaire de la Loire, avec un chaumier «ouvert aux techniques nouvelles» a fini de séduire Guinée*Potin quant aux bienfaits du chaume. Restait alors à convaincre bureau de contrôle et pompiers. Les autorisations ont été obtenues à force de prototypes et d’essais au CSTB.

«Il existe pourtant dans les pays nordiques ainsi qu’aux Pays-Bas bien des exemples contemporains d’utilisation du chaume», note l’architecte. La mairie de Schipluiden conçue par Inbo en est, sans doute, le plus magistral.

In fine, le chaumier retenu à l’issue de l’appel d’offres est parti se former aux Pays-Bas un mois durant à la technique dite 'hollandaise'. «Le chaume est posé à la verticale comme une sorte de bardage. Il s’agit en général de bottes de roseau préalablement liées puis positionnées le long du mur», explique Hervé Potin.

04(@SergioGrazia)_S.jpgPour réaliser ce vaste projet, l’entreprise a mobilisé l’ensemble de son équipe pendant neuf mois. La commande était pour lors exceptionnelle.

Pour Guinée*Potin aussi, le projet est exceptionnel. «Un musée !».

Pour l’heure, les huit collaborateurs de l’agence s’appliquent à concevoir des projets pour quelques promoteurs privés ainsi que des équipements pour des maîtrises d’ouvrage publiques.

Et, dans quelques mois, peut-être un autre musée ?

Jean-Philippe Hugron

Fiche technique

Programme : réalisation du Centre Beautour : musée et centre de recherche, de découverte, de pédagogie et d’expositions sur le thème de la biodiversité. Réhabilitation d’une ancienne demeure et construction d’un nouveau bâtiment accueillant salles d’expositions, ateliers pédagogiques, laboratoires, accueil, bureaux, serre pédagogique, jardin et parcours pédagogique
Adresse : Le Bourg-sous-la-Roche, Beautour, 85000, La Roche-sur-Yon
Maître d’ouvrage : Région des Pays de la Loire
Architecte mandataire : Agence Guinée*Potin Architectes - Anne-Flore Guinée et Hervé Potin architectes ; Solen Nico, chef de projet
Paysagiste : Guillaume Sevin Paysages
Scénographie : Block Architectes
Signalétique / graphisme : Warmgrey
Contenu muséographique : Stéphanie Vincent
Programmiste : ARP
Surface SHON : 2.057m²
Coût travaux H.T. : 5.000.000€ HT (compris muséographie et aménagements extérieurs)
Mission : base + exe + opc + hqe + peqa + sceno + museo + signalétique

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 d'Atelier du Pont

En 2018, Atelier du Pont a gagné des concours et suivi de nombreux chantiers, à Paris, à Tours mais aussi à Londres ou à Minorque. L’agence a voyagé. A Mayotte pour un concours et aux Pays-Bas, avec...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Brunet Saunier Architecture

2018…. Avec l’analyse de 90 projets hospitaliers de BRUNET SAUNIER ARCHITECTURE mis en scène lors de l’Exposition « Phylum H » à la Galerie d’architecture qui proposait un regard transversal,...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Bruno Rollet

2018, une année innovante. Deux maisons connectées à Bezannes alliant domotique, télémédecine, et économie d’énergie : une façon nouvelle d’appréhender son lieu de...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Engasser & associés

Encore une année à 100 à l’heure pour l’agence Engasser & associés !  2018 aura été intense, rythmée par une douzaine de concours, de belles réussites, un certain nombre de...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'AIA Life Designers

En 2018, AIA Life Designers a livré la réhabilitation du Grand Hôtel-Dieu, lieu historique emblématique de la ville de Lyon qui accueille désormais un programme mixte très riche. L’agence a...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Avenier&Cornejo

2018, année de l’engagement… pour l’environnement…la société… et l’Architecture a son rôle à jouer. Alors nous avons communiqué… exposition à New York sur...[Lire la suite]