Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Présentation | Jean-Baptise Lacoudre, comme ce n'est pas permis (05-02-2014)

Un bâtiment, sans permis de construire ? Oui, à Evreux, pour le ministère de la Défense. «Il n'y a pas de PC pour les terrains militaires ; ce sont des espaces libres puisque soumis au secret défense», explique Jean-Baptiste Lacoudre qui a livré en 2012, après un chantier de 12 mois, les nouveaux équipements de la base aérienne 105.

Autres | Eure | Jean-Baptiste Lacoudre

L'agence est près de Bastille, à Paris. Sur la table, le dossier a été dûment préparé. Méthodique et consciencieux, Jean-Baptiste Lacoudre.

Présentation faite, et avant même d'aborder le sujet de l'entretien, l'architecte évoque l'une de ses fiertés : la réhabilitation d'une construction en bord de Seine à Paris, la Maison de la batellerie, érigée en 1957 et conçue par Xavier Arsène Henry. «Nous avons retrouvé la pureté, la transparence et la solidité du bâtiment», assure-t-il au Courrier.

Autre point, et non sans importance, les cinq années passées chez Renzo Piano. Le propos, bien des fois répétés, donne le sentiment d'une actualité récente. C'était pourtant il y a vingt-cinq déjà.

«Ce que j'y ai appris ? La hiérarchie», débute-t-il. «Lors d'un chantier en conception-réalisation, il faut donner à l'entreprise une hiérarchie. Il y a des points qui ne se négocient pas. Il y en a d'autres qui relèvent de l'arbitrage car tout n'est pas étudié en amont du projet. Si nous partons d'une position dogmatique, nous ne pouvons pas être partenaire», explique-t-il.

Alors, question de souplesse ? «Non», rétorque-t-il, «de hiérarchie». Le mot est martelé.

Voilà de quoi plaire au ministère de la Défense qui a retenu, dans le cadre d'un projet en conception-réalisation-entretien-maintenance, le méthodique architecte face à des concurrents qui avaient davantage pensé le sujet en terme esthétique. «L'esthétique nait du projet, elle ne doit pas être imposée», affirme Jean-Baptiste Lacoudre.

02(@11H45)_B.jpgSur les planches de l'agence, un vaste programme donc visant à regrouper sur un seul site différents systèmes de communications de l'armée de l'air française. «C'est James Bond !», sourit-il.

«Il s'agissait pour ce projet d'observer les interactions entre les métiers, à savoir les mécaniciens des groupes électrogènes, les experts en cryptage et code secret, les camionneurs, les responsables des radars...», précise-t-il.

L'armée avait néanmoins fixé un programme clair comprenant bureaux, hangars, ateliers et garages, ainsi que des gabarits de 30 mètres de large aboutissant à un batiment linéaire d’environ 1.800 mètres de long.

Jean-Baptiste Lacoudre a répondu par un schéma «optimisé». En d'autres termes, le projet invite à la mutualisation des compétences et des moyens quand bien même le secret doit être assuré entre les entités. Aussi, chaque construction gagne en épaisseur et en compacité. La proposition, risquée, finit par séduire.

03(@11H45)_S.jpg «Notre client voulait pourtant autre chose. Le plus délicat a été de convaincre d'abord l'entreprise avec laquelle nous concourrions. Notre proposition n'était, à dire vrai, que la formalisation des préoccupations du personnel militaire», explique-t-il.

Restait à gérer toutefois une autre hiérarchie faite de décorations, titres et galons. Sur le site, deux colonels sont présents et chacun devait avoir son propre bâtiment. «Une vraie problématique», soutient l'architecte pour qui la mise en commun des bureaux était gage de flexibilité et de pérennité du patrimoine militaire.

In fine, un seul et unique bâtiment est réalisé pour abriter les deux hauts-gradés et leur staff. Toutefois, à chacun sa porte, à chacun son hall.

L'habillage en bois est autant un choix de la maîtrise d'ouvrage que de l'architecte. «Bruno Lemaire, député de l'Eure, voulait développer la filière du bois en Normandie», indique l'architecte qui, par ailleurs, fait montre d'un savoir-faire en la matière, n'hésitant pas à montrer quelques références. Parmi elles, une maison qu'il a «fabriqué» lui-même.

04(@JBLacoudre)_S.jpgA l'opposé des activités «précieuses» et représentative de la base 105, le hangar de 29.000m², long de 800 mètres, est quant à lui habillé de métal. Le motif alternant à la verticale quelques teintes vertes jouent des coloris du camouflage.

«Nous avons conçu un édifice pouvant s'ouvrir entièrement sur l'extérieur et pouvant parfois être traversant. Il est composé de caissons multitâches adaptés à tous les métiers», indique l'architecte.

«C'est un bâtiment, un fonctionnement clair et quarante détails à échelle 1», résume-t-il avant de préciser que la faisabilité d'un projet réside avant tout dans la capacité à formaliser, justement, des détails.

05(@11H45)_B.jpgCe goût lui vient, sans aucun doute, du design qu'il affectionne tant, ce, depuis les heures passées au Building Workshop de la rue des Archives à Paris. «Nous avions travaillé sur le dessin de machines à laver qui n'ont, malheureusement, pas été produites», se souvient-il. Entre temps, il y eut, en son nom propre, quelques lampes pour un grand fabriquant.

«Le design est un travail du détail, du millimètre, de la pertinence, de la matière», assure-t-il.

De quoi s'accorder, donc, à la précision militaire.

Jean-Philippe Hugron

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 d'Atelier(s) Alfonso Femia

Atelier(s) Alfonso Femia est la nouvelle dénomination de l’agence 5+1AA depuis 2017.  Les Atelier(s) Alfonso Femia développent des projets participant à la transformation des villes méditerranéennes et...[Lire la suite]

Une villa possède une relation unique, poétique avec son parc ; un dialogue fait de références visuelles et de perceptions, de relations collectives et «intimes». Notre proposition veut créer un moment de réflexion afin de permettre à la Villa Bo

Album-photos |L'année 2018 de a+ samuel delmas

2018… Une année d’études et de chantier… de la générosité, un travail dense et de beaux projets gagnés. Des études, avec notamment le projet LUMEN, ZAC Confluence II à Lyon...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de OUALALOU + CHOI

2018. Un point tournant dans la trajectoire de l’agence OUALALOU + CHOI avec l’arrivée et avancement de plusieurs beaux projets en France, à vous dévoiler prochainement. Pourtant nos aventures architecturales et...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Engasser & associés

Encore une année à 100 à l’heure pour l’agence Engasser & associés !  2018 aura été intense, rythmée par une douzaine de concours, de belles réussites, un certain nombre de...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Antonini Darmon

Des concours aux chantiers et vice-versa : une année en grand écart, émaillée de quelques récompenses (c’est bête mais ça fait toujours plaisir…) Ces récompenses, nous les avons...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Metek

En 2018 Metek s’engage pour parler d’architecture autrement en accompagnant« Crimée enchantée, histoire (s) d’une architecture », (film de Sophie Comtet Kouyaté), et « Villa...[Lire la suite]