Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Visite | Atelier du Pont fait peau neuve d'une vieille barre (16-10-2013)

Livrée en juin 2013, la réhabilitation de l'enveloppe de logements sociaux dans le XXe arrondissement de la capitale par Atelier du Pont (Anne-Cécile Comar, Stéphane Pertusier, Philippe Croisier) fait partie de ces opérations chirurgicales qui révèlent la précision de leurs concepteurs. D'autant plus que «cette opération a concentré toutes les contraintes d'une réhabilitation ; un vrai laboratoire». 

French Touch | Réhabilitation | Logement collectif | 75020 | Atelier du Pont

«La rénovation intérieure de ce bâtiment de cinquante-six logements sociaux était commencée quand nous avons été sollicités pour réfléchir à la réhabilitation de la façade, l'objectif étant d'atteindre le Plan Climat de la Ville de Paris», souligne Philippe Croisier à l'occasion d'une visite avec Le Courrier de l'Architecte de l'une des dernières livraisons d'Atelier du Pont, située square Vitruve dans le XXe arrondissement de Paris.

En fait de square, le site est une dalle quasi inaccessible construite dans les années 70, aujourd'hui inscrite en GPRU (Grand Projet de Renouvellement Urbain) confié à l'architecte-urbaniste Antoine Grumbach.

02(@AtelierduPont)_B.jpgEn cette chaude journée du 23 septembre 2013, les loggias qui habillent une partie de l'ancienne barre (qui n'avait pas de balcon), offrant aux logements des avancées protégées du soleil, semblent indispensables. Précisément, seule la moitié du bâtiment est parée de balcons abrités. «En retrait, l'autre moitié de la barre subit les ombres portées des IGH à côté», explique Philippe Croisier. De fait, à cet endroit, Atelier du Pont a simplement remplacé toute la peau extérieure - bardage, isolation, menuiseries - le long des vitrages.

Les architectes de l'agence parisienne n'ont pas oublié le pignon du linéaire exposé au soleil en retournant les loggias à l'angle de la construction afin de «donner du rythme à ce pignon». Grâce à sa nouvelle enveloppe, la barre du square Vitruve n'est plus tout à fait une passoire thermique.

Une simple enveloppe ? Même si les associés d'Atelier du Pont ont l'habitude des programmes de logements sociaux comme des réhabilitations, le projet 'Vitruve' occupe une place particulière dans le book de l'agence. «Il a concentré toutes les contraintes que peut présenter une réhabilitation». Ne pas entendre là une complainte : Anne-Cécile Comar, Stéphane Pertusier et Philippe Croisier y ont vu l'occasion d'«un véritable laboratoire».

Notamment, intervenir en site occupé représentait un défi. «Il a fallu fixer des règles pour ne pas perturber les habitants».

Alors, «d'intervenir par l'extérieur et non par l’intérieur» en posant les nouvelles façades, menuiseries, isolant et bardage compris, puis de venir simplement déposer, depuis l’intérieur cette fois-ci, les fenêtres existantes. «Une manière de limiter le temps d'intervention chez les gens», confient les architectes.

Sans oublier les contraintes en matière de performance énergétique. A ce titre, l'ensemble des travaux a permis «de gagner 6 ou 7°C avant même la fin du chantier», assure Philippe Croisier.

Outre travailler en site occupé, Atelier du Pont a surtout dû composer avec la piètre qualité d'une construction datant des années 1970. 

03(@LucBoegly)_S.jpg«Impossible de s'accrocher sur la façade composée d'allèges préfabriquées». Qui plus est, impossible de poser les nouvelles interventions sur la fragile dalle composant le site.

Une dalle par ailleurs inaccessible aux pompiers. Impossible alors de mettre en oeuvre des extensions en bois telles qu'imaginées par les architectes. 

Pas un mal pour autant, compte tenu d'un sol inapte à jouer son rôle. «Ne pouvant pas poser de solides structures, nous avons opté pour une structure suspendue en métal»

Plots de béton et poutres en toiture, balcons et tirants métalliques ont abouti à une structure montée en à peine un mois.

«Nous avions aussi un réel problème d'approvisionnement lié à l'accès difficile à la dalle. Il fallait donc que le projet soit monté en petits modules d'où le choix d'éléments préfabriqués», précise Philippe Croisier.

Ayant privilégié la légèreté, Atelier du Pont n'a pas oublié le dessin. Aux jeux de trames - les ondes verticales du bardage contrastent avec les lignes horizontales des persiennes et la structure fixée en toiture - s'ajoutent les jeux de lumière. «Du gris à l'or, nous avons choisi des tons qui rappellent le bois».

04(@LucBoegly)_S.jpgLes architectes ont peaufiné le détail autant que l'effet. Voir ce seuil en métal «faisant la jonction avec les sols à l'intérieur des appartements». Ou ces volets roulants en applique, soit non compris dans la baie afin de ne pas perdre en clair de vitrage. Ayant anticipé autant que possible, «non, nous n'avons pas eu de mauvaises surprises», sourit l'architecte.

Compter douze mois de chantier mais «une seule journée chez l'habitant». Douze mois plus les études. De laboratoire en laboratoire, Atelier du Pont a pu mener celui-ci in vivo, à l'échelle 1, grâce au 'jumeau' de son bâtiment, réplique aujourd'hui démolie mais qui faisait alors face à l'objet de leur réhabilitation.

Un avantage certes, qui n'enlève cependant rien à l'exigence d'Atelier du Pont.

Emmanuelle Borne

Fiche technique

Réhabilitation lourde en site occupé de l'enveloppe d'un bâtiment de logements sociaux, square Vitruve, Paris XXe
Maître d'ouvrage : France Habitation
Aménageur : Semaest
Architectes : Atelier du Pont (Anne-Cécile Comar, Stéphane Pertusier, Philippe Croisier) ; chef de projet : Luc Pinsard ; chantier : Luc Pinsard et François Kharrat
BET structure : EVP
Economiste : RPO
BET HQE : Plan 02
Bureau de contrôle : Qualiconsult
Coordonnateur SPS : Yseis
Surface : 3.285m² SHON (SHON existante : 3.058m² ; SHON créée : 227m²)
Coût : 1,8M€ HT

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Margot-Duclot

Le mois de décembre 2018 prolonge une année très occupée par des chantiers et des concours avec le suivi de 5 opérations simultanées : la dernière ligne droite pour la Caserne de Reuilly à Paris...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Elizabeth de Portzamparc

Le Musée de la Romanité de Nîmes, événement architectural et culturel contemporain, a été inauguré le 2 juin. Une monographie sur le travail d’Elizabeth de Portzamparc a été...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de PANARCHITECTURE

Ce sont des projets tant attendus qui sortent enfin de terre : trois maisons individuelles neuves dans le sud de la France et un Hôtel à Paris rue du Faubourg Saint Honoré.  Ce sont quelques journées en gilets jaunes...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'AIA Life Designers

En 2018, AIA Life Designers a livré la réhabilitation du Grand Hôtel-Dieu, lieu historique emblématique de la ville de Lyon qui accueille désormais un programme mixte très riche. L’agence a...[Lire la suite]

Album-photos |Architectures Anne Démians

En 2018, à l’agence Architectures Anne Démians, on retiendra de beaux concours. Hôtel du département 92, Réinventer Paris 2, Fondation Italienne. Plus particulièrement celui remporté : Grand...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Philéas

Cette année, Philéas a soufflé ses 25 bougies et se développe joyeusement : une équipe maintenant de 25 collaborateurs, renforcée par un pôle image et un pôle communication, des projets autour de...[Lire la suite]