Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Visite | Christian Biecher et la 'rythmique bousculée' du Printemps (15-05-2013)

Place de l'Homme de Fer, un coup de force, le renouveau du Printemps. Christian Biecher a livré en avril 2013 un édifice remarqué au coeur du centre historique de Strasbourg, sa ville natale. «Nous étions dans l'urgence. Nous avons alors présenté une première esquisse. Six semaines plus tard, j'étais dans les bureaux de la Police du Bâtiment», raconte l'architecte.

Réhabilitation | Commerces et hôtels | Strasbourg | Christian Biecher

Cadavre exquis, ou presque. La place de l'Homme de Fer mêle les époques et les architectures. Quelques colombages, quelques encorbellements Gründerzeit, une tour 1960 signée d'un Prix de Rome, sans aucun doute, et la rotonde du tramway. «Le triangle des Bermudes strasbourgeois de l'architecture», selon Jean-Emmanuel Robert, conseiller municipal UMP.

«L'homogénéité n'est pas signe de cohérence», indique Christian Biecher aux journalistes.

Aux premiers abords, la façade du Printemps paraît opaque. L'architecte se défend : «le bâtiment était autrefois complètement fermé ; il s'agissait pour nous de créer une perméabilité et de faire participer les visiteurs à une expérience cinématographique», dit-il.

Depuis le trottoir d'en face, ici et là, en transparence, quelques flâneurs allant d'un étage à l'autre. Consommons donc.

Un rayon de soleil illumine le métal couleur champagne. A vitres et vitrines de chatoyer. De quoi séduire, sans aucun doute, le chaland, et le grand magasin de surpasser ainsi objectifs et prévisions. Pas moins de 18.000 entrées le premier samedi, se félicite l'équipe commerciale.

02(@LucBoegly)_B.jpgL'ambition était avant tout, pour Christian Biecher, celle d'un habit de lumière. Haute couture, à n'en point douter. «J'ai conçu une surface plissée en rapport avec les oriels strasbourgeois. Le dessin triangulaire évoque la rythmique de l'architecture gothique médiévale de la ville», assure l'architecte. Pour la directrice du magasin, les nouveaux atours rappelle Issey Miyake. Façade 'Pleats Please', s'il vous plaît.

Le projet iconique, puisque évocateur, est une commande directe. L'agence compte à son actif quelques desseins commerciaux.

«Harvey Nichols est l'un de mes premiers clients. Je dessinais des halls, des murs en céramique... Un jour, le directeur du groupe m'a interpelé : 'we do not sell walls !'. Dès lors qu'il s'agit de réaliser ce type de programme, il convient de réaliser le plus de murs possibles, supports de marchandises», explique l'architecte. Business is business.

Aussi, à Strasbourg, si l'édifice paraît introverti, il est, selon son concepteur, «une manière innovante de faire de l'architecture commerciale». Bref, des ouvertures, autant que faire se peut.

«Aucun ratio ne m'a été demandé», rétorque Christian Biecher. «Les magasins sont comme les musées, des boîtes à façades dessinées», résume-t-il.

03(@LucBoegly)_B.jpgDe fait, la mission de l'architecte s'est limitée à la conception des atours extérieurs et à la restructuration-extension du magasin jusqu'alors un «labyrinthe» fait d'une succession d'ajouts sur six immeubles distincts. La décoration a été quant à elle laissée aux équipes du Printemps. Codes et couleurs ne sont ni plus ni moins les mêmes qu'ailleurs.

Reste le parti résolument contemporain. «Nous sommes dans la zone la plus réglementée de la ville, une zone soumise aux Architectes des Bâtiments de France et classée patrimoine mondial de l'UNESCO. Le ministère s'est montré favorable grâce notamment au soutien des ABF», explique Christian Biecher.

Les architectes voyers de la Police du Bâtiment, organe interne à la ville de Strasbourg, ont montré davantage de réticence. «Chaque épaisseur et chaque couleur ont été dûment contrôlées», se souvient-il.

04(@LucBoegly)_B.jpgLes amis du Vieux Strasbourg et quelques autres associations se sont montrées virulentes. Robert Grossmann, président UMP de la Communauté urbaine de Strasbourg et maire délégué de 2001 à 2008 s'est révélé critique : «Ce projet de façade me semble avant tout violent et d’un parfait mauvais goût néo kitsch, style stand géant de messti de province. Si ces immenses raies de métal jetées sur la façade avec une disharmonie totale devaient signifier une sorte de modernité post cubiste, elles suggèrent avant tout un désordre structurel», écrit-il dans Les Dernières Nouvelles d’Alsace, le 29 juillet 2010.

Récemment encore, alors que le chantier allait bon train, la disparition d'une façade ancienne, préservée, derrière quelques éléments verriers suscitait la polémique. Aujourd'hui, qui pour s'en émouvoir ?

Certes, un décor composé de matériaux nobles, une façade pour attirer, évoquer, séduire, distraire, provoquer. En somme, une architecture commerciale, un mouvement, une «rythmique bousculée».

Jean-Philippe Hugron

Fiche technique

Programme : restructuration et extension de l'immeuble Printemps, Strasbourg
Maître d'ouvrage : France Printemps
Maître d'oeuvre : architectes : Biecher Architectes, Christian Biecher et Bruno Etienne, Marcel Zuger, Jane Landrey, architectes assistants
Denu & Paradon (schéma d'ensemble de l'ilot)
Printemps (décoration intérieure)
Bureau d'études : Artelia
Surface : 7.500m²
Budget : 15,3 millions d'euros HT
Livraison : 2013

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 d'Ibos et Vitart

Rénovation et extension du site du Quai d'Orsay – Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International – Paris, France – concours 2016, études en cours   «Le projet...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Parc Architectes

Cette année Parc Architectes traverse les frontières et les océans avec le démarrage des études pour le Centre culturel de la Polynésie française à Tahiti et sa sélection au concours...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Gilbert Weil

AuroreLe permis de démolir était en cours.Mais “La tour prends garde de te laisser abattre“ a été entendu.[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'AIA Life Designers

En 2018, AIA Life Designers a livré la réhabilitation du Grand Hôtel-Dieu, lieu historique emblématique de la ville de Lyon qui accueille désormais un programme mixte très riche. L’agence a...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Michel Rémon & Associés

3 bâtiments en chantier // livraison de l’hôpital Edouard Herriot à Lyon // une large ouverture à l’international : concours en Autriche, Allemagne, Russie et en Belgique enfin avec le concours gagné pour...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Marjan Hessamfar et Joe Vérons Architectes Associés

Une année 2018 intense et stimulante pour l’agence avec 3 projets livrés : le Gymnase Alice Milliat à Bordeaux, l’extension des locaux de la CC2R à Valence d’Agen et le Centre technique environnemental de...[Lire la suite]