Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Gabon | Une maquette de plus pour éblouir les Gabonais ? (13-03-2013)

Le Grand Libreville ? La capitale du Gabon n’est plus qu’une collection de maquettes et de perspectives. Les projets audacieux se multiplient sans qu’aucun, in fine, ne voie jamais le jour. Loic Ntoutoume, journaliste pour le quotidien GabonReview, déplore cette situation dans l’édition du 24 octobre 2012. Et d’écorner au passage la nouvelle Assemblée Radieuse.  

Autres | Libreville | Work Architecture Company

Contexte
«L’agence Nationale des Grands Travaux a invité parmi les plus importantes agences des Etats-Unis, du Royaume-Uni, du Brésil et du Japon» pour la réalisation d’une nouvelle cité de la démocratie, précise le communiqué de presse.
De France ? Apparemment pas. De quoi illustrer les relations tendues entre les deux pays.
«Le projet lauréat, signé WORKac, intègre l’écologie du Gabon et répond par une expression saisissante à la vision d’Ali Bongo Ondimba quant au Gabon Vert», affirme le même texte.
Pendant ce temps, la population se montre suspicieuse devant la multiplication des projets.
De fait, à la suite de l’article, les réactions vont bon train.
Les uns regrettent les sommes astronomiques dépensées pour le projet de la station touristique Nyonie qui, finalement, fait l’objet d’un nouveau concours ; les autres dénoncent «la république des maquettes».
Enfin, plus virulents encore sont ceux pointant les dysfonctionnements quant à la gestion des infrastructures urbaines : embouteillages monstres, canalisations insuffisantes, problèmes sanitaires... «Le Gabon est un jouet laissé par un père à son fils», ose l’un des commentateurs.
Autant dire que le projet d’Assemblée Radieuse ne semble pas être la priorité de la population.
JPhH

UNE MAQUETTE DE PLUS POUR EBLOUIR LES GABONAIS ?
Loic Ntoutoume | GabonReview

LIBREVILLE - L’entreprise Work Architecture vient de remporter le concours international pour la conception d’une nouvelle salle de l’Assemblée devant abriter le prochain sommet de l’Union africaine en 2014 à Libreville, au Gabon.

La maquette de la prochaine Assemblée doit accueillir le 19e sommet de l’Union africaine au Gabon, second du genre après celui de 1977, tenu sous feu Omar Bongo Ondimba du temps de la défunte Organisation de l’Union Africaine (OUA).

02(@workac)_B.jpgL’ère des maquettes en 3D dans la vision du Gabon émergent est loin de s’achever. Après celle de l’échangeur de Nzeng-Ayong, du stade de l’Amitié d’Agondjé et les récentes annonces de l’ANGT, le tour est à la dégustation du projet futuriste de l’entreprise Work Architecture concernant l’Assemblée radieuse qui servira de point de repère architectural au milieu des collines imprenables sur la capitale gabonaise.

Trente-sept ans après la grand-messe africaine tenue à Libreville, qui a conduit à la construction de plusieurs grandes infrastructures de la capitale, notamment de la Cité de la Démocratie (résidences des présidents, salles de congrès, de conférences et de spectacles), du boulevard Triomphal Omar Bongo, du pont de Sociga au niveau de l’ancienne radiotélévision gabonaise (RTG1), le président Ali Bongo Ondimba propose, pour l’acte 2 de l’Assemblée de UA dans nos murs, une architecture qui répond à sa vision d’un Gabon Vert.

03(@workac)_S.jpgSelon Work Architecture, «la conception intègre l’écologie dynamique du Gabon pour créer une expression frappante de la vision du président Ali Bongo Ondimba d’un Gabon vert. Une réalisation qui reflète le leadership émergent du Gabon dans les affaires politiques et environnementales de la région, tout en célébrant les ressources du pays et de son potentiel pour mener l’Afrique vers une nouvelle ère. Le bâtiment va exploiter le meilleur du design durable actif et passif».

Cette oeuvre architecturale made by Work Architecture Company, attendue dans l’enceinte de la cité de la Démocratie, repose, selon son concepteur, sur trois valeurs et caractéristiques de la conscience écologique du Gabon, notamment la préservation et le développement durable, une culture de l’écologie et la technologie durable.

04(@workac)_S.jpgWORKac est un cabinet de New York. Il développe des projets architecturaux et urbanistiques qui engagent les questions de culture et de conscience, la nature et l’artifice, le surréalisme et le pragmatisme. Ses projets récents comprennent l’inscription au concours gagnant pour un nouveau centre culturel sur l’île de New Holland à Saint-Pétersbourg (Russie), une extension du musée pour le Musée Blaffer à Houston (USA) et une succursale de Kew Gardens Hills, dans le Queens (New York, USA).

Loic Ntoutoume | GabonReview | Gabon
24-10-2012
Recherche : La rédaction

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 d'AAVP

Entre transparence et opacité, ornement et austérité, entre la violence du quotidien et la résistance de certains, l’amour dans tout ça se fraye encore un chemin. Les projets de l’année 2018 ne...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de NBJ

En 2018, l’agence poursuit ses engagements multiples. Quelques concours perdus comme le groupe scolaire de Montpellier ou le projet Ville Port de La Grande Motte qui a été l’occasion d’une belle collaboration avec...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Vous Etes Ici

2018 est une année constructive préparant 2019 : Les premières livraisons commencent. Les écoliers du groupe scolaire Renaudel à Montrouge ont fait leur rentrée 2018-2019 dans un nouveau cadre. La...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de PietriArchitectes

En 2018, l’agence PietriArchitectes a livré 3 projets de logements qui illustrent sa  volonté d’une démarche architecturale contextuelle. Dans le Sud de la France pour La Crique, entre lac et montagne pour Les...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de PCA-STREAM

Parmi ces projets cette année : les livraisons du nouveau siège social de Gide Loyrette Nouel rue de Laborde, de l’immeuble de bureaux à énergie positive Be Issy à Issy-les-Moulineaux, du paquebot Art...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Stéphane Maupin

En 2018 Richard Scoffier synthétise l’année et toutes les années précédentes dans un bel article de presse papier. Il s’intéresse à tous ces beaux projets que l’agence invente,...[Lire la suite]