Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Visite | Médiathèque de Montauban par CFA, le génie du troisième lieu (06-03-2013)

Livrée en février 2013 par Colboc Franzen & Associés, la nouvelle médiathèque de Montauban est le fruit de la conjugaison de manipulations géométriques chères à l’agence parisienne et des grandes lignes d’un tissu périurbain. En résulte, à l’extérieur, un volume pluriel mais sans détours et, à l’intérieur, des espaces généreux, poreux et variés à la fois. De la nuance en architecture.

Culture | Bâtiments Publics | Tarn-et-Garonne | Colboc Franzen & Associés - CFA

«En arrivant dans un tel quartier, il faut a priori trouver autre chose à se mettre sous la dent que le contexte». A l’occasion d’un voyage de presse organisé le 1er mars dernier, Benjamin Colboc, associé de l’agence CFA avec Manuela Franzen et Arnaud Sachet, met l’accent sur le tissu délité des quartiers est de la ville de Montauban.

Quand l’agence CFA remportait en 2005 le concours de la médiathèque de Montauban, dite Mémo, un an à peine après la création de l’agence, l’enjeu était effectivement de faire du nouvel équipement le point d’orgue d'une opération de rénovation urbaine.

Jeunes architectes à l’époque mais déjà attentifs aux problématiques posées par le périurbain, les associés de CFA avaient constaté que différentes voies se croisaient à hauteur du site, un ancien rond-point : «Un axe sud-ouest, lié aux logements d’une cité, formait un tracé solaire. Un autre, reliant le quartier aux remparts nord de la ville, remonte au XIXe siècle. Enfin, un troisième axe correspond à une ancienne voie royale créée sous Louis XIV. Ce tracé historique n’est plus visible mais il marque, ainsi que les autres, les masses bâties alentours».

Parallèlement à l’analyse du site, les architectes s’attaquent à celle du programme. Pour s’apercevoir qu’il est aisé de le répartir sur trois niveaux, dédiant le rez-de-chaussée aux espaces d’accueil du public, le premier étage à la salle de lecture jeunesse et le deuxième à celle des adultes.

Par manipulations géométriques successives, les associés de CFA parviennent à faire coïncider analyse urbaine et fonctions architecturales. «En superposant les trois entités programmatiques et en décalant la salle de lecture des adultes de façon à ce qu’elle partage une diagonale avec l’autre plateau de lecture, chaque rectangle s’inscrit dans l’alignement de l’un des trois tracés».

Sans doute, la Mémo est de la famille des objets sculpturaux mais, ici, le geste n’est pas gratuit ; il répond à une opération de hiérarchisation issue d’un regard sans préjugé sur un tissu périurbain pétri d’histoires successives.

02(@PaulRaftery)_B.jpgA l’extérieur, le jeu de volumes est prolongé par un vaste parvis au relief variable, en partie occupé par un parking. «Nous voulions assumer jusqu’au bout le paysage périurbain, un paysage façonné par la voiture. En tout cas, les skateurs se sont déjà emparés du parvis», souligne Benjamin Colboc.

Pour le piéton aussi, il fait bon flâner sur cette surface d’asphalte aux pentes douces. «Nous avons suivi les courbes de niveaux dans la logique de triangulation du bâtiment».

L’ocre du sol fait écho aux façades impeccablement bardées de terre cuite. Encore une fois, l’évidence ? «Oui, la plaque de terre cuite est la traduction contemporaine de la brique de Montauban mais nous avions aussi en tête ces anciens parchemins conservés dans des amphores en terre cuite», nuance Benjamin Colboc.

Plus que le choix d’un matériau dont il est permis de préférer l’incarnation plus traditionnelle, ce sont les lignes saillantes du bâtiment qui saisissent le visiteur, avec une mention spéciale à celles du porte-à-faux de l’entrée. «Elle suivent les faîtages des bâtiments alentours», rappelle l’architecte.

La manipulation géométrique a d’autres atouts : «elle permet un rapport cohérent entre programme, espace et structure». En clair, si les contorsions du bâtiment semblent complexes, elles évitent en fait de contraindre la matière. 

Combinant structure béton et charpente en acier, «le bâtiment est suffisamment sain géométriquement pour être tenu tout en dégageant les plateaux de lecture de poteaux», précise Benjamin Colboc. Entre la structure et l’architecture, aucune contradiction en vue.

Quid de l’impact géométrique sur les espaces intérieurs ? «Nous avons poussé la manipulation jusqu’au bout».

03(@PaulRaftery)_S.jpgEffectivement, passé le hall d’accueil, au rez-de-chaussée, une vue entre toutes témoigne de la radicalité de la démarche de CFA. 

Au-dessus de la salle d’actualité s’élève le jeu de volumes, rendu plus riche encore par des fluides à peine camouflés par un faux-plafond perforé.

Partout, les architectes ont nuancé la lisibilité du parti, c’est-à-dire complexifié l’évidence en distinguant les espaces dans l’espace.

D’un seul tenant, le rez-de-chaussée est, grâce au jeu de mobilier, de cloisons et de matériaux, clairement différencié entre, notamment, une salle de lecture aux surfaces en chêne délimitant un espace feutré et une cafétéria immaculée largement vitrée sur l’extérieur.

Au centre, «la rotule», composée de béton préfabriqué, abrite les circulations menant aux salles de lectures. Malgré leur profondeur, chaque plateau bénéficie largement de la lumière naturelle grâce à des façades vitrées de part en part, lesquelles forment autant d’ouvertures orientées et de cadrages différents sur la ville.

Au fond du premier plateau, des gradins sur lesquels se prélassent des visiteurs illustrent peut-être mieux que tout autre recoin l’ambition de ces bibliothèques dites de 'troisième lieu', entre travail et domicile.

04(@PaulRaftery)_S.jpgPourtant, ce dispositif n’était pas demandé au programme. «Nous avons profité des manipulations géométriques pour créer ces marches». Benjamin Colboc rend hommage à la ténacité de Géraud Pin-Barras, collaborateur de CFA, qui a su notamment chapeauter «la multiplication des interfaces», c’est-à-dire la présence conjointe d’entreprises - jusqu’à sept - pour peaufiner quelques détails.

A la Mémo, le clou du spectacle est disséminé dans l’ensemble du bâtiment. Et dire que la médiathèque est le premier projet public de CFA. «Au moment du concours, leur jeunesse avait certes provoqué des inquiétudes mais nous avions choisi l’audace», souligne Brigitte Barèges, maire de la ville, réélue en 2008.

L’audace ou l’honnêteté géométrique qui, entre les mains de CFA, rime avec subtilités architecturales.

Emmanuelle Borne

05(@PaulRaftery)_B.jpgFiche technique

Maîtrise d’ouvrage : Ville de Montauban
Maîtrise d’oeuvre : Colboc Franzen & Associés ; chef de projet : Géraud Pin-Barras
Mission : base exe partielle + OPC et mobilier
BET structure : Groupe Alto
BET fluides et HQE : Inex
BET économie : bureau Michel Forgue
Acoustique : J-P Lamoureux
Paysagiste : D Paysage
VRD : ATPI
Eclairage : SB.RB

Calendrier : concours : 2005 / Livraison : février 2013
Superficie de la parcelle : 4.488m²
Surface SHON du bâtiment : 3.800m²
Montant des travaux : 7.200.000 euros HT

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de THE architectes

2018 fut une année studieuse pour THE architectes : 3 concours remportés (130 logements à Saint Herblain, 126 logements à Carquefou, 29 logements Zac Erdre Porterie) ; 4 chantiers démarrés à Vitry,...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de CFSA

Il n'y a aucune excuse pour faire quelque chose qui ne soit pas d'une beauté frappante - William Morris[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 d'Ibos et Vitart

Rénovation et extension du site du Quai d'Orsay – Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International – Paris, France – concours 2016, études en cours   «Le projet...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Dominique Coulon et associés

En 2018, l'agence a remportée sept concours et a été nominée au EU Mies Award ainsi qu'à l'Équerre d'argent pour le théâtre à Freyming-Merlebach (57). Les logements pour personnes...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'AZC

L’équipe AZC vous souhaite à tous, Une Bonne Année 2019 ![Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Comte & Vollenweider

L'année 2018 de Comte & Vollenweider s'est déroulée sous le signe de la diversité tant au niveau des programmes que des maîtres d'ouvrages. Une année bien remplie avec le développement BIM du...[Lire la suite]