Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Chronique | Scénographier la ville, ou la visite de Venise dans les pas de Carlo Scarpa (27-10-2010)

Et s’il fallait scénographier la ville pour rendre acceptable l’architecture contemporaine ? "Venise pourrait [même] accepter les choses les plus modernes". Carlo Scarpa, architecte et scénographe, a réussi un tel exploit. A l’ombre de la Biennale et de l’inauguration de la Punta della Dogana, la redécouverte de l’oeuvre du maître vénitien est riche d’enseignements.

Patrimoine | Venise | Carlo Scarpa

"Per cortesia entrate in cabina !" L’amarreuse de vaporetto éructe l’ordre qui oblige la masse de touristes à entrer dans l’enfer brûlant de la 'cabine'. Assis sur un siège de plastique vert, le nez collé à la vitre crasseuse, les arrêts défilent, énoncés sans délicatesse : "San Marcooo, Acaaademiaaa, San Tooooma, Riaaalto, Ca’ d’Ooorooo"... Elle est amarreuse !

Chaque nom évoque l’image d’une vieille carte postale illustrant l’une de ces attractions que de nombreux touristes immortalisent à leur tour. Le bateau vrombit et l’amarreuse égrène, encore et toujours, "San Marcuooola, Ferrooovia, Piazzale Rooooma"...

Au-delà des itinéraires touristiques tracés, tous les chemins mènent à l'inévitable Biennale d’Art. Venise se résume ainsi en quelques clichés qu’une manifestation tente de dépoussiérer. Entretemps, un coup de projecteur illumine la Sérénissime ; Tadao Ando achève la Punta della Dogana.

Venise, en ce mois d’août, impose quelques incontournables, pourtant contournés dès lors que l’idée initiale, déconcertante, snobant mondanités et boules à neige, était de voir un Venise plus contemporain. Une découverte surprenante sur l’étagère d’une librairie partage d’ailleurs cette lubie : Venezia Architettura Contemporanea... 63 pages ! Un guide de 63 pages qui révèle que 1950 est aussi contemporain que 2002...

L’objectif s’estompe et se transforme. Un vague souvenir... un livre bleu et blanc... Scarpa ! N’était-il pas de Venise ?

Débute alors l’envie d’un pèlerinage sur les traces de l’architecte qui se réclame être "un pur vénitien"... Cette nouvelle idée ne cache aucun prétexte pour rejoindre la fameuse Biennale où il réalisa quelques pavillons permanents. L’entrée de la Faculté d’Architecture, la Fondation Querini Stampalia, le showroom Olivetti, la guérite d’entrée de la Biennale, l’entrée de la Faculté de Philosophie, le Monument à la Résistance Féminine ont été les étapes d’un périple incomplet dont l’enseignement fut riche.

Sur les traces de Carlo Scarpa, maître en scénographie et en l’art d’organiser l’espace muséal, l’architecture parait acquérir une autre fonction. Le fait que chaque programme vénitien exige le respect du patrimoine a contraint Scarpa à réfléchir à l’articulation des périodes et, par conséquent, à l’intégration d’une contemporanéité à l'histoire. Aussi, pour lui, l’adjonction d’une partie nouvelle se doit de révéler l’existant. Le projet d’entrée de la Faculté d’Architecture (1966-1972), l’un des derniers, est le plus à même de représenter cette position.

La restauration du cloître de Tolentini, siège de la Faculté, offrit l’opportunité de quelques fouilles, lors desquelles une porte de marbre fut exhumée. De prime abord, elle devait servir d’entrée monumentale à l’école jusqu’à ce que Carlo Scarpa, désormais chargé du projet, décide de corrompre la fonction première de ces quelques pierres. Ne servant plus aucun passage, la porte est exposée au sol, ceinte d’un motif en gradin.

Afin de délimiter l’école de la place et d’offrir le portique souhaité, Scarpa érige un mur, reprenant matériaux et motif de la ruine retrouvée. Depuis la faculté, cette construction n’affirme pas sa verticalité. Oblique, elle paraît être une surélévation du sol. D’une trahison des images naît un jeu critique sur les typologies de l’architecture où la porte et le mur sont détournés. En plus de révéler les éléments du passé, l’architecture de Scarpa, avant-gardiste, semble annonciatrice de quelques présages déconstructivistes.

02(@JPhH)_S.jpgAinsi, sans renier l’esprit du temps, Carlo Scarpa poursuit un travail sur la signification à l’aune d’une réflexion sur le détail. Marco Frascari, architecte, théoricien de l’architecture et élève de Carlo Scarpa, suggère dans l’article 'The Tell-the-Tale Detail' que l’oeuvre de son professeur repose sur une maîtrise du détail perçu comme jointure (any architectural element defined as detail is always a joint). A ce terme est apposé l’expression "point de jonction", mais sans doute faudrait-il lui préférer "articulation", un mot plus à même de recouvrir l’idée d’union en plus de suggérer celle d’une énonciation claire et distincte.

En effet, par ce souci du détail, Scarpa réalise une architecture éloquente qui établit une continuité entre passé et présent sans céder à la réinterprétation, à la référence ou au compromis. Son parti architectural, résolument affirmé et personnel, opère une tension dialectique avec l’architecture préexistante. Mais la création d’un équilibre subtil, comme l’usage de détails réalisés par des artisans aux pratiques séculaires parfois tombées en désuétude, permet de dépasser l’opposition entre époques.

Si le lien n’est pas clairement établi, il est probable cependant que les prédispositions scénographiques de Carlo Scarpa aient servi son architecture. Chaque intervention vient révéler l’édifice qui la précédait en formant une nouvelle unité. Il ne s’agit alors d’aucune coprésence, la transformation opère et crée un ensemble dont il est désormais impossible de dissocier la partie du tout.

03(@JPhH)_S.jpgScénographier la ville serait alors l’enseignement de Venise vu à travers l’oeuvre vénitienne de Carlo Scarpa. Cette ville si réfractaire à toute modernité, par conséquent à toute rupture, a su intégrer quelques subtiles contemporanéités. Alors que toute réalisation nouvelle en un contexte historique impose le débat, l’expérience laissée par les réalisations de Carlo Scarpa présuppose une intégration sans compromis qui redonne au passé une certaine actualité. L’assertion n’est pas sans rappeler l’idéal de Franco Albini, architecte et scénographe contemporain de Scarpa, pour qui toute muséographie doit révéler oeuvres modernes ou anciennes comme l’actualité de notre culture.

"Paradoxalement, j’ai envie de dire que Venise pourrait accepter les choses les plus modernes", affirme Scarpa, lors d’une entrevue accordée à Barbara Radice pour Modo en 1979, peu avant sa mort accidentelle. Elle le pourrait, elle l’a pu, vraisemblablement par l’art du détail et de l’articulation.

Aussi Louis Kahn dédie-t-il un poème à Scarpa dont les maîtres mots sont intégrité et détail ; en somme, une leçon :

In the work of Carlo Scarpa
'beauty' the first sense
Art, the first word
Then Wonder, then inner realization of 'form'
The sens of the wholeness of inseparable elements.
Design consults Nature
To give presence to the elements
A work of art makes manifest the wholeness of 'form'
The symphony of the selected shapes of the elements.
In the elements
The joint inspires ornement, its celebration.
The detail is the adoration of Nature.

Moins poétique, l’amarreuse reprend sa rengaine... "Sacca Fisooola, San Basiiilio, Palaaanca, Redentoooore". Le vaporetto démarre...

Sur les traces de Scarpa, Venise paraît bien différente.

Jean-Philippe Hugron

Cet article est paru en première publication sur CyberArchi le 23 septembre 2009.

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Michel Rémon & Associés

3 bâtiments en chantier // livraison de l’hôpital Edouard Herriot à Lyon // une large ouverture à l’international : concours en Autriche, Allemagne, Russie et en Belgique enfin avec le concours gagné pour...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Randja

La jolie expérience que nous vivons actuellement sur notre chantier de la maison du technopôle à Saint-Lô illumine notre année 2018. La phase de construction nous procure du plaisir et une satisfaction savoureuse....[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de THE architectes

2018 fut une année studieuse pour THE architectes : 3 concours remportés (130 logements à Saint Herblain, 126 logements à Carquefou, 29 logements Zac Erdre Porterie) ; 4 chantiers démarrés à Vitry,...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Dominique Coulon et associés

En 2018, l'agence a remportée sept concours et a été nominée au EU Mies Award ainsi qu'à l'Équerre d'argent pour le théâtre à Freyming-Merlebach (57). Les logements pour personnes...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Randja

La jolie expérience que nous vivons actuellement sur notre chantier de la maison du technopôle à Saint-Lô illumine notre année 2018. La phase de construction nous procure du plaisir et une satisfaction savoureuse....[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Philéas

Cette année, Philéas a soufflé ses 25 bougies et se développe joyeusement : une équipe maintenant de 25 collaborateurs, renforcée par un pôle image et un pôle communication, des projets autour de...[Lire la suite]