tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Brève | Un navire-école pour l'Ecole Nationale Supérieure Maritime (ENSM) du Havre (07-01-2013)

L'agence AIA Associés, cotraitant de SOGEA, mandataire du projet, a été désignée le 19 décembre 2012 par la Communauté de l’Agglomération Havraise lauréate du concours de conception réalisation pour la construction de l’Ecole Nationale Supérieure Maritime du Havre où seront formés les officiers de la marine marchande. AIA Associés et sa structure dédiée aux grands équipements urbains Intens-Cité (AIA Associés et Jean-Pierre Buffi), ont imaginé un véritable navire-école. Communiqué.

Le Havre

Le bâtiment réunit, en un seul lieu, les espaces d’enseignement traditionnels et un 'Ship in School' pour l’apprentissage des pratiques de la navigation dans les conditions les plus proches du réel, grâce à des simulateurs.

«Nous sommes d’autant plus fiers d’avoir été désignés lauréats que nous avons pris le risque de nous éloigner un peu du programme en proposant un bâtiment unitaire, sur une seule aile. Nous voulions créer un bâtiment très ancré dans le contexte, avec la ville d’un côté et le port de l’autre et qui rende compte de l’esprit de la mer. Nos recherches nous ont conduits à investir la bande de la parcelle, le long du quai, afin que l’école affleure l’eau et que la vie de la ville et du port se déploie autour. La réflexion sur le volume unitaire et fermé du bâtiment a été motivée par la volonté de transcrire l’isolement des navires et mettre ainsi les élèves en condition de pleine mer», confient Pacôme Bommier et Laurent Pérusat, architectes chez AIA Associés.

02(@AIA Associes)_S.jpgL’école prend l’apparence d’une enveloppe pure et abstraite qui abrite une complexité et une richesse spatiale au service de l’éducation des futurs marins de la Marine Marchande. La mise en oeuvre d’un continuum spatial qui se développe depuis le bassin et jusqu’au toit du projet figure le cheminement vers la connaissance et le savoir.

Véritable lieu d’échanges, de rencontres et d’enrichissement mutuel, ce dispositif spatial prend naissance sur le quai, s’ouvre à la ville sur le parvis et se déploie jusqu’au sommet de ce navire immobile grâce à une «rue en escalier».

A l’instar du volcan / cratère d'Oscar Niemeyer, qui absorbe la ville, la future école s’apparente à un vaisseau qui se soulève pour attirer en son intérieur l’espace urbain de la ville et marquer la transition entre l’eau, la terre et le ciel au travers de la séquence du quai, du parvis puis de la terrasse en toiture qui offre un large panorama sur le port et l’estuaire de la Seine.

La silhouette de ce vaisseau urbain, puissante et énigmatique, contraste avec l’émerveillement, l’envoûtement et la dynamique des espaces intérieurs propices à l’acquisition du savoir et à l’autonomie des futurs marins. De forme compacte et ciselée, l’architecture de la nouvelle école de la Marine s’impose dans le contexte urbain avec sa peau monochrome métallique, aux reflets changeants suivant les saisons, les heures de la journée et les variations climatiques, pour en faire un organisme marin et urbain vivant.

Une «rue escalier» qui dessert tous les espaces de l’école

Les deux parties de l’école, 'Ship in School' et enseignement traditionnel ainsi que l’ensemble des espaces de vie et d’études sont traversés par un grand axe diagonal constitué d’une «rue escalier» autour de laquelle s’organise la vie sociale et éducative de l’école. C’est un véritable espace par sa largeur - 5 mètres - sa hauteur et la lumière naturelle qui la baigne afin qu’élèves et enseignants puissent s’y attarder, discuter et échanger.

Assurant la liaison à l’intérieur du bâtiment depuis le hall d’accueil jusqu’à la terrasse située en belvédère sur le port, elle met en communication les différents espaces pédagogiques et de détente des étudiants. Ce vaste continuum spatial prend son origine sur le quai du Cameroun jusqu’au pont supérieur de ce navire immobile afin de révéler cette séquence entre l’eau, la terre et le ciel...

Les dernières volées de la rue en escalier permettront aux élèves et aux équipes pédagogiques d’accéder sur une terrasse belvédère, véritable pont supérieur de ce vaisseau urbain, à partir duquel s’ouvre un large panorama sur le port et l’estuaire de la Seine, depuis le Sud-est et la centrale thermique jusqu’au Nord-ouest vers Sainte-Adresse.

03(@AIA Associes).jpgUne conception bioclimatique pour un bâtiment à énergie positive

Les architectes et les ingénieurs ont conçu le projet pour réduire les besoins d’éclairage artificiel et de rafraichissement d’une part et lui donner une capacité réelle de production thermique et énergétique d’autre part, pour aboutir à un bâtiment à énergie positive :

  • > L’orientation Sud-Est / Nord-Ouest, qui favorise l’éclairage naturel ;
  • > L’escalier-rue, qui joue un rôle de ventilation naturelle ;
  • > Les panneaux solaires, qui habillent le toit terrasse et fournissent l’énergie ;
  • > Le système de pompes à chaleur sur eau de mer, qui permet de réduire les besoins de chauffage ;
  • > L’enveloppe en métal déployé extérieure, qui permet de conserver les apports solaires hivernaux, le confort hygrothermique estival et l’apport d’éclairage naturel optimal durant l’année.

«La future Ecole Nationale Supérieure de la Marine Marchande a été conçue comme un lieu de découverte, allégorique, symbolique du voyage, de l’ailleurs et propices aux rapports humains et sociaux, qui font la richesse des grandes écoles d’ingénieurs...», commente Christian Bougeard, Président d’AIA Associés.

04(@AIA Associes).jpgFiche technique

Maîtrise d'ouvrage : CODAH (Communauté de l’Agglomération Havraise)
Entreprise Mandataire : SOGEA Est (Groupe Vinci)
Architecte : AIA Architectes et Intens-Cité (AIA Associés + Jean-Pierre Buffi)
Bureau d'études : AIA Ingénierie

Surface : 9.650m² de SHON
Livraison : 2015
Coût de construction : 19M€

Réagir à l'article


tos2016
elzinc

Portrait |DATA, de Christian Hauvette à l'OMA

Hommes des années 80. «Provinciaux», dixit Léonard Lassagne. Lui est Stéphanois, le second - Colin Reynier -, Carpentrassien. A l'orée de la trentaine, le duo a créé en 2010 son agence, DATA (pour...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Marina Tabassum, une architecte à Dacca

Lauréate du Prix Aga Khan 2016 pour la mosquée Bait-ur-Rouf située à Dacca, Marina Tabassum dessine les contours d'une pratique originale de l'architecture au Bangladesh, loin des majors de la construction et autres grands...[Lire la suite]


elzinc

Portrait |Il était l'architecte le plus dangereux du monde

L'appréciation n'est pas celle du Courrier de l'Architecte… mais du FBI. Sous la plume de son premier directeur, J. Edgar Hoover, elle cible un américain : Gregory Ain (1908-1988). Ses fréquentations teintées...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Carl Fredrik Svenstedt, Swedish connection

Parisien, Suédois, formé aux Etats-Unis, ayant grandi au Canada, Carl Fredrik Svenstedt est un étrange hybride culturel. Architecte, il joue, derrière une apparence sage, des contradictions. Un goût pour la...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Poy Gum Lee, des gratte-pagodes de New York à Shanghai

Tuiles vernissées sur gratte-ciel Art déco… un bien étrange syncrétisme visible, entre autres, à Shanghai. Mais quelle ville n’a pas eu la tentation d’adopter la modernité et de la...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Jorge Ayala, un architecte sans architecture ?

Jorge Ayala poursuit son activité loin des chantiers, loin même des plans d’exécution. L’horizon du professionnel s’est élargi et l’imaginaire peut aisément s’émanciper des...[Lire la suite]