Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Présentation | Le lycée Emilie du Châtelet, moderne au pays de Mickey (04-07-2012)

En Seine-et-Marne, à Serris, au coeur de Val d’Europe à l’est de Paris, le lycée Emilie du Châtelet, livré en novembre 2010 par l’agence Badia Berger Architectes, tranche avec les constructions habituelles de la région. Au néoclassicisme et à l’ordonnancement haussmannien imposés, les architectes ont répondu par un parti moderne, brut, en opposition totale.  

Notice Architecturale | Education | Seine-et-Marne | badia-berger architectes

Le lycée est l’un des équipements majeurs du coeur de Val d’Europe, le centre urbain du secteur IV de Marne la Vallée, «la ville d’Euro Disney», conçue à partir d’un partenariat unissant la multinationale, l’EPA France et la commune de Serris.

La ville est faite, dixit son site internet, «de boulevards, de rues, de places grandes et petites et de parcs», inspirés «des meilleurs exemples français d’urbanisme et de paysagisme traditionnels». A l’intérieur du cercle qui définit la forme de la ville, le style architectural et l’homogénéité constante du bâti sont à mille lieux des villes nouvelles des années 70.

02(@BadiaBerger).jpgLe terrain du lycée est un délaissé triangulaire dont les deux grands côtés sont dessinés par des infrastructures ferroviaires. 

Ici, l’insertion des équipements dans le tissu n’est pas significative, la continuité des façades et des alignements prend le pas sur l’autonomie des programmes et leur potentiel symbolique. 

Le cahier des charges imposait donc à la seule façade donnant sur l’espace public de tenir strictement un alignement.

A Serris, l’écriture architecturale des équipements n’est pas contrainte comme celle des bâtiments courants : toitures, corniches, frontons, etc. Il était toutefois attendu que le lycée s’inscrive «harmonieusement» dans le paysage.

Afin de trouver une cohérence dans ce contexte urbain et architectural, nous avons choisi de nous appuyer sur notre interprétation de l’espace public. Faire pénétrer la ville au coeur du bâtiment est le premier objectif ; l’axe du cours du Danube devient le vecteur horizontal et vertical de la composition.

03(@GuillaumeClement).jpgC’est donc l’espace public, le parvis, qui déforme l’alignement, perce les murs, soulève le bâtiment et permet de voir loin, derrière la façade.

C’est lui qui réunit les différents publics, lycéens du secteur général et professionnel, enseignants, administratifs et clients du restaurant d’apprentissage.

C’est lui qui ordonne la composition et domestique le pôle restauration. Régie par des schémas fonctionnels et sanitaires extrêmement stricts, sa masse compacte est percée de patios successifs qui ouvrent des transparences dans toute la profondeur du site.

04(@B.Fougeirol).jpgAu-dessus, les logements de fonction ont façade sur rue. Dans le prolongement du parvis qui se glisse sous le Centre de Documentation et d’Information ouvert sur la ville, le hall met en communication tous les niveaux et les programmes communs.

Le lycée Emilie du Châtelet à Serris comporte toutes les sections d’enseignement général et a pour particularité de proposer également des sections d’enseignement des métiers de l’hôtellerie et de la restauration.

Il accueille 900 élèves en septembre 2010 et pourra accueillir jusqu’à 1.500 élèves une fois la deuxième tranche réalisée (études 2012).

Dès l’origine, la Région Ile-de-France, Maître d’Ouvrage de cette opération, a souhaité que ce projet suive une démarche Haute de Qualité Environnementale : isolation thermique extérieure très performante / chaudière à bois / double flux généralisé / panneaux solaires (pour la production d’eau chaude sanitaire des logements de fonction) / études complètes d’une éolienne de 150kW.

05(@GuillaumeClement)_B.jpgLe Programme

Classes / Amphithéâtre / CDI / Salle d’examen / Administration / Grand secteur sections d’enseignement des métiers de l’hôtellerie et de la restauration : 10 cuisines spécialisées, deux restaurants dont un ouvert au public / Hôtel pédagogique avec trois chambres d’application / grand secteur demi-pension pour 1.500 élèves / 160 places de parking dont 75 enterrées (et 50 places réservées pour les clients du restaurant / 8 logements de fonction / site de 30ha.

L’entrée principale se situe sur un parvis articulant les cours de la Tamise et du Danube et fermant la perspective de l’avenue principale. Elle s’ouvre sur un vaste hall traversant vers la cour. Ce hall est au croisement de tous les pôles fonctionnels du lycée, cette organisation se retrouve à une échelle moindre dans les étages. L’entrée du restaurant d’application est située sur le parvis.

A partir du rez-de-chaussée, les accès aux étages se font par un escalier monumental et cinq escaliers qui permettent de rejoindre directement les pôles d’enseignement spécifiques. Le parti pris pour l’organisation des circulations consiste à partir d’un hall centralisateur à desservir des zones d’enseignement homogènes.

badia-berger architectes

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de PietriArchitectes

En 2018, l’agence PietriArchitectes a livré 3 projets de logements qui illustrent sa  volonté d’une démarche architecturale contextuelle. Dans le Sud de la France pour La Crique, entre lac et montagne pour Les...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'AAVP

Entre transparence et opacité, ornement et austérité, entre la violence du quotidien et la résistance de certains, l’amour dans tout ça se fraye encore un chemin. Les projets de l’année 2018 ne...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de OUALALOU + CHOI

2018. Un point tournant dans la trajectoire de l’agence OUALALOU + CHOI avec l’arrivée et avancement de plusieurs beaux projets en France, à vous dévoiler prochainement. Pourtant nos aventures architecturales et...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de 2/3/4/

La tour des Jardins de l’Arche est lauréate au BIM d’Argent 2018 dans la catégorie des projets supérieurs à 40 000 m² en neuf. 2/3/4/ urbanisme et paysage : lauréats de la mission de...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de THE architectes

2018 fut une année studieuse pour THE architectes : 3 concours remportés (130 logements à Saint Herblain, 126 logements à Carquefou, 29 logements Zac Erdre Porterie) ; 4 chantiers démarrés à Vitry,...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de DVVD

2018 est dans la continuité des années précédentes avec le démarrage de plusieurs chantiers : la couverture du central de Roland Garros, l’hôtel Meininger Porte de Vincennes, le cinéma MK2 Nation,...[Lire la suite]