Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Vietnam | Le pont Long Biên de Hanoï, un futur supermarché ? (30-11-2011)

Le 21 septembre 2011 le journaliste Bao Nam s’enthousiasme, dans les colonnes de La Poste du Vietnam, du projet de l’architecte française d’origine vietnamienne Nguyen Nga de transformer le pont Eiffel de la ville en musée «le plus long du monde». 131 voûtes ! Un projet audacieux invite la capitale du Vietnam à la réflexion.

Transport et ouvrages d'art | Vietnam | Nga Nguyen

Contexte
Le pont Long Biên, l’ancien pont Paul-Doumer, a été construit à Hanoï à l’époque de la colonisation française par l’entreprise Daydé et Pillé, société absorbée ensuite par le groupe Eiffel. L’ouvrage est ainsi référencé comme une structure métallique 'Eiffel'.
Les travaux, lancés en 1898, se sont achevés le 28 février 1902. Le pont, mis en service en 1903, permet à la voie ferrée de passer sur la rive gauche du Fleuve Rouge, puis de filer vers le nord, Haï Phong et la Chine.
Le manque d'entretien et, surtout, les intenses bombardements subis lors de la guerre du Vietnam, s'ils n'ont jamais pu le détruire définitivement, ont sérieusement mis à mal la structure de l’ouvrage d’art et les 131 voûtes qui la composent.
MLNP

LE REVE D’UN PONT FERROVIAIRE RECONVERTI EN MUSEE 
Bao Nam | La Poste du Vietnam

HANOI - Malgré un investissement estimé à 5.000 milliards de vietnamdong (VND), le projet proposé par l’architecte française d’origine vietnamienne Nguyen Nga d’aménager le pont Long Biên en musée historique contemporain le plus long du monde, est qualifié de «super idée».

Le concept de l’architecte est de soulever ce pont centenaire pour faciliter la circulation des bateaux, de munir pour mémoire l’ancien tablier des moments héroïques de l’histoire nationale et de réserver les rails au centre à des activités culturelles.

Des travées, couvertes de verres transparents, composent un grand espace où est exposé le modèle d’un train à vapeur avec ses anciens wagons aménagés en cafétérias et restaurants.

La surface de l’îlot situé au milieu du Fleuve Rouge serait mise à niveau et entourée de quais, permettant de loger un parc naturel et un village de fabrication de soie (culture du mûrier, sériciculture, tissage).

La voie de chemin de fer actuelle, étalée sur 131 voûtes, serait réhabilitée en «jardin suspendu», une coulée verte comme un Viaduc des Arts à Paris ou le parc High Line à New York. Ce jardin, aux deux anciennes rues Gam Cau et Phung Hung, deviendrait un lieu de détente et une promenade plantée.

02(@D.R.).jpgSur la rive nord, se situerait la Tour du Lotus, musée des arts contemporains en forme d’un lotus s’ouvrant à moitié.

Cette fleur, la fleur nationale du Vietnam attachée à l’image du Bouddha et du Président Ho Chi Minh, symbolise la voie du Salut ou comment, en quête d’idéal, échapper à la vie matérielle.

Ce monument serait construit en métal et en bois, une association de la technologie du futur et des matériaux traditionnels.

Ce projet de Nguyen Nga proclame la volonté d’exploiter le potentiel touristique et d’améliorer le cadre de vie aux alentours du pont Long Biên.

L’investissement est estimé à environ 5.000 milliards VND sur 10 ans. Selon Nguyen Nga, le gouvernement français pourrait subventionner le projet à hauteur de 80 millions d’euros, à charge pour le secteur privé de se mobiliser pour financer les 50% restants.

L’architecte Nguyen Nga a fait sa présentation le 20 septembre dernier à Hanoï lors d’un colloque intitulé 'Projet de préservation et de réhabilitation du pont Long Biên'. Les propositions avancées, dont la solution de financement, ne semblent guère convaincre.

En effet, sitôt l’idée connue, ses opposants ont aussitôt fait valoir que la transformation du pont en musée n’est pas réalisable puisque ce pont demeure une ligne ferroviaire primordiale du réseau national. De plus, en réalisant un tel projet, Nguyen Nga devrait assumer une lourde responsabilité. Pourtant, ses détracteurs admettent qu’il convient de préserver le caractère artistique de ce pont représentatif et qu’il est permis de réfléchir à la rentabilité et l’attirance d’investissements, étrangers et nationaux, du projet.

En effet, Hanoï a l’ambition de construire une zone piétonne verte, nommée 'Avenue de la paix', qui relierait sur 4km les sites culturels et historiques de la capitale millénaire, témoins de l’histoire légendaire de la nation, au pont Long Biên.

Cette avenue permettrait aux touristes de découvrir le centre-ville. Elle commencerait au Théâtre National, se dirigerait vers le parc Ly Thai To, rues Hang Ngang, Hang Dao, passerait ensuite la citadelle royale Thang Long, le Temple de la Littérature, le mausolée du Président Ho Chi Minh et achèverait son parcours au pont Long Biên.

Sur cet itinéraire, un arrêt intéressant : le château d’eau Hang Dau sera aménagé en musée destiné à exposer les collections d’objets d’arts anciens représentant les valeurs culturelles du Vietnam.

Des idées contradictoires

Répondant à la demande de soutien de Nguyen Nga, l’architecte Hoang Dao Kinh estime que le chemin menant vers l’approbation du projet devra traverser «une forêt» de formalités. Selon lui, il ne s’agit ici que d’une ébauche de projet ; pour qu’il voit jamais le jour, avant même de discuter les détails concernant l’architecture et la technique, il faut d’abord parler d’une seule voix aux responsables des Transports et trouver du soutien auprès du gouvernement.

03(@D.R.)_B.jpgIl demeure que l’aménagement et la préservation de ce pont nécessiteront tôt ou tard un changement : l’utilisation d’un moyen de transport plus moderne et, en conséquence, le contournement ferroviaire de cette ligne. Mais une reconversion du pont ferroviaire en musée n’est pas gagnée, même si Rome ne s’est pas construite en un jour. Il faut donner du temps au temps car il s’agit d’un projet à 10 ans.

Le Dr. Nguyen Thi Vinh, secrétaire adjoint de l’Association des centres urbains du Vietnam, soutient ce projet. Il donne l’exemple de ponts touristiques célèbres tels que Banpo, pont-fontaine, en Corée du Sud, Aiola Island, construit en 2003 sur la rivière Mur à Graz (Autriche), une attraction touristique ou Python à Amsterdam, en forme d’un grand serpent qui relie la péninsule Sporenburg à l’île Borneo.

Malgré ces opinions favorables, les contestations sont vives et ils sont nombreux à s’interroger sur le gaspillage d’une somme de 5.000 milliards VND pour mettre un musée dans le pont encore en service.

L’architecte Ngo Duc Doan, vice-président de l’Association des Architectes du Vietnam, constate que le pont Long Biên, attaché aux vicissitudes de la capitale, est déjà, en lui-même, un objet historique. Selon lui, le pont, reconverti en musée sans bien réfléchir, risque surtout de ressembler à un supermarché. D’autres spécialistes craignent également que le pont, après avoir revêtu un nouvel habit d’apparence éblouissante et trompeuse, ne perde le caractère «taciturne et pensif» qui est le sien.

Opposé au projet de Nguyen Nga, le Dr. Luu Duc Hai, ex-directeur du Département du développement urbain (Ministère de la Construction), déclare ainsi : «Je ne suis pas d’accord d’aménager le musée archéologique dans le château d’eau Hang Dau. Il s’agit d’une construction destinée à distribuer l’eau faisant partie des deux châteaux d’eau à préserver et à mettre en valeur».

Bao Nam | La Poste du Vietnam | Vietnam
21-09-2011
Adapté par : Mai Linh Nguyen Pham

Réactions

Baoan | 14-12-2011 à 17:46:00

Mais nooon ! C’est très beau. Cependant les constructions des Chams sont fait de la brique et avec des murs très épais. On peut en voir encore à My Son (près de Da Nang), un complexe restauré par les architectes Polonais dans les années 70. Ces constructions n’ont rien à voir avec les structures de Renzo Piano et par conséquence avec le projet de l’esplanade à Thu Thiem non plus. Cette comparaison avec l’architecture Cham c’est plutôt une vue d’esprit je suppose?

DeSo | architecte | paris | 01-12-2011 à 00:19:00

Sauf qu'au concours Thu Thiem de la grande place centrale, la forme de lotus des pavillons s'inspirai des portes d'entrés Sham, en forme de lotus, en pleine ancienne région khmer, en métal et bambou et qu'ils avait des fonctions climatiques de "cloches a froid" et d'abaissement de la température. Il faut bien regarder les projets avant de s'emporter sur le manque de créativité...

Baoan | 30-11-2011 à 19:28:00

Dites, faut pas exagérer, déjà à Saigon dans le concours pour le « Thu Thiem New Urban Area Design Competition », un bureau français avait proposé un collage des éléments essentiels du projet de Renzo Piano du Centre culturel Tjibaou à Nouméa

Bon, ça va une fois, mais refaire le même coup c’est trop. Seraient-ils en manque d’imagination les jeunes architectes Français?!!!

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Martin Duplantier Architectes

Des idées, des envies. De ville, de pièce. Une association, un renouveau. Un livre, une histoire. Des mots, des formes. Dessus, dessous. Loser, winner. [Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de SCAU

Une année 2018 pleine d’effervescence pour le collectif de SCAU : Search & Create Alternative Uses !... A commencer par la sortie en librairie aux éditions Park Books de Creatures of the City qui donne à lire de...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de G+ architectes (Paul Gresham et Michaël Neri architectes)

Groupe scolaire à Viessoix : en chantier. Maison de la danse et du chant : en études. Médiathèque et Ecole des Arts à Champagné : concours. Salle de spectacle à Basse-Goulaine :...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Margot-Duclot

Le mois de décembre 2018 prolonge une année très occupée par des chantiers et des concours avec le suivi de 5 opérations simultanées : la dernière ligne droite pour la Caserne de Reuilly à Paris...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Bruno Gaudin Architectes

Parmi les belles actualités de l'agence Bruno Gaudin Architectes, deux équipements culturels singuliers qui s'inscrivent dans une démarche de valorisation du patrimoine ont été récemment livrés. Un...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de PANARCHITECTURE

Ce sont des projets tant attendus qui sortent enfin de terre : trois maisons individuelles neuves dans le sud de la France et un Hôtel à Paris rue du Faubourg Saint Honoré.  Ce sont quelques journées en gilets jaunes...[Lire la suite]