Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Entretien | Construire en Guyane, l'expérience RH+ architecture (21-09-2011)

Fort d’un goût prononcé pour l’aventure et le Far West, épris de concours originaux, les fondateurs de la jeune agence RH+ architecture, Adrien Robain et Alix Héaume, réalisent en Guyane, à Cayenne, deux projets : la bibliothèque universitaire dont la livraison interviendra fin 2012 et l’Institut d’Emission de Monnaie de Guyane dont le chantier débutera en 2012. Retour sur expériences.

French Touch | Cayenne | rh+ architecture

Le Courrier de l’Architecte : Pourquoi la Guyane ?

Adrien Robain : Nous avions fait Europan DOM en 1999. Nous avions travaillé, à l’époque, sur un site en Guyane. Nous étions arrivés deuxième et avions obtenu la mention.

Alix Héaume : Nous avions alors peu de références construites et, à dire vrai, nous étions attirés par l’atypique, à savoir, par les territoires en dehors du contexte métropolitain. Nous participions à des concours décalés. Il y eut celui de Montevideo pour la création d’un quartier en bord de mer ou encore un à Pretoria pour la réalisation d’un mémorial.

AR : Nous apprécions les projets décalés et puis... le Far West !

Qu’engage une réflexion sur les territoires et départements d’outre mer ?

AH : Ce sont généralement des contextes chargés...

AR : ...et atypiques où la mise en oeuvre s’avère complexe. La Guyane est somme toute un champ d’expériences...

AH : ...lequel nous oblige d’ailleurs à repenser notre rapport à la matière. L’humidité atteint là-bas des taux maximum. Ce sont des problématiques nouvelles et enrichissantes pour un architecte d’autant plus qu’au-delà de toutes normes, la démarche environnementale est fondamentale en Guyane. La ventilation naturelle, pour ne citer qu’elle, est une condition sine qua non sans quoi toute construction serait vouée au pourrissement. Chaque concept, chaque projet doit ainsi tenir compte de ces paramètres et, par ailleurs, s’adapter à une technologie ou à un savoir-faire de la main d’oeuvre qui n’est pas aussi développé qu’en métropole.

AR : Cela dit, c’est un réel plaisir de découvrir un contexte plus libre bien que naturellement contraint.

02(@RHplus)_B.jpgQu’est-ce que faire de l’architecture en Guyane ?

AH : S’il y a une liberté de style, le geste architectural, en Guyane, n’existe pas et ne fait pas sens. L’architecture avant de paraître est là pour abriter.

AR : La surenchère n’a effectivement pas sa place.

AH : Il s’agit de rester dans l’essentiel sans pour autant revenir à une approche vernaculaire. Nous voulons proposer une architecture forte, contemporaine avec une écriture simple et efficace.

Quel(s) parti(s) pour vos projets ?

AR : Nous développons par exemple l’idée de bâtiment massif en béton, enrobé et protégé par un écrin en bois afin d’apporter l’ombre nécessaire au rafraichissement. Il faut savoir qu’en Guyane, puisque proche de l’Equateur, la façade la plus exposée au soleil est la toiture. La création d’une sur-toiture permet de ventiler naturellement le bâtiment. Du point de vue des matériaux, outre le béton, nous utilisons des essences locales et nous réfléchissons à des habillages low tech par exemple.

AH : Pour la bibliothèque universitaire, dont le chantier est en cours, nous avons imaginé un hall et des cheminements abrités. Les toitures en débord protègent ainsi les usagers mais aussi les façades du soleil et de la pluie.

03(@RHplus)_S.jpgComment avez-vous obtenu votre place au soleil ?

AR : Il y eut Europan, à la suite de quoi des tables rondes et des expositions lesquelles ont donné lieu à des frictions, souvent saines, nous permettant de créer des liens avec des architectes locaux. Quant aux projets, nous postulons tout simplement à des concours ou bien répondons à des appels d’offres.

AH : Sur les petits concours, nous sommes peu nombreux à participer. Ce sont, en général, les grosses opérations qui mobilisent et qui donnent lieu à une rude concurrence.

Qu’en est-il des agences locales ?

AH : Il y a une dizaine d’agences locales. L’architecture contemporaine adopte tantôt un style créolisant, tantôt 'moderno', tantôt high tech. Le microcosme guyanais est plus ou moins le même qu’à Paris, à une échelle moindre, bien entendu.

Avez-vous l’ambition d’ouvrir un bureau sur place ?

AR : Non. Pour mener à bien nos projets, nous préférons nous associer. Ainsi, pour la bibliothèque, nous travaillons avec ARA et pour IEDOM avec Cottalorda-Peres.

AH : Et puis, le temps du voyage nous permet d’avoir du recul, non ?

La Guyane, s’agit-il de Kourou, Cayenne et des centres urbains seulement ?

AR : Nous avons participé à un concours pour la réalisation d’une école en pleine jungle. Le site n’est accessible que par avion sinon après six jours de pirogue. Nous avions gagné le concours mais celui-ci est resté sans suite.

Qu’implique la construction en pleine jungle ?

AR : Nous avions été amenés dans ce cas à développer une réflexion sur le low tech où tout, plus ou moins, devait être produit sur place.

AH : Nous avions proposé nombre d’espaces extérieurs ainsi que plusieurs huttes en tressage de bois afin de mobiliser les savoir-faire locaux.

De nouveaux projets outre-jungle?

AR : oui, un concours à Saint-Pierre-et-Miquelon, entre autres.

Propos recueillis par Jean-Philippe Hugron

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Jean-Pierre Lott

2018 a été une année « sudiste » qui a vu l’achèvement de deux projets monégasques, le Stella et les Cigognes, le démarrage de la Villa Troglodyte toujours à Monaco. Mais aussi 2...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Silvio d'Ascia Architecture

L’agence Silvio d’Ascia Architecture a livré en 2018 le projet « O’rigin », un immeuble de bureaux qui revendique une simplicité intemporelle à travers une architecture de pierre. L’agence...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Brunet Saunier Architecture

2018…. Avec l’analyse de 90 projets hospitaliers de BRUNET SAUNIER ARCHITECTURE mis en scène lors de l’Exposition « Phylum H » à la Galerie d’architecture qui proposait un regard transversal,...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Valode & Pistre

Valode & Pistre a pour vocation d’intervenir dans tous les domaines de l’architecture, de l’aménagement urbain et de l’architecture d’intérieur. L’année 2018 confirme la...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Valode & Pistre

Valode & Pistre a pour vocation d’intervenir dans tous les domaines de l’architecture, de l’aménagement urbain et de l’architecture d’intérieur. L’année 2018 confirme la...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Elizabeth de Portzamparc

Le Musée de la Romanité de Nîmes, événement architectural et culturel contemporain, a été inauguré le 2 juin. Une monographie sur le travail d’Elizabeth de Portzamparc a été...[Lire la suite]