Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Le savoir-faire de Serge Ferrari à l'épreuve des 'bio-domes' de Wilkinson Eyre Architects

Livrées en juin 2012, oeuvre des architectes Wilkinson Eyre, les serres 'Gardens by the Bay' marquent de façon spectaculaire l’horizon de Singapour. L’ensemble a été équipé en screen composite Soltis® 92 soit 25.000m² de stores extérieurs - signés Serge Ferrari - protégeant la biodiversité de ces jardins botaniques extraordinaires.

Infomercial

«Si l’architecte choisit la couleur de la peinture et l’ingénieur tapote des chiffres sur sa machine, qui fait réellement le travail ?», ironisait Jim Eyre, fondateur de l’agence britannique Wilkinson Eyre Architects dans un texte écrit en 2001. «Aucune équipe de projet n’est complète sans un architecte à bord», poursuit-il.

Aussi, les projets de Wilkinson Eyre Architects flirte avec l’ingénierie. L’esthétique high-tech est indéniable. En témoigne Gardens by the Bay, deux grandes serres monumentales dont la silhouette spectaculaire marque l’horizon de Singapour.

«L’astuce que nous avons explorée nous a conduit à réaliser une structure simple, à la fois coquille et grille», explique Paul Baker, architecte de l’agence Wilkinson Eyre.

02(@SergeFerrari)_B.jpgCes jardins se composent de deux serres : 'le Dôme des Fleurs' - sur 1,2 hectare et 38 mètres de hauteur - recrée le climat méditerranéen au printemps et 'la Forêt Tropicale' - sur 0,8 hectare et 58 mètres de hauteur - reproduit les conditions climatiques tropicales en montagne.

La géométrie complexe et les courbes hyperboliques des deux dômes participent à l’identité architecturale de ces édifices d’exception. Leur structure légère tend à minimiser les ombres projetées sur les plantes et végétaux.

Ces bâtiments dynamiques sont équipés de stores - dont la gestion est automatisée et individuelle - qui s’adaptent à la course du soleil et aux conditions météorologiques. La réduction des apports solaires entrants permet de maintenir un niveau de lumière naturelle suffisant - et vital - pour les espèces inventoriées.

03(@SergeFerrari).jpgZoom sur la protection solaire extérieure

Assurer le confort des visiteurs, limiter les apports solaires, réduire l’utilisation de la climatisation, tels sont les trois critères essentiels pour lesquels le choix de la maîtrise d’oeuvre et de la maîtrise d’ouvrage s’est porté sur le screen composite Soltis® 92.

Au total, ce sont 419 stores extérieurs rétractables qui se déploient et/ou se dissimulent complètement sous les arcs. Les stores triangulaires - 8m x 12m (en moyenne) - sont tendus grâce à un système de câbles.

Les 25.000m² de protection solaire Serge Ferrari limitent l’usage de la climatisation de plus de 30% - lorsqu’ils sont partiellement déployés - et de 70% lorsqu’ils le sont complètement.

04(@SergeFerrari).jpgAtouts de Soltis® 92

Léger et durable, ce screen composite - 420gr/m² - s’adapte parfaitement aux courbes de l’enveloppe extérieure sans en alourdir la charge.

La technologie Précontraint Serge Ferrari® assure une stabilité dimensionnelle et une planéité inégalée. Face à la force des vents, ce screen résiste - sans renfort - à la déchirure.

Ce screen micro-aéré contribue à la diminution des dépenses énergétiques d’un bâtiment et permet d’en réduire le coût d’exploitation. Bouclier thermique, Soltis® 92 absorbe et rejette jusqu’à 97% de la chaleur.

Il participe au confort visuel en assurant une ambiance lumineuse agréable tout en limitant l’éblouissement à l’intérieur des dômes.

100% recyclable grâce au process industriel Texyloop® - critère décisif pour l’obtention de la certification Green Mark -, ce screen composite (comme toutes les gammes bâtiment Serge Ferrari) bénéficie d’une ACV et d’une FDES.

En savoir plus :

Serge Ferrari
BP 54 | ZI | 38352 La Tour du Pin Cedex
www.sergeferrari.com
www.texyloop.com




Portrait |Sandra Planchez face à l'appel de la nouveauté

Tout nouveau, tout beau ? Sandra Planchez témoigne d’un goût immodéré pour la nouveauté. Il n’y a là pourtant rien d’une fuite en avant - qu’elle condamne par ailleurs - ni...[Lire la suite]

Erratum : crédit image : cantin-planchez-DR

Portrait |Bruno Rollet, des nouvelles du front ?

Les conditions difficiles d’exercice du métier d’architecte ou encore la réduction des prérogatives d’une profession amènent de nouvelles pratiques. Dans ce contexte, l’angle d’attaque social...[Lire la suite]


Portrait |Poy Gum Lee, des gratte-pagodes de New York à Shanghai

Tuiles vernissées sur gratte-ciel Art déco… un bien étrange syncrétisme visible, entre autres, à Shanghai. Mais quelle ville n’a pas eu la tentation d’adopter la modernité et de la...[Lire la suite]

Portrait |Bruno Rollet, des nouvelles du front ?

Les conditions difficiles d’exercice du métier d’architecte ou encore la réduction des prérogatives d’une profession amènent de nouvelles pratiques. Dans ce contexte, l’angle d’attaque social...[Lire la suite]

Portrait |Ludwig Leo, le techno-pop berlinois

L’AA School rend hommage à Ludwig Leo, figure discrète de la scène architecturale allemande disparue en 2013. L’exposition, qui fait escale à Londres du 5 mai au 6 juin 2015, a d’ores et...[Lire la suite]

Portrait |Il était l'architecte le plus dangereux du monde

L'appréciation n'est pas celle du Courrier de l'Architecte… mais du FBI. Sous la plume de son premier directeur, J. Edgar Hoover, elle cible un américain : Gregory Ain (1908-1988). Ses fréquentations teintées...[Lire la suite]