tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Avec la pierre de Wallonie, Yves Delhez prend ses aises

La maçonnerie de pierre sait se jouer des horizontales. L’architecture organique d’Yves Delhez a insufflé à certaines habitations un lien fort avec la nature, une intensité des lignes de force, des formes instinctives et généreuses et, bien sûr, des matériaux exclusivement locaux - la pierre et le marbre de Wallonie - car cette architecture se veut aussi écologique et bioclimatique.

Infomercial

Paysages minéraux

Les maisons de l’architecte Yves Delhez ne passent pas inaperçues, avec souvent un brin d’humour à la clé. Des culs de bouteilles sortent d’une façade en gros moellons comme des lunettes de visée, des pierres de coloris différents dialoguent dans des structures toutes en rondeurs, des murs se plissent, s’évasent, s’ouvrent, se déchirent, bref se plient à l’imagination du concepteur. «Mes principes de composition se basent essentiellement sur la métamorphose de formes ainsi que sur l’expression, interpellant des contraires comme la courbe avec la droite, le lourd avec le léger, l’ouvert avec le fermé, la pigmentation voulue avec la teinte naturelle d’une matière, etc.», souligne l’architecte.

Ces interactions induisent des mouvements, une vie particulière à chaque bâtiment. Des directions sont données aux éléments de composition, de l’extérieur vers l’intérieur pour protéger le privé du public, de l’intérieur vers l’extérieur pour s’orienter sur une vue privilégiée et du nord au sud pour choisir un axe bioclimatique. Ces maisons, évolutives et flexibles, expriment une intense énergie et leurs habitants s’y installent avec une certaine joie.

Les matériaux de prédilection d’Yves Delhez pour l’extérieur sont la pierre et le bois mais aussi toute autre matière qui peut devenir 'vivante' et malléable sans devenir molle. «J’ai appris à connaître la limite des possibilités des différentes matières», explique celui qui met souvent la main à la pâte et qui connaît son métier sur le bout des doigts.

02(@CristinaMarchi)_S.jpgLa pierre

Le pays d’Yves Delhez est celui de l’arkose. Roche détritique riche en quartz, l’arkose a comme originalité d’être un grès grossier, feldspathique. Par ailleurs, son liant est argileux et non calcaire, ce qui augmente sa résistance dans le temps à la pluie. Originaire du nord-est de l’Ardenne, on l’appelle aussi pierre de Boussire, pierre de Waimes, pierre des Hautes Tailles. Clivée ou semi-taillée, cette pierre aux belles nuances beige forme des moellons de 8cm d’épaisseur minimum.

La technique

Le trass est le nom d’un tuff volcanique extrait en Eifel. Roche de couleur claire, grisée ou crème, formée de très fines poussières, elle ressemble à la pouzzolane et en possède les mêmes qualités. Le trass est utilisé pour réaliser des mortiers. Mélangé avec la chaux, du sable ou du ciment de Portland, il est largement employé aux Pays-Bas, en Allemagne et au Luxembourg en constructions hydrauliques ou en architecture.

Depuis une vingtaine d’années, Yves Delhez l’utilise pour monter ses maçonneries car le ciment trass évite toutes les efflorescences et permet un travail même en cas de gel sévère. Contrairement à une habitude de plus en répandue qui veut travailler avec des mortiers très secs, Yves Delhez monte toujours ses maçonneries de manière classique avec ces matériaux qui, s’ils sont plus chers que ceux couramment employés, permettent d’obtenir ainsi un résultat en accord avec le but recherché.

03(@CristinaMarchi).jpgL’association Pierres et Marbres de Wallonie

Créée en 1990, elle regroupe une trentaine de carrières wallonnes et a pour objectif principal la coordination globale d’actions pour la promotion des roches ornementales aussi bien en Belgique qu’à l’étranger.

L’association fournit des renseignements sur la pierre et ses applications auprès du grand public, des architectes, des entrepreneurs et des autorités publiques. Elle dispense donc une information de qualité sur l’ensemble de ses membres et son intervention est fréquemment requise pour des questions d’identification ou de choix de pierres dans le cadre de chantier de restauration ou de projets de construction.

En savoir plus :

Pierres et Marbres de Wallonie asbl
11 rue des Pieds d'Alouette | 5100 Nannine | Belgique
T. +32 81.22.76.64
info[at]pierresetmarbres.be
www.pierresetmarbres.be

elzinc

Portrait |Fernando Higueras, un brutaliste en l'île

A l’heure où l’architecture peut se limiter à quelques effets de façade – peut-être le seul espace de liberté d’une profession – les regards se tournent, nostalgiques, vers le...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Nuno Teotónio Pereira, le modernisme contre Salazar

Dans la lignée des reconnaissances tardives, après Frei Otto, lauréat du Prix Pritzker 2015, Nuno Teotónio Pereira s’est vu récompensé le 13 avril 2015, à 93 ans, du Prix de...[Lire la suite]


elzinc

Portrait |Chen Kuen Lee, après Scharoun

Voilà une carrière qui force la curiosité. En 1931, Chen Kuen Lee quitte la Chine pour rejoindre l’Allemagne. Il y étudie l’architecture et travaille aux côtés de Hans Poelzig et Hans Scharoun. Il...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Porro-de la Noue, à la poursuite du conte

L’histoire continue. Un univers de vitraux, d’oiseaux, d’ogives, de seins et de tétons. L’exubérance n’a d’égal que la dignité qu’offre l’architecture à ses usagers....[Lire la suite]

elzinc

Portrait |André Ravéreau par le détail

La disparition d'André Ravéreau le 12 octobre dernier ne signifie pas pour autant la dissolution de son enseignement. L'hommage invite aujourd'hui à la relecture immédiate de son œuvre ; l'exercice pertinent...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Antonin Raymond, un architecte sans histoire ?

Les œillères de l’histoire orientent le regard vers des géographies familières et proches. Les ouvrages encyclopédiques sont parfois myopes dès qu’il s’agit d’aborder des objets...[Lire la suite]

Eglise Meguro à Tokyo