Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

'Metropol Parasol' à Séville : une prouesse mondiale d'ingénierie bois signée Finnforest

Finnforest a fabriqué et livré les éléments constructifs à base de Kerto® pour l'une des plus grandes constructions bois au monde : le Centre Urbain 'Metropol Parasol', à Séville (Espagne), conçu par l'architecte Jürgen Mayer H. Ce sont plus de 3.000 pièces structurées en Kerto®, soit un volume de 2.500m3 qui ont été nécessaires à la réalisation de ce monument.

Communiqué de presse

Le projet architectural 'Metropol Parasol' de l'architecte berlinois Jürgen Mayer H. a remporté le concours international d'architecture pour la réhabilitation de la Plaza de la Encarnación de Séville en 2004.

Ce bâtiment, qui représente l'un des projets urbains les plus intéressants et visionnaires d'Europe, va sans aucun doute devenir le nouveau lieu symbolique de la ville. 'Metropol Parasol', avec ses six parasols, est l'une des plus grandes constructions bois au monde. Cette impressionnante et complexe construction atteint une hauteur de 28 mètres et couvre une superficie de plus de 11.000 mètres carrés.

Le sous-sol abrite un musée archéologique, le rez-de-chaussée est utilisé comme une place de marché et l’espace offert par la toiture sera utilisé pour accueillir de grands évènements. Tout en haut de l’édifice culmine un restaurant de 300 mètres carrés au coeur des éléments bois des parasols. Une promenade publique au sommet des parasols permet de profiter d’une vue magnifique sur la ville de Séville.

«'Metropol Parasol' exploite le potentiel de la Plaza de la Encarnación pour devenir le nouveau centre ville contemporain. Son rôle, en tant qu’espace urbain unique au sein des quartiers médiévaux de Séville, est d’offrir une grande variété d'activités telles que musées, loisirs et commerces. Cette combinaison participe d’ores et déjà à l’animation de la place, lui permettant ainsi de devenir une destination attractive aussi bien pour les touristes que pour les habitants de Séville», explique Jürgen Mayer H., de l’agence J. Mayer H. Architects à Berlin.

'Metropol Parasol' représente un parti pris très audacieux aussi bien en terme d’architecture qu’en terme d’ingénierie. Trois caractéristiques techniques donnent à ce projet toute son exemplarité : l’utilisation du LVL à plis croisés appelé Kerto-Q, le développement d’un assemblage collé innovant ainsi que l’application d’un vernis polyuréthane totalement couvrant.

Un matériau extrêmement résistant protégé par une technologie de pointe

L’immense structure en bois est constituée de panneaux Kerto-Q recollés formant une grille tramée de 1,5 mètre x 1,5 mètre. La taille des différents éléments porteurs est adaptée à la charge réelle et est, de ce fait, très variable. L'épaisseur des éléments finis varie de 68 millimètres à 311 millimètres. Le plus imposant des quelques 3.400 éléments bois mesure 16,5 mètres x 3,5 mètres.

Seules les fondations et les tours cylindriques contenant les ascenseurs sous le restaurant panoramique sont en béton. La plate-forme du restaurant qui le porte à 21,5 mètres au-dessus du niveau du sol est réalisée en acier avec une dalle de compression en béton armé.

Le projet 'Metropol Parasol' a mis en évidence l'étroite collaboration entre architectes, ingénieurs structure, spécialistes de la protection incendie et experts de la construction bois. La condition préalable pour un déroulement efficace fut l’échange de données électroniques notamment la modélisation 3D entre tous les partenaires de la planification aussi bien allemands qu’espagnols. Les données du modèle d'architecture (J. Mayer H.) ont été directement intégrées dans le logiciel des ingénieurs structure.

Les éléments individuels de la structure quadrillée se composent de Kerto-Q. Ils ont été découpés avec une précision millimétrique en utilisant un robot à commande numérique exécutant également les fraisages demandés. Toutefois, de nombreuses tâches ont été effectuées manuellement comme par exemple le perçage des 35.000 trous de 70 centimètres de profondeur pour le collage des tiges d’acier qui forment l’assemblage entre les éléments.

Environ 3.400 éléments différents ont été fabriqués à l’usine de composants Finnforest à Aichach, près de Munich, en Allemagne. De là, 2.500 mètres cubes de Kerto ont été acheminés par camion vers Séville. Les éléments ont été ensuite recouverts d’un vernis polyuréthane par la société espagnole Apimosa SL.

'Metropol Parasol' n’ayant pas de toit et devant lutter contre les conditions météorologiques, il a dû s’appuyer sur une autre forme de protection. Afin de répondre à ces contraintes, les architectes ont choisi un nouveau système de protection du bois. Le Kerto-Q préalablement traité en autoclave a été revêtu d’un vernis polyuréthane bi-composants de 2-3mm d’épaisseur, imperméable à l’eau mais perméable à la diffusion de vapeur d’eau, nécessaire à la conservation de l’ouvrage.

La résistance structurelle du 'Metropol Parasol' dépend principalement des 3.000 assemblages entre les éléments en Kerto-Q constitutifs de la grille de poutres. Les ingénieurs de Arup et de Finnforest ont mis au point un assemblage novateur basé sur des tiges d'acier collées dans le bois avec une colle résine époxy. Compte tenu des conditions thermiques extrêmes dans le sud de l'Espagne, l’assemblage complet a été chauffé, assurant ainsi une plus grande résistance des liaisons et ce, même à des températures très élevées.

Finnforest France - Division Construction
11 avenue Dubonnet | Immeuble Le Doublon | Bâtiment A | 92407 Courbevoie Cedex
T. 01.41.32.36.36
construction.france[at]finnforest.com
www.finnforest.fr




Portrait |La maquette sans Chichi ? Impensable!

Chichi. Antonio Chichi. Prononcez Kiki. Italien. Plus exactement Romain. Né dans le quartier de San Lorenzo, de parents pauvres. Rien ne le prédestinait à la célébrité si ce n'est son talent. Son oeuvre est...[Lire la suite]

Portrait |Emmanuelle Colboc, comme une feuille délicate sous un rocher

Apposer quelques mots sur l’acte de bâtir. L’ambition est née d’un constat simple ; «Nous parlons d’architecture de façon trop compliquée, ce qui, de fait, l’éloigne du...[Lire la suite]


Portrait |Antonin Raymond, un architecte sans histoire ?

Les œillères de l’histoire orientent le regard vers des géographies familières et proches. Les ouvrages encyclopédiques sont parfois myopes dès qu’il s’agit d’aborder des objets...[Lire la suite]

Eglise Meguro à Tokyo

Portrait |La maquette sans Chichi ? Impensable!

Chichi. Antonio Chichi. Prononcez Kiki. Italien. Plus exactement Romain. Né dans le quartier de San Lorenzo, de parents pauvres. Rien ne le prédestinait à la célébrité si ce n'est son talent. Son oeuvre est...[Lire la suite]

Portrait |Bartolo Villemard, les pilotes de la métamorphose

L’image, l’objet, la forme, le contexte… autant de tartes à la crème ! Eric Bartolo et Jérôme Villemard en sont pleinement conscients. Toutefois, le duo se refuse de participer au jeu des mots...[Lire la suite]

Portrait |Il était l'architecte le plus dangereux du monde

L'appréciation n'est pas celle du Courrier de l'Architecte… mais du FBI. Sous la plume de son premier directeur, J. Edgar Hoover, elle cible un américain : Gregory Ain (1908-1988). Ses fréquentations teintées...[Lire la suite]