Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

'+2°C... Paris s'invente !' : Paris plongé dans un climat fiction au Pavillon de l'Eau, Paris 16e

21/1125/02

Depuis le 9 novembre 2011 et jusqu'au 25 février 2012, pour explorer le thème du changement climatique, Eau de Paris remet à l’honneur '+2°C... Paris s'invente !', exposition conçue par deux architectes du collectif 'Et Alors', présentée en 2010 au parc de Bercy à l’occasion de la 3e édition des Journées Parisiennes de l’Energie et du Climat par la Ville de Paris. A voir au Pavillon de l'Eau, Paris 16e.

Ce projet imagine ce que serait Paris si la température augmentait subitement sur terre. Comme dans un docu‐fiction, les architectes Yannick Gourvil et Cécile Leroux, membres du collectif 'Et Alors', ont réinventé les quais de Seine, les rues, les bâtiments et les architectures parisiennes.

Eau de Paris a commandé au collectif d’architectes une nouvelle création‐fiction sur l’eau à Paris. Cette création, dévoilée le 8 novembre 2011, est un exercice de style libre, qui explore de façon inédite la place de l'eau à Paris, dans un contexte modifié : le 'climat +2°C'.

Par cette démarche, les deux artistes et Eau de Paris entendent sensibiliser les Parisiens à la nécessité de la préservation des ressources en eau et à leur importance dans l’espace urbain.

Le Paris du futur

Sortie tout droit de l'imagination de Yannick Gourvil et Cécile Leroux, '+2°C... Paris s'invente !' imagine ce que pourrait être Paris dans l’hypothèse d’une hausse globale des températures de 2°C sur la terre.

Plongé dans un climat totalement fictif, illustré par l’imagination débordante des architectes, le projet propose plusieurs vues de la capitale dans un avenir proche. Luttant contre l’emballement de la machine climatique, la ville se transforme et réinvente des modes de vie urbains.

L’eau au coeur de la ville

Dans la création‐fiction commandée par Eau de Paris, des animaux se baladent entre les espaces verts et l’eau des fleuves, les quais de la Seine deviennent un lieu de vie prisé, les squares abritent des oasis urbains, des récupérateurs d’eau sont installés en haut des tours et les canaux rendus à la nature deviennent des lieux de baignade et de contemplation.

Dans ce paysage presque bucolique, l’eau trouve sa place au coeur de l’espace urbain : l’eau de pluie est récupérée et transformée en eau potable ou en eau non potable, sert à des usages différenciés. Les plantes aident à la purification des eaux de ruissellement, l’eau est une matière urbaine visible, les technologies de l’information permettent une connaissance en temps réel de la consommation de l’eau au niveau de chaque immeuble, des trames vertes et bleues tissent la ville de corridors écologiques...

Symbole d’une société qui va en se complexifiant avec le temps, ce Paris réinventé, utopique, invite chacun d’entre nous à nous projeter sur nos désirs du 'vivre bien' et du 'vivre durable'. Il questionne nos représentations et nos rapports à l’eau en milieu urbain.

'+2°C... Paris s'invente !' se déroule en marge de l’exposition 'L’Eau, trésor de l’Himalaya'.

02(@EtAlors)_B.jpg

Pavillon de l'eau
77 avenue de Versailles | 75016 Paris
T. 01.42.24.54.02
pavillondeleau[at]eaudeparis.fr
www.eaudeparis.fr/page/pavillon/presentation?page_id=91

Entrée libre
Ouverture : du lundi au vendredi, de 10h00 à 18h00 ; le samedi, de 11h00 à 19h00




Portrait |Chen Kuen Lee, après Scharoun

Voilà une carrière qui force la curiosité. En 1931, Chen Kuen Lee quitte la Chine pour rejoindre l’Allemagne. Il y étudie l’architecture et travaille aux côtés de Hans Poelzig et Hans Scharoun. Il...[Lire la suite]

Portrait |Poy Gum Lee, des gratte-pagodes de New York à Shanghai

Tuiles vernissées sur gratte-ciel Art déco… un bien étrange syncrétisme visible, entre autres, à Shanghai. Mais quelle ville n’a pas eu la tentation d’adopter la modernité et de la...[Lire la suite]


Portrait |Samuel Delmas, archi-sensible

Crèches, unités psychiatriques, centres de formation… En somme, des programmes de la banalité. Samuel Delmas transmue ce quotidien en espaces de qualité. Son art est, de fait, précis. Il repose sur «le...[Lire la suite]