tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Palais de l'Unesco, place Fontenoy, Paris, 1952-1958 et 1962-1965 - Intérieur du bâtiment des conférences, octobre 1958 Palais de l'Unesco, place Fontenoy, Paris, 1952-1958 et 1962-1965 - Intérieur du bâtiment des conférences, octobre 1958

'Bernard Zehrfuss (1911-1996) - La poétique de la structure'

16/0913/10

A travers un ensemble de maquettes, de dessins originaux, de photographies, de plans, de films d'époque, l'exposition 'Bernard Zehrfuss (1911-1996) - La poétique de la structure', présentée à la Cité de l'architecture et du patrimoine, Paris 16e, depuis le 19 juin et jusqu'au 13 octobre 2014, met en lumière l'exceptionnelle maîtrise d'oeuvre de l'architecte et dévoile les bâtiments, leur genèse, la force et la beauté de leur architecture.

Bernard Zehrfuss, figure majeure de l’architecture des Trente Glorieuses et Grand Prix de Rome en 1939, s’inscrit dans la grande lignée des architectes du courant rationaliste. Engagé très tôt dans la modernité, il adopte les modes de production les plus novateurs de son temps.

En 1942, Bernard Zehrfuss est chargé d’expertiser les dommages de guerre en Tunisie. On lui confie la direction d’un atelier d’architecture et d’urbanisme voué à établir les plans des grandes villes du pays et à surveiller leur réalisation.

A la fois maître d’oeuvre et maître d’ouvrage, il assure avec son équipe (Paul Herbé, Jean Drieu La Rochelle, Jason Kyriacopoulos, Jacques Marmey, Jean Le Couteur, Robert Dianoux, Claude Blanchecotte) le contrôle architectural des constructions édifiées sur les territoires du pays, la réalisation d’édifices publics et d’ensembles destinés au relogement des populations sinistrées.

Associant à l’expérimentation des théories du mouvement moderne les savoir-faire constructifs de l’architecture vernaculaire, il fait de la Tunisie un laboratoire de la reconstruction.

A la fin des années 40, en rentrant de Tunisie, Bernard Zehrfuss adhère à l’Union des Artistes Modernes, puis au Groupe Espace fondé en 1951 par André Bloc et le peintre Félix Del Marle. Le groupe a pour ambition de favoriser l’intégration des arts dans la vie quotidienne grâce à une étroite collaboration entre architectes, peintres et sculpteurs.

Dès 1953, il en assure la vice-présidence avec Fernand Léger et Paul Herbé et mettra en oeuvre la synthèse des arts dans deux projets industriels majeurs : l’imprimerie Mame à Tours (1948-1953), où il explore l’aluminium - un matériau peu en vogue dans le bâtiment - et demande à l’artiste Edgard Pillet de concevoir la mise en couleur des intérieurs et l’usine Renault de Flins (1950-1957).

Grand chantier de la Reconstruction, ce projet, usine-pilote, traduit les nouvelles orientations industrielles de la France. Architecte conseil de l’usine, il conçoit aussi les logements du personnel. Il fait appel à l’artiste Félix Del Marle pour la mise en couleur extérieure des logements et des bâtiments industriels.

En août 1950, le plan d’aménagement de La Défense est confié à Bernard Zehrfuss, Robert Camelot et Jean de Mailly. Ne souhaitant pas dissocier l’architecture de l’urbanisme et captivés par l’élaboration de ce manifeste moderne, ils s’efforcent d’associer l’art de la composition urbaine et les théories du mouvement moderne, avec des bâtiments ordonnancés dans l’axe de La Défense.

02(@AA-CAPA-Archives architecture du XXe siecle).jpgCentre national des industries et des techniques (CNIT), Paris La Défense, 1952-1958 - Vue aérienne de la voûte achevée, fin 1958Le CNIT (1952-1958) est l’un des édifices les plus emblématiques des Trente Glorieuses. Sa couverture, une double coque en béton construite en un temps très court, établit un record mondial de portée. Avec ses 218m de côté et 46m de flèche, le CNIT pourrait abriter la place de la Concorde.

Pour La Défense enfin, Bernard Zehrfuss élabore un projet de gratte-ciel prototype d’'avenue verticale' de 220m de haut qui devait dominer de façon déportée la composition axiale du quartier. Dépassant l’archétype de l’objet tour, l’architecte réfléchit en urbaniste.

Le bâtiment du siège de l’Unesco (1952-1958) et ses extensions jusqu’en 1978 est la réponse de Marcel Breuer, Bernard Zehrfuss et Pier Luigi Nervi à la question posée, au sortir de la guerre, de traduire dans un monument contemporain l’image d’une grande institution internationale, dans le centre historique d’une capitale européenne.

Ce manifeste architectural met en oeuvre deux concepts majeurs : le fonctionnalisme et l’autonomie de bâtiments remarquables, posés tels de grands objets sur un espace libre.

04(@AA-CAPA-Archives architecture du XXe siecle)_S.jpgPour le Musée de la civilisation gallo-romaine à Lyon (1967-1975), face à l’odéon romain, l’idée de Bernard Zehrfuss est d’entailler la colline de Fourvière pour libérer l’espace nécessaire à la construction du musée. La façade sud est recouverte par le talus reconstitué dans son inclinaison initiale et les gradins de la colline remodelée répondent à l’amphithéâtre romain cadré par deux 'canons à lumière'.

Gothique par sa structure et baroque par son jeu d’obliques et de courbes irrégulières, ce musée, oeuvre de maturité, sera son dernier édifice d’importance.

Bernard Zehrfuss a aussi réalisé plusieurs sièges sociaux dont ceux de Siemens et Sandoz, un hôtel à Megève, de nombreux logements, dont le grand ensemble du Haut du Lièvre à Nancy et Super Montparnasse, rare exemple de tour mixte bureaux-logements à Paris.

05(@AA-CAPA-Archives architecture du XXe siecle)_S.jpgAu fil de ces projets, Bernard Zehrfuss collabore avec les plus grands ingénieurs ou constructeurs de son temps (Jean Prouvé, Pier Luigi Nervi, Nicolas Esquillan) et avec de nombreux artistes (Picasso, Miró, Del Marle, Pillet).

Bernard Zehrfuss lègue une oeuvre vivante que l'exposition 'Bernard Zehrfuss (1911-1996) - La poétique de la structure' invite à redécouvrir. Elle témoigne de la richesse des archives de son agence, qui appartiennent à l’Académie d’architecture et sont conservées à la Cité de l’architecture et du patrimoine.

Commissariat : Christine Desmoulins, journaliste et critique d’architecture / Corinne Bélier, conservatrice en chef du patrimoine, Cité de l’architecture & du patrimoine.
Scénographie : Pierre Verger.

03(@Musee de la civilisation Gallo-romaine-Christian Thioc)_S.jpgInformations pratiques :

Cité de l'architecture & du patrimoine | Palais de Chaillot
1 place du Trocadéro | 75016 Paris
T. 01.58.51.52.00
www.citechaillot.fr/fr/expositions/expositions_temporaires/

Galerie d'architecture moderne et contemporaine
Ouverture : tous les jours, sauf le mardi, de 11h00 à 19h00 ; nocturne le jeudi jusqu'à 21h00.

tos2016

elzinc

Portrait |Pour ne plus avoir d'a priori, schneider+schumacher

L'architecture allemande est particulièrement méconnue depuis «l'autre côté du Rhin». Elle se résume bien souvent à l'austère image d'une rigueur ascétique, à un art...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Carl Fredrik Svenstedt, Swedish connection

Parisien, Suédois, formé aux Etats-Unis, ayant grandi au Canada, Carl Fredrik Svenstedt est un étrange hybride culturel. Architecte, il joue, derrière une apparence sage, des contradictions. Un goût pour la...[Lire la suite]


elzinc

Portrait |Chen Kuen Lee, après Scharoun

Voilà une carrière qui force la curiosité. En 1931, Chen Kuen Lee quitte la Chine pour rejoindre l’Allemagne. Il y étudie l’architecture et travaille aux côtés de Hans Poelzig et Hans Scharoun. Il...[Lire la suite]