Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Actualité | Pavillon France à Dubai, l'architecture sauce tomate (20-03-2019)

On dirait une élégante villa Riviera pour nouveaux riches, lesquels auraient exigé à l’architecte de renoncer au coûteux porte-à-faux néo-moderne pour installer, à la place, parmi les pilotis, une batterie de gadgets lumineux. Il s'agit, en fait, du Pavillon France présenté mardi 19 mars 2019 au Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire. Aïe !

France

La presse est venue en nombre, mardi 19 mars 2019, pour assister à la présentation du Pavillon France de l’Exposition Universelle 2020 de Dubaï.

Pour débuter, tout un chacun est accueilli par un joli buffet garni. Sur la table  : gobelets jetables et bouteilles en plastique. Bienvenue au Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire.

Les conversations vont alors bon train et la presse architecturale s’étonne d’être conviée, pour une fois, dans ce ministère du boulevard Saint-Germain… L’art de bâtir aurait-il été oublié de cette prestigieuse adresse ? La présentation du Pavillon France semble signer un curieux repentir.

Sur scène, des hommes. Mais aussi une femme, une ancienne miss France, Sonia Rolland, «directrice artistique», auteure du «film de l’exposition» à savoir un clip de propagande composé à partir d’images piochées de-ci de-là dans quelques banques de données. Aussi neuneu que consternant !

Le projet est ensuite très vite dévoilé et d’aucuns découvrent, sur écran géant, les vues du Pavillon France.

Stupeur. Un bâtiment cubo-cubique – qui fort heureusement évite l’écueil du blob informe – mais totalement clignotant ! Clic ! Clac ! Bleu ! Blanc ! Rouzzzze ! Le tout signé l'Atelier du Prado et Celnikier & Grabli Architectes.

Le fantasme de l’architecture écran pouvaient être, dans les années 90, un tantinet séduisant surtout quand Jean Nouvel s’y amusait. Pour une exposition universelle en 2020… à l’heure du développement durable… libre d’en douter.

Pourtant, Erik Linquier, commissaire général pour la France et président de Cofrex, assure vouloir présenter un pavillon qui ne soit pas obsolète avant la fin de l’exposition. Patratas, il l’est avant même le début de l’événement.

02()_S.jpg

L’intention est cependant ludique et pourra distraire tout ceux qui attendront patiemment d’entrer dans ce sage pavillon sur pilotis aux allures de pseudo-villa Savoye, sans humour ni panache, façon Las Vegas.

L’image passe d’autant plus mal que l’immense gadget lumineux sera allumé de jour comme de nuit. Aux yeux de l’environnement, il y a là un terrible symbole.

Déjà une participation française pouvait sembler rien moins qu’un acte complice – autant, sans doute, que des gilets jaunes face au pillage du Fouquet’s – justifiant cette mascarade «universelle», cette gabegie planétaire, au sein d’une ville très peu vertueuse.

«Mais c’est un pavillon durable», martèle-t-on au Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire. Vraiment ? Oui, durable car il produit lui-même son énergie ! Et ce, via une composition «impressionniste» (cela va sans dire) d’écailles photovoltaïques dont on ne sait d’ailleurs absolument rien de la fabrication…

04()_B.jpg

Pour combler le flou, la présentation du Pavillon France use d’arguments éculés et, sur scène, on finit même par évoquer l’imposant dispositif lumineux comme un symbole… du siècle des «Lumières». De quoi défriser quelques perruques enfarinées.

Et ces lumières vont produire… hihihi… de l’ombre ! Le pavillon dessine en effet une lourde canopée sous laquelle doit survivre des plantes locales, des nanarbres taillés qui forment...devinez quoi ? … un «jardin à la française». «Ils seront replantés ailleurs, bien plus tard après l’exposition», prévient-on : et ce sera là l’une des touches éco-responsables du pavillon. Im-pre-ssio-nnant!

En tout cas, faire pousser des plantes à l’ombre incarne, sans conteste, l’audace de «l’exception française».

Il y a néanmoins plus étonnant encore. Ce pavillon «le plus durable jamais construit», dit-on, aura... la climatisation ! Le Pavillon France sera climatisé «au besoin» et «marginalement» à 24°C.

Et, la construction ? Sera-t-elle durable ? Pas important ! «Je ne sais pas ce qu’apporte la connaissance technique», répond l’architecte à une question posée sur les matériaux qui seront mis en œuvre.

Connaît-on aussi le bilan carbone de l’opération ? «On vous donnera les informations plus tard».

Et la démolition du pavillon ? Ce sera un «démontage». Son remontage ? On vous rappellera dans quelques semaines, «nous avons des pistes».

Ils en avaient... des «pistes»... pour le Pavillon France de Milan conçu par X-Tu. Pour l’heure, il est toujours, en caisses, «façon puzzle».

En tout cas, au Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire, on rit, parmi le public, mais encore trop peu. Tout le monde attend la suite.

«Nous avons voulu sortir de la boîte décorée, reprend l’architecte, pour fabriquer un dispositif high-tech et vernaculaire».

Vernaculaire ???

«Ce pavillon est une grande tente de bédouin», précise l’homme de l’art. Avec un peu d’imagination et quelques champignons hallucinogènes, effectivement, on peut deviner dans ce rigoureux trait néo-moderne, entre une licorne à fleurs et un papillon-dromadaire, une tente de bédouins…

03()_S.jpg

Brune Poirson, secrétaire d’Etat, aussi pétillante qu’enthousiaste, souhaite, pour conclure, que ce bâtiment soit aussi innovant qu’a pu l’être le ketchup lors d’une précédente exposition universelle.

«Nous voulons être une puissance écologique […] et être dans le concret le plus concret possible», résume-t-elle.

Bref, voilà un pavillon lumineux érigé pour la gloire tricolore : Bleu-blanc-sauce tomate !

Jean-Philippe Hugron

Réactions

MDA | architecte | Réunion | 27-03-2019 à 07:28:00

On ne doute de rien au ministère ... n'y chez certains confrères !!!
Bravo pour l'article.

Elisabeth | Architecte | IDF | 22-03-2019 à 13:40:00

«Nous voulons être une puissance écologique […] et être dans le concret le plus concret possible», résume-t-elle. Une puissance écologique dans un pays désertique où n'importe quel équipement est climatisé à 18°C! Est-ce sérieux?
Bravo JP trop drôle ton article!

BC | architecte | Rhone-Alpes | 22-03-2019 à 13:37:00

en tous cas il y a de l'argent à dépenser !!
bravo pour cet article, toujours intéressant de lire ce blog.

BC | architecte | Rhone-Alpes | 22-03-2019 à 13:35:00

quelle honte ce bâtiment!!
Oui, il faut être critique envers les mauvais architectes qui ne savent que servir la soupe et n'ont aucune morale.

ROBIN C | architecte | Paris | 22-03-2019 à 09:27:00

NUL NUL NUL CET ARTICLE !!! ON DIRAIT DU MOHAMED HENNI EN MOINS DROLE. C'EST FACILE DE SNIPER LES ARCHIS QUAND ON PASSE SON TEMPS A BEQUETTER DES PETITS FOURS, ON PEUT ARGUMENTER SUR LA CONCEPTION ARCHITECTURALE SANS POUR AUTANT ETRE INSULTANT. PASSE DERRIERE LA TABLE A DESSIN ET ON EN REPARLE. ALLEZ SALUT, C'EST TOI LA SAUCE TOMATE JP !!!

Emilie | Architecte | Occitanie | 21-03-2019 à 22:02:00

Merci pour la fraicheur de vos articles. C'est un bonheur à lire !

BN | enseignant artistique | Mayotte | 21-03-2019 à 13:17:00

A-t-on besoin de tels jugements à l'emporte pièce ? A-t-on besoin de se faire autant mal entre praticiens de l'architecture, comme des politiciens qui assènent leurs remarques pour blesser ou pour tuer ? Tout ce que vous soulevez comme interactions entre le bâtiment et l'environnement est juste. Nous avons besoin de votre oeil critique. Nous devons, après la lecture de tout article, devenir plus intelligents, mais pas être sonnés par une sorte de règlement de compte qui échappe au lecteur lambda que je suis.

JCH | Architectes | hauts de France | 21-03-2019 à 11:26:00

Bravo au journaliste. Malgré ma tristesse citoyenne et architecturale, la lecture de votre article m'a fait sourire.
Honte à l'architecte et à l'Etat.

RF | 21-03-2019 à 10:59:00

Drôle et objectif!

pkcn | architecte | paris | 21-03-2019 à 10:39:00

Pour avoir été un des acteurs du pavillon de la France lors de l'exposition 92 de Séville, je témoigne que l'exercice est des plus délicat. Déjà, à l'époque, notre projet, imaginé avec François Seigneur, tentait, par son minimalisme, d'alerter sur la vacuité des expositions universelles. Nous souhaitions, en secret, que ce fut la dernière... A l'heure d'Internet, il n'y a plus rien a exposer sinon l'orgueil et la vanité des pays participants. Seul, le pavillon suisse de Zumthor à Hanovre, a correctement répondu à la problématique en proposant une belle ambiance, sonore et parfumée, dans une construction entièrement démontable et réutilisable.

Francisco | architecte | Europe | 21-03-2019 à 09:58:00

Au top Jean-Philippe. Merci.

Pel | Architecte | Paris | 21-03-2019 à 09:42:00

Merci Jean-Philippe pour cet article.
Néanmoins, tu me fais très mal démarrer ma journée. Si ce que tu dis est vrai, ce que je crois, ce n’est pas drôle du tout ; c’est consternant. Je sens la colère soudre en moi à l’heure où beaucoup d’entre nous se battent pour tenter - je dis bien tenter - d’operer une transition écologique aussi douce que possible. Ce projet me fait vomir. C’est un énorme scandale et il faut l’afficher comme tel. Nous devons le faire annuler!!! Il est l’antithèse parfaite de ce qu’il ne faut plus faire. Au-delà d’etre une gabegie financière et énergétique, il est une honte pour les architectes et pour la France.
Je vais t’appeler pour que tu m’en dise un peu plus.

messire | 21-03-2019 à 09:36:00

Depuis le pavillon plutôt reussi de Viguier pour Séville, il y a bcp de redites sur ce type d'exercice...et une fois otées les projections et 3D il reste une a architecture faiblarde et conformiste..

JFD | Chef | Berny | 21-03-2019 à 08:33:00

Arf! Trop drôle! :-)

Trétiack | 21-03-2019 à 07:18:00

Tres drole la sauce tomate

JFE | architecte | occitanie | 21-03-2019 à 06:48:00

Bravo pour l'article - pas pour le Pavillon et son discours de présentation attrape-nigaud.

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 d'Avenier&Cornejo

2018, année de l’engagement… pour l’environnement…la société… et l’Architecture a son rôle à jouer. Alors nous avons communiqué… exposition à New York sur...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de TVAA

L’année 2018 de Thierry Van de Wyngaert Architectes Associés (TVAA) a commencée en fanfare par une exposition à la Galerie d’architecture et la publication d’une monographie dans la collection We...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 d'AIA Life Designers

En 2018, AIA Life Designers a livré la réhabilitation du Grand Hôtel-Dieu, lieu historique emblématique de la ville de Lyon qui accueille désormais un programme mixte très riche. L’agence a...[Lire la suite]