Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Venise 2018 | Les 10 projets du Pavillon Français (30-05-2018)

Le Pavillon Français met à l’honneur dix «lieux infinis». L’exposition conçue par Encore Heureux est l’occasion de montrer, certes, leur travail mais aussi de défendre d’autres propositions partout en France. Pour parfaire leur démonstration, un onzième lieu a été choisi...à Venise, la Caserma Pepe, laquelle doit devenir, le temps de la Biennale, un espace d’expérimentations et, à terme, un nouveau «lieu infini».
Découverte des projets, de leur financement, de leurs usages...en dix fiches d'identité!

France

L’HÔTEL PASTEUR (RENNES)

02()_B.jpg

Dans l’imposante ancienne faculté des sciences, un hôtel à projets conçu et construit par la réappropriation collective.
La centaine d’acteurs locaux (sportifs, médecins, artistes, scientifiques, acteurs sociaux, biologistes...) expérimentant successivement la réversibilité de ce bâtiment à partir de leurs besoins spécifiques, a écrit pas à pas le programme inédit d’un lieu d’accueil de potentialités citoyennes.
Adresse : 2 place Pasteur, 35000 Rennes
Structure : Association collégiale
Surface : 5 471 m² (bâtiments), 2 766 m² (parcelle)

14(@AlexaBrunet).jpgChiffres clés
1 188 heures de cours de français bénévole pour les demandeurs d’asile
365 jours d’ouverture par an
300 projets accueillis par an
285 kg de champignons récoltés
250 associations accueillies par an
1 tonne de bois réemployée
1 seule clef que chaque usager se partage
Acteurs
Architectes : Nicolas Chambon et Encore Heureux (2019), Emmanuel Le Ray (1898), Jean-Baptiste Martenot (1895)
Propriétaire foncier : Ville de Rennes
Porteurs de projet : Association Notre Atelier Commun avec Sophie Ricard, puis SPLA Territoires Publics
Sources de financement : auto-financement des projets accueillis, subvention de la Ville de Rennes pour l’accueil
Usagers: résidents de l’Hôtel à Projets (associations, collectifs, auto-entrepreneurs, etc.), publics, école maternelle à venir.

LE CENTQUATRE – PARIS (PARIS)

03()_B.jpg

Dans d’anciennes pompes funèbres sous verrières, une fabrique culturelle alliant subtilement les temps, les espaces et les désirs de publics hétéroclites.
L’ouverture des halles centrales à des pratiques libres (jongleurs, breakers, comédiens, performeurs...) associée à une programmation artistique exigeante façonne un espace artistique hybride en transformation permanente.
Adresse : 5 rue Curial, 75019 Paris
Structure : Établissement Public de Coopération Culturelle (EPCC)
Surface : 36 800 m² (bâtiments), 15 848 m² (parcelle)
Chiffres clés (2016)
588 223 visiteurs
1 588 levers de rideaux
311 résidences artistiques
300 partenaires territoriaux
51 évènements privés
29 start-up créées
15 projets en tournée
9 expositions
Acteurs
Architectes : Atelier Novembre (2008), Edouard Delebarre de Bay (1874)
Propriétaire foncier : Ville de Paris
Porteur de projet : EPCC LE CENTQUATRE-PARIS
Sources de financement : 50% de subventions publiques et privées (Conseil départemental 75, Ville de Paris, mécènes), 50% de ressources propres (location et privatisation d’espaces, vente de billets, etc.)
Usagers : spectateurs, publics, associations locales, résidents (incubés, artistes), exploitants (librairie, magasin solidaire, restaurant, café), partenaires ponctuels (location d’espace).

LE TRI POSTAL (AVIGNON)

04()_S.jpg

Dans l’ancien centre de tri postal jouxtant les remparts historiques, un projet d’hospitalité longue durée.
Un collectif d’aide aux sans-abris œuvre par occupation temporaire à réinventer au jour le jour les possibles d’un centre d’hébergement mixte, alliant logements, ateliers, jardins, cantine, crèche et salle de spectacle, pour parvenir à instaurer le rêve dans la complexité du réel.
Adresse : 5 bis Avenue du Blanchissage, 84000 Avignon
Structure : Association collégiale
Surface : 2 500m² (bâtiments) 2 050m² (parcelle)

13(@AlexaBrunet).jpgChiffres clés
850 adhérents à l’association en 2016
236 pages d’étude de programmation
150 convives invités au dîner de gala
80 artistes en résidence
40 associations accueillies
11 couchettes mobiles
8 mois de permanence architecturale
Acteurs
Architectes : PEROU et NAC (2015), TOURATERRE (2015), Eugène Chirié (1965)
Propriétaire foncier : SNCF Immobilier
Porteur de projet : association Le Tri Porteur
Sources de financement : HAS, ANAH, Ville d’Avignon et Grand Avignon
Usagers : personnes sans domicile fixe, associations résidentes, artistes, art

LES GRANDS VOISINS (PARIS)

05()_S.jpg

Dans l’ancienne maternité d’un grand hôpital, un quartier temporaire s’est déployé profitant d’une vacance d’usage.
Faisant coexister un hébergement d’urgence pour personnes en grande fragilité, des espaces de travail pour jeunes créatifs et de convivialité ouverts à tous, des fêtes, un camping ou des bains chauds urbains, les multiples acteurs de cet assemblage temporaire d’actions sociales, artistiques et économiques, auront questionné par l’action le destin de ce futur éco-quartier.
Adresse : 82 Avenue Denfert-Rochereau, 75014 Paris
Structure : Partenariat entre 2 associations et une SCIC
Surface : 22 000 m² (bâtiments) 34 000 m2 (parcelle)
15(@AlexaBrunet)_B.jpgChiffres clés
7 000 nuitées au camping
2 647 événements publicsµ
2 000 bénévoles
1 000 personnes y travaillent
1 000 visiteurs par jour
600 personnes hébergées
200 structures accueillies
150 emplois créés
Acteurs
Architectes : Yes We Camp (aménagements temporaires, 2015-2018), J. & A. Fourquier et J. Filhol, Philippe Alluin et Jean-Paul Mauduit (1997), Marcel Desprez et André Larrousse (1978), Georges Mathy (1960), Félix Debat (1934), Justin-Jean-Marie Rochet (1911), Paul-Marie Gallois (1886), Théodore-François-Marie Labrouste (1879), Pierre-Martin Gauthier (1845), Charles-François Viel (1807), Daniel Gittard (1650)
Propriétaire foncier : : APHP puis SEM PARIS BATIGNOLLES AMÉNAGEMENT
Porteurs de projet : association Aurore, SCIC Plateau Urbain, association Yes We Camp
Sources de financement : 100% de ressources propres (location d’ateliers, service restauration et bar, hébergement d’urgence et touristique)
Usagers : résidents en hébergement social, résidents locataires, bénévole

LE 6B (SAINT-DENIS)
06()_B.jpg

Dans les anciens bureaux brutalistes d’un grand groupe industriel, un îlot de travail associatif sauvé de la démolition.
La quarantaine d’artistes, architectes, musiciens, graphistes ou artisans ayant aménagé ce lieu par occupation temporaire parvient à inventer une généreuse vitalité culturelle et économique, bousculant les temporalités de l’aménagement traditionnel.
Adresse : 6-10 quai de Seine, 93200 Saint-Denis
Structure : Association
Surface : 7 000 m² (bâtiments) 8 300 m² (parcelle)
12(@AlexaBrunet).jpgChiffres clés
6 000 000 € de chiffre d’affaire généré par les résidents
25 000 visiteurs par an
300 artistes émergents exposés chaque année
150 ateliers d’artistes
80% du budget de fonctionnement sur fonds propres
12 € / m² de loyer mensuel pour les résidents
1 festival annuel de juin à septembre
Acteurs
Architectes : Julien Beller (2022), Burgade et Rondeau, AIA (1977)
Propriétaire foncier : Quartus
Porteur de projet : association Le 6b
Sources de financement : 20% de subventions publiques ou privées (Ville de Saint-Denis, État, EPT Plaine Commune, Conseil général 93, DRAC, Région Île-de-France, Fond Brémond, Quartus), 80% de ressources propres (location d’ateliers, soirées et évènements divers)
Usagers : résidents, bénévoles, publics

LA CONVENTION (AUCH)

07().jpg
Dans un ancien couvent difficile d’accès en cœur de ville, un habitat partagé et auto-réhabilité.
Face à la perte d’attractivité qui touche les villes moyennes, un groupe d’habitants travaille à façonner au quotidien le collectif à l’épreuve du réel, par l’habitat, le travail, le chantier et la fête.
Adresse : 18 rue de la convention, 32 000 Auch
Structure : Copropriété et collectif d’habitants
Surface : 2 013 m² (bâtiments) 2 295 m² (parcelle)
Chiffres clés
15 000 heures d’autoconstruction
2 200 heures de mingas
365 marches d’escalier
325 tonnes de gravats déblayés à la main
72 réunions avant signature de l’acte de vente
35 habitants dont 13 enfants
7 niveaux dont 4 niveaux de terrasse
Acteurs
Architectes : Jean-Marc Jourdain et Nicolas Bachet (2015), Dominique Alet (1978), Inconnu (XVIIe)
Propriétaire foncier : propriétaires individuels
Porteurs de projet : collectif des habitants de la Convention
Sources de financement : Individuel
Usagers : propriétaires et habitants, public ponctuel.

LA FRICHE LA BELLE DE MAI (MARSEILLE)

08()_S.jpg
Dans les anciennes manufactures de tabac, un quartier culturel urbain pionnier se construit depuis plus de 25 ans.
Le développement d’une densité d’usages et de publics (ateliers, salles de spectacles, bureaux, salles d’expositions, jardins, skatepark, écoles...) est parvenu à générer progressivement un urbanisme par la culture, inventant au fil de l’eau sa gouvernance, ses processus et ses formes.
Adresse : 41 Rue Jobin, 13003 Marseille
Structure : Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC)
Surface : 100 000 m² (bâtiments) 45 000 m² (parcelle)
Chiffres clés
450 000 visiteurs par an
8 000 m² de toiture terrasse accessible
2 400 m² d’espaces d’exposition
600 événements par an
400 personnes travaillent sur le site
70 structures résidentes hébergées
20 parcelles de jardins partagés
20 chambres dédiées aux résidences
5 salles de spectacle
2 radios associatives
Acteurs
Architectes : BKCLUB (2018-2020), Caractère Spécial § Matthieu Poitevin Architecture (2015-2017), Olivier Moreux (2014), Duchier Pietra (2014), Construire (2013), Matthieu Place(2013), Matthieu Poitevin architecture – ARM architecture (2002-2015), Michel Désiré (1868)
Propriétaire foncier : Ville de Marseille avec délégation par bail emphytéotique administratif au porteur de projets 
Porteur de projet : SCIC La Friche La Belle de Mai
Sources de financement : 75% de subventions publiques et privées (Ville de Marseille, collectivités territoriales, État, mécènes), 25% de ressources propres (location d’espaces,vente de billets)
Usagers : résidents, exploitants, partenaires opérationnels (salles de spectacles, Skate-Park, institutions implantées sur site, etc), publics.

LES ATELIERS MÉDICIS (CLICHY-SOUS-BOIS-MONTFERMEIL)

09()_S.jpg
Dans un territoire fragile et stigmatisé, un lieu d’accueil artistique préfigure une dynamique culturelle émancipatrice.
Les porteurs de ce grand projet de désenclavement par la culture, initié depuis 2005 par une politique volontariste mais peu probante, mettent en œuvre entre-temps un art de la confiance tissé au quotidien à partir d’un bâtiment éphémère.
Adresse : 4 allée Françoise Nguyen, 93390 Clichy-sous-Bois
Structure : Établissement Public de Coopération Culturelle (EPCC)
Surface : 927 m² (bâtiments) 461 m² (parcelle)

16(@AlexaBrunet)_B.jpgChiffres clés
58 000 habitants dans les deux communes
150 artistes accompagnés dès la première année de fonctionnement
18 écoles élémentaires sur les deux communes
15 visites ministérielles depuis 2011
3 visites présidentielles depuis 2011
Acteurs
Architectes : Encore Heureux (Ateliers Médicis, 2018), Jean Sebag (Tour Utrillo, 1972)
Propriétaire foncier : Ville de Clichy-sous-Bois
Porteur de projet : EPCC ATELIERS MEDICIS
Sources de financement travaux : subventions publiques à 100% (Région Île-de-France, Ville de Paris, Département de la Seine-Saint-Denis, Établissement Public Territorial Grand Paris-Grand Est, Ville de Clichy-sous-Bois, Ville de Montfermeil)
Usagers : artistes résidents, habitants, partenaires locaux (associations, etc), publics.

LA FERME DU BONHEUR (NANTERRE)

10().jpgDans les marges du campus de Paris X, une ferme agricole et artistique cultive une avant-garde fragile et radicale.
Entre un parquet de bal récupéré, le favela-théâtre et une cuisine ouverte aux vents, s’invente un urbanisme vernaculaire mêlant l’odeur des bêtes en transhumance urbaine et la poésie des hommes produisant du miel et des fêtes électroniques, ouvrant à tout un chacun d’autres imaginaires.
Adresse : 220 avenue de la République, 92000 Nanterre
Structure : Association
Surface : 852m² (bâtiments) 2 500m² (parcelle ferme) 40 000m² (parcelle champs de la garde)
Chiffres clés
1 500 kg de fruits, légumes, céréales, herbes sauvages et cultivés
200 arbres plantés
150 espèces végétales recensées en 2012
100 fêtes électro organisées
30 bénévoles réguliers
25 ans d’existence
7 spectacles créés par Roger des Prés
5 salariés
2 ha de terrain dépollué
Acteurs
Architectes : sans architecte (1996), Jules Valez (1904)
Propriétaires fonciers : Ville de Nanterre (parcelle ferme), État (parcelle champ de la garde)
Porteur de projet : Association Paranda Oulam
Sources de financement : 25% de subventions publiques et privées (État, direction régionale des affaires culturelles, Conseil départemental 92, Région Île-de-France, ARCADI, Agro Paris Tech, Fondation de France, J’agis pour la nature, mécènes), 75% de ressources propres (spectacles, soirées, location d’espaces, restaurant, etc.)
Usagers : publics, bénévoles woofers, artistes invités

LA GRANDE HALLE (COLOMBELLES)

11()_S.jpg
Au milieu des 160 hectares vides laissés par la Société Métallurgique de Normandie, les premiers pas d’un tiers-lieu de l’économie circulaire.
Face aux vestiges de l’épopée industrielle caennaise, un groupement d’acteurs locaux entame la reconquête progressive du territoire par la construction d’une cité de chantier préfigurant en actes l’ingéniosité du réemploi territorial.
Adresse : rue des ateliers, 14460 Colombelles
Structure : Société Coopérative d’intérêt collectif (SCIC)
Surface : 3 200 m² (bâtiment), 37 000 m2 (parcelle)
Chiffres clés
2 000 visiteurs en 2017
360 adhérents à l’association
36 sociétaires fondateurs de la SCIC
15 concerts
11 déjeuners de la Cité de Chantier
7 interventions dans des colloques sur les tiers-lieux
3 permanences architecturales et d’usage
1 lot réemploi dans le dossier de consultation des entreprises
Acteurs
Architectes : Construire et Encore Heureux (2019), collectif ETC (2016), Inconnu (1909)
Propriétaire foncier : SEM Normandie Aménagement
Porteur de projet : SCIC Le Wip & co
Sources de financement travaux : public (SEM Normandie Aménagement, Communauté urbaine Caen la mer, Ville de Colombelles, Établissement public foncier de Normandie, Fonds européen de développement économique et régional, Agence de l’environnement et de la maîtrise d’énergie)
Sources de financement exploitation : résidents (45%), location Grande Nef (32%), exploitant (restaurant), services divers Usagers prévisionnels: résidents (artistes, artisans, indépendants), programmateurs culturels et évènements, usagers ponctuels (entreprises et institutions), publics.

Réagir à l'article





Portrait |Antonin Raymond, un architecte sans histoire ?

Les œillères de l’histoire orientent le regard vers des géographies familières et proches. Les ouvrages encyclopédiques sont parfois myopes dès qu’il s’agit d’aborder des objets...[Lire la suite]

Eglise Meguro à Tokyo

Portrait |Les mégalo-structures de Jon Jerde, un hommage

Il n'est pas dans l'habitude du Courrier de l'Architecte de tenir un carnet et de publier les nécrologies convenues en ces tristes occasions. L'exception fait toutefois la règle. Jon Jerde est décédé le 9...[Lire la suite]


Portrait |Emmanuelle Colboc, comme une feuille délicate sous un rocher

Apposer quelques mots sur l’acte de bâtir. L’ambition est née d’un constat simple ; «Nous parlons d’architecture de façon trop compliquée, ce qui, de fait, l’éloigne du...[Lire la suite]