Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Actualité | La Maison du peuple de Clichy: inventons le massacre ! (07-03-2018)

Le Courrier de l’Architecte s’était déjà ému de la présence étrange de la Maison du Peuple de Clichy parmi les sites retenus pour l’appel à projets innovants «Inventons la métropole du Grand Paris». La proposition retenue, une tour spectaculaire de Rudy Ricciotti pour dominer l’ensemble conçu par  Eugène Beaudoin et Marcel Lods, avait également surpris. Quelques mois plus tard, Docomomo réagit enfin.

Clichy

La qualité plastique du projet de Rudy Ricciotti retenu pour le site de la Maison du Peuple de Clichy n’est pas à mettre en cause. De nombreux adresses pourraient aisément accueillir cette tour mêlant logements et hôtel.

En revanche, le site choisi de la Maison du Peuple est autrement plus problématique même si sa conservation est envisagée. L’association Docomomo France (DOcumentation et COnservation des édifices et sites du MOuvement Moderne) s’inquiète aujourd’hui d’une situation tant et si bien que son président, Richard Klein, prend la plume pour dénoncer «un massacre».

02()_B.jpg

La Maison du peuple de Clichy : inventons le massacre !

La Maison du peuple de Clichy (1935-1939) des architectes Eugène Beaudoin et Marcel Lods (avec la participation d’André Sive à partir de 1937) assistés de l’ingénieur Vladimir Bodiansky et du constructeur Jean Prouvé, combine un marché au rez-de-chaussée et une salle de spectacle décapotable à l’étage. La spectaculaire machine de Clichy (1), un des monuments de l’architecture moderne des années 1930, exprime et annonce la polyvalence, la flexibilité et la mobilité des architectures de l’après seconde guerre mondiale. Elle figure dans tous les livres d’histoire de l’architecture et passe pour une œuvre du XXe siècle de tout premier plan.

Dans le cadre de l’appel à projet «inventons la métropole du grand Paris», les commanditaires et les opérateurs osent tout, c’est d’ailleurs à cela qu’on les reconnaît.

Une équipe composée du groupe immobilier Duval, des architectes Rudy Ricciotti, Lba + Holzweg a été déclarée lauréate de la consultation et prévoit la construction d’une tour de 96 m de haut plantée dans la partie arrière du monument classé Monument Historique depuis le 30 décembre 1983. La présence dans l’équipe d’un architecte en Chef des Monuments Historiques et la caution étrange du Centre Pompidou suffiront-elles à autoriser le massacre qui s’annonce demain ?

Richard Klein, président de Docomomo France

(1) Jean-Louis Cohen, Maisons du Peuple, architecture pour le peuple, Bruxelles, AAM, 1984, p.179

Réactions

Marcel Toro | Vachier | Sud | 10-03-2018 à 14:40:00

Arrête de flatter tes potes, ça fait longtemps qu’ils ne réfléchissent plus qu’a Leur statut ou statue et pas à ce qu’ils font. Le pain de tagliatelles de Rudy est rance avant même d’etre Construit, la maison du peuple n’y est pour rien.

victor | 10-03-2018 à 09:37:00

Dictatique pour les nuls? Pour l'information de ceux qui écrivent sans connaître la réalité du quartier et du projet: il n'y aura pas juxtaposition mais SUPERPOSITION. Tour construite sur l'existant classé, dans un environnement ultradense compris dans le classement.

poulou 2 | agent distribution mobilier design | paris | 08-03-2018 à 10:15:00

la juxtaposition de deux époques
est simplement didactique
pour montrer aux néophytes le parcours derrière nous
le "massacre" serait de faire table rase

Papiche | architecte du patrimoine | Paris | 08-03-2018 à 10:01:00

Il n'est pas certain que la Maison du Peuple gagne à demeurer dans un isolement et un état de quasi abandon qui, en dépit des fonds injectés pour la mise en valeur du monument, n'ont rien de splendide. En quoi consiste au juste le massacre ? La proximité immédiate d'un objet attirant ne peut-elle pas utilement contribuer à redonner de la vie à ce qui n'en a pas ?

Réagir à l'article





Portrait |Nuno Teotónio Pereira, le modernisme contre Salazar

Dans la lignée des reconnaissances tardives, après Frei Otto, lauréat du Prix Pritzker 2015, Nuno Teotónio Pereira s’est vu récompensé le 13 avril 2015, à 93 ans, du Prix de...[Lire la suite]

Portrait |Avec Michel Rémon, faire le mur !

Faire, agir, contempler… quelques mots d'ordre pour Michel Rémon. Toutefois l'architecture n'est pas le centre du tout. L'usager, l'habitant, le patient, le lecteur, le sportif… tous ces individus qui peuplent chaque construction...[Lire la suite]


Portrait |Fernando Higueras, un brutaliste en l'île

A l’heure où l’architecture peut se limiter à quelques effets de façade – peut-être le seul espace de liberté d’une profession – les regards se tournent, nostalgiques, vers le...[Lire la suite]