Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Visite | DATA, vous passerez par chez M. le Directeur ! (30-11-2016)

La Maison du Directeur ? Par ici ! Reliquat du passé industriel du XIIIe arrondissement de la capitale, cette masure promise à la démolition est devenue une séduisante «maison des projets». DATA Architectes a transformé l’édifice, sublimant ses façades et réduisant à néant sa distribution intérieure pour imaginer un dispositif aussi audacieux qu’étonnant.

Culture | 75013 | Data [architectes]

Sur un trottoir, en marge des Maréchaux, face à la Seine, une maison incongrue oblige la voie express à renoncer à sa belle ligne droite et paraît comme un tracé à la règle où un index trop gros et mal positionné fait se détourner le crayon sur quelques millimètres.

Il y a là non pas une phalange désinvolte mais, plutôt, un ilot de résistance. Un reliquat du passé qui parait comme ses demeures incongrues flanquées de longues barres et de hautes tours… En noir et blanc, d’aucuns pourraient s'attendre à voir Jean Gabin guetter, par la fenêtre, son chat.

02(@ JavierCallejas)_B.jpgIl s’agit en fait de la «Maison du Directeur». Plus rien – ou presque – ne laisse deviner ni de qui, ni de quoi cet homme pouvait bien être le chef ! Il suffit pourtant de regarder alentour. L’école d’architecture, pardi! Mais était-il véritablement directeur d’une école d’architecture ? Non…

En face de la bourgeoise maison, l’école Paris val de Seine, troublante, présente son fatras de formes et de couleurs en marge de l’ancienne usine d’air comprimé… Monsieur le Directeur dirigeait donc la SUDAC ! Evidemment !

Sauf qu’entre temps, les industries sont parties, laissant, à la ville, un no man’s land crapoteux. L’opération d’urbanisme dit de la ZAC Rive Gauche a fini par détruire tout ou presque et de faire, comme d’illustres modernes, table rase du passé.

03(@DATA)_B.jpgIrréductible, la Maison du Directeur a survécu aux délires d’aménageurs et d’urbanistes. Des associations auraient même milité pour sa sauvegarde. Murée et encrassée, la bâtisse une fois sauvegardée n’en avait pas pour autant trouvé de véritables fonctions.

Elle est désormais la «maison des projets». Autrefois situé dans d’inconfortables algecos au dessus des voies ferrées, l’équipement diffusant toutes sortes d’informations sur l’opération d’aménagement s’est trouvé une nouvelle adresse plus aimable. Encore fallait-il l’aménager. A l’issue d’un concours, DATA fut désigné lauréat pour cette mission.

«Quand nous avons visité la maison, ce n’était qu’un grand champ de ruines. Aucun des planchers n’était récupérable. Qui plus est, la distribution s’avérait inadaptée à un ERP», explique Léonard Lassagne, associé fondateur de l’agence.

De fait, la solution était simple : évider la construction dont le clos couvert était curieusement en très bon état, conserver les appareillages de briques, les sabler pour la rendre aussi séduisantes que possible.

«Ce choix impliquait un parti structurel ambitieux et complexe», reprend l’architecte. Et pour cause, il s’agissait d’installer à l’intérieur de la maison une «rondelle» en porte à faux.

05(@ JavierCallejas).jpgLe dessin du rond au sein d’un plan carré était, lui aussi, presque évident. L’objet relève de la curiosité ; il attire aujourd’hui le regard à quiconque rentre dans l’espace d’information. «Nous avons, avant toute chose, créé un mur séparatif cachant les parties servantes», prévient Léonard Lassagne. 

Derrière l’épais mur de béton, deux escaliers se croisent façon «chambord». Un ascenseur permet l’accès aux personnes à mobilité réduite. La structure ne se laisse jamais deviner. Rien ne trahit véritablement la présence de grandes poutres type PRS et de tirants métalliques accrochés au mur. Le visiteur est davantage happé par vues et perspectives mises en scène vers le fleuve et la ville.

L’exposition a, pour l’occasion, – et à l’initiative des architectes qui ont remporté un second appel d’offre pour la scénographie – été retravaillée. A chacun donc de venir désormais découvrir ce que DATA désigne volontiers comme «un bâtiment outil» ; la large maquette présentée au rez-de-chaussée peut en effet s’encastrer au plafond et libérer un large espace ; les étages supérieurs offrent des lieux de réunions ou d’ateliers… bref une luxueuse machine à tout faire dont la facture s’élève à 1,1 million d’euros. Le budget confortable n’appelait pas, en soi, un tel défi technique ; DATA l’a néanmoins soulevé pour mieux le relever.

04(@ JavierCallejas)_S.jpgVoilà qui présage d’une belle actualité pour cette agence parisienne qui œuvre désormais au cœur du Marais avec OMA au projet de Fondation des Galeries Lafayette. L’imposant dispositif technique promis pour l’occasion permettant d’ajuster la position des planchers d’exposition assurera, à lui seul, le spectacle. Inauguration prévue en 2017. 

Jean-Philippe Hugron

Réagir à l'article


Album-photos |O-S-architectes

En 2018 Le théâtre de Cachan accueil son public, accompagné par Cyrille Weiner orchestré par Rafaël Magrou, illustré par Lucas Harari, et Alexis Jamet, avec les contributions de Jacques Lucan et Arnaud Anckaert,...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Lina Ghotmeh - Architecture

Lina Ghotmeh — Architecture affirme sa quête vers un avenir juste et durable. L'agence franco-libanaise dessine son architecture par un regard écologique et historique comme en témoignent cette année le programme de...[Lire la suite]


Album-photos |Architectures Anne Démians

En 2018, à l’agence Architectures Anne Démians, on retiendra de beaux concours. Hôtel du département 92, Réinventer Paris 2, Fondation Italienne. Plus particulièrement celui remporté : Grand...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Metek

En 2018 Metek s’engage pour parler d’architecture autrement en accompagnant« Crimée enchantée, histoire (s) d’une architecture », (film de Sophie Comtet Kouyaté), et « Villa...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Parc Architectes

Cette année Parc Architectes traverse les frontières et les océans avec le démarrage des études pour le Centre culturel de la Polynésie française à Tahiti et sa sélection au concours...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'OLGGA

En 2018, OLGGA est lauréat de 3 nouveaux projets : le stade Gagarine sur les hauteurs du Havre (76), un gymnase à Wallers Arenberg (59) et le nouveau stade de Chambéry (73) d’une capacité de 5000 places.  ...[Lire la suite]