tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Brève | Un miroir cylindrique en guise de parking (28-09-2016)

Conçu à l’entrée sud d’Aix-enProvence, le nouveau Parking relais Krypton symbolise avec poésie la mutation du secteur. Une mutation due à la réhabilitation en cours du quartier des Facultés tout proche, en pôle universitaire d’excellence à rayonnement international : un chantier pharaonique dans lequel s’inscrit la réalisation du Parking relais Krypton dont la conception a été confiée à Artelia (mandataire), SCAU architectes (mandataire) et Marc Dalibard (architecte associé). Communiqué.

Divers | Aix-en-Provence | SCAU

Une double problématique : insertion et affirmation dans le paysage aixois

Dans un des paysages les plus mythiques de France, comment intégrer avec douceur une telle infrastructure de transport? Soient un parking en silo de 900 places (le plus grand d’Aix-en-Provence), accompagné d’une gare routière, qui fait la liaison avec le centre-ville et les communes périphériques, et d’une nouvelle passerelle de franchissement de l’autoroute.

Comment combiner cet objectif d’insertion dans le paysage avec celui de créer un bâtiment-signal, clairement visible depuis l’autoroute, attractif, séduisant, de façon à inciter les automobilistes à laisser leur voiture en entrée de ville. Le volume cylindrique et le matériau de façade choisis pour ce parking a pu répondre à ces deux problématiques, à priori difficilement compatibles.

02(@MathieuDucros)_B.jpgMiroir cylindrique

Le cylindre du parking, par son volume continu, dénué d’angle, laisse filer les vues au fur et à mesure du déplacement, tandis que sa courbe se confond avec le relief des collines aixoises. Sur les brises soleil verticaux en inox poli miroir se reflètent le paysage et la lumière naturelle, faisant varier la teinte du bâtiment, du noir à l’orange, en fonction de la course du soleil.

Les automobiles qui circulent sur l’autoroute y impriment leur image en un mouvement dynamique. La nuit, l’éclairage intérieur en fait une lanterne en entrée de ville. Un tableau impressionniste qui rappelle la terre d’accueil que fut autrefois Aix-en-Provence pour les peintres du 19ème siècle.

D’un point de vue fonctionnel, le cylindre, grâce à son grand développé de façade, optimise la capacité de stationnement pour atteindre les 900 places requises, et ce, sans encombrer le paysage

06(@MathieuDucros).jpgUn béton aussi clair que du calcaire

C’est aussi la structure en béton qui assure l’insertion dans le site. Par sa teinte claire et son aspect massif qui dialoguent avec la pierre calcaire de la montagne Sainte-Victoire dominant le paysage aixois. Comme si le matériau du parking en était extrait. Une volonté affirmée lorsque la plupart des parkings en silo sont aujourd’hui réalisés avec une ossature métallique.

De ce point de vue, la force du projet réside dans l’association d’un matériau de façade léger, aérien - l’inox poli miroir - et d’une structure en béton qui affirme un solide ancrage au sol, à la terre.

04(@MathieuDucros)_B.jpgLa lumière de Provence, un matériau local

A l’intérieur, les grandes portées de la structure minimisent le nombre de poteaux: l’espace y est alors particulièrement fluide et partout lumineux, participant au confort des automobilistes et des piétons. Cette fluidité est accentuée par la continuité de la matière grâce à l’encastrement des éléments d’éclairage qui rend les surfaces parfaitement lisses.

La rampe circulaire s’enroule autour d’un vide central, laissant passer une abondante lumière zénithale depuis le dernier niveau, couvert d’une toile translucide, jusqu’au rez-de-chaussée planté d’une forêt de bambous.

05(@MathieuDucros).jpgLa liaison entre le Parking relais Krypton et la gare routière s’effectue d’autant plus naturellement que le mur auquel elle s’adosse est également réalisé en béton clair. En continuité, la nouvelle passerelle qui enjambe l’autoroute est dédiée à la circulation douce (bus, cyclistes, piétons). Douce comme le parking silo dessiné par SCAU.

Réagir à l'article


tos2016

elzinc novembre

Portrait |Bruno Rollet, des nouvelles du front ?

Les conditions difficiles d’exercice du métier d’architecte ou encore la réduction des prérogatives d’une profession amènent de nouvelles pratiques. Dans ce contexte, l’angle d’attaque social...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |L'architecture en Barani-rama

Pour capter une architecture vécue, mais aussi des paysages habités, Christian Barani part «à la dérive». Sa relation avec l'art de bâtir est toutefois récente. Son frère, Marc Barani,...[Lire la suite]


elzinc

Portrait |Poy Gum Lee, des gratte-pagodes de New York à Shanghai

Tuiles vernissées sur gratte-ciel Art déco… un bien étrange syncrétisme visible, entre autres, à Shanghai. Mais quelle ville n’a pas eu la tentation d’adopter la modernité et de la...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Sud et la nouvelle condition de l'architecte

David contre Goliath. Et vice versa. L’un tient généralement le bon rôle. L’autre non. Qui plus est, en lieu d’un géant, il s’agit d’une réussite et comme toujours, en France, le...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Emmanuelle Colboc, comme une feuille délicate sous un rocher

Apposer quelques mots sur l’acte de bâtir. L’ambition est née d’un constat simple ; «Nous parlons d’architecture de façon trop compliquée, ce qui, de fait, l’éloigne du...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Rifat Chadirji, architecte en noir et blanc

Bagdad, aussi inconnue que méconnue. Des années de conflits armés ont détourné architectes, historiens et photographes d'une capitale moderne dont Rifat Chadirji en fut l'un des plus éminents acteurs....[Lire la suite]