tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Actualité | La tour triangle de Daniel Libeskind (20-04-2016)

A Paris, comme à Jérusalem,voilà sans doute une mode. En effet, Daniel Libeskind promet, après avoir maintes fois revu sa copie, la réalisation d'un gratte-ciel pyramidal au cœur de la capitale d’Israël. L'affaire est dans les cartons depuis cinq ans déjà ; elle a récemment franchi une nouvelle étape. De papier, la structure deviendrait, enfin, de béton ; les autorités municipales ayant approuvé, mi avril, les plans du projet.

Tours et gratte-ciel | | Daniel Libeskind

Le lien entre Paris et Jérusalem avait été repris par le quotidien Haaretz le 26 octobre dernier alors que la contestation grondait à l'encontre du projet de Daniel Libeskind à Jérusalem. L'architecte avait profité d'une conférence donnée alors pour affirmer que «la tour pyramidale que les architectes suisses Jacques Herzog et Pierre de Meuron veulent construire à Paris, a bel et bien été approuvée en dépit d'un débat tumultueux».

Si le principe d'une tour, porte de Versailles, est validé, le permis de construire est encore loin d'être délivré. Peu importe. Quelques accommodement avec la réalité peuvent bien servir un projet ailleurs. Et si Paris, vue d’Israël, peut servir d'exemple, pourquoi s'en plaindre ?

Toutefois, la tour promise par Daniel Libeskind, même si sa base est triangulaire, a plus à voir avec le Transamarica Building de San Francisco qu'avec la tour Triangle du duo suisse. Pour autant, il s'agit là de la même architecture iconique souhaitée en France et en Israël ; selon l'architecte, «Jérusalem a, elle aussi, besoin d'un 'wow'». Mais, en lieu de ce 'wow', certains disent 'beurk' ou plus sobrement 'bah'. Bref, le comic strip semble plutôt dissonant. Et pour cause, la tour, haute de 33 étages, dépasse la limite des 24 niveaux autorisés par le plan d'urbanisme.

En plus d'un nombre d'étages ou d'une hauteur qui varie entre 118 et 165 mètres selon qu'on prenne en compte le dernier niveau habité ou le plus haut point de la structure, les critiques s'irritent des propos changeants de Daniel Libeskind. L'article d'Haaretz s'en fait d'ailleurs l'écho. «Il y a deux ans, Libeskind assurait que Jérusalem était une ville sacrée qui n'avait besoin d'aucune icône. Il a, cette fois-ci, expliqué avoir changé d'opinion en lisant Theodor Herzl pour qui Jérusalem ne pouvait pas se limiter à quelques lieux saints».

02(@SDL)_S.jpgC'est donc un monument profane qui est promis à la construction, une tour proposant boutique-hôtel et logements de luxe. Qu'un homme puisse vivre au-dessus des autres, plus encore par delà clochers et dômes...voilà qui ne peut qu'éveiller la polémique.

La controverse est d'autant plus alimentée que le promoteur «a tenté de rester anonyme». Daniel Libeskind, lui-même, l'appelle dans ses explications «Developer X». Haaretz évoque, pour sa part, un individu qui ne serait pas «citoyen israélien». Il s'agirait d'un «homme d'affaires français», Prosper Amouyal.

Ainsi, de Paris à Jérusalem, ce projet pourrait être, malgré tout, vu, cette fois-ci, depuis Paris, un véritable symbole, plus tragique. En effet, la tour imaginée par Daniel Libeskind pourrait être la première d'une longue série. La capitale israélienne connaît un essor démographique nouveau notamment du fait de l'arrivée de nombreuses familles juives françaises. Déjà en 2013, la porte-parole d'un promoteur évoquait ces nouveaux clients choisissant de venir s'installer à Jérusalem. «Les temps ont changé», disait-elle alors.

Jean-Philippe Hugron

Réactions

FJ Z'GRAGGEN | architecte | 22-04-2016 à 10:43:00

C'est très bien, mais Jérusalem n'est pas la capitale d'Israël qui est Tel Aviv.

Réagir à l'article


elzinc

Portrait |Antonin Raymond, un architecte sans histoire ?

Les œillères de l’histoire orientent le regard vers des géographies familières et proches. Les ouvrages encyclopédiques sont parfois myopes dès qu’il s’agit d’aborder des objets...[Lire la suite]

Eglise Meguro à Tokyo
elzinc

Portrait |Emmanuelle Colboc, comme une feuille délicate sous un rocher

Apposer quelques mots sur l’acte de bâtir. L’ambition est née d’un constat simple ; «Nous parlons d’architecture de façon trop compliquée, ce qui, de fait, l’éloigne du...[Lire la suite]


elzinc novembre

Portrait |Chen Kuen Lee, après Scharoun

Voilà une carrière qui force la curiosité. En 1931, Chen Kuen Lee quitte la Chine pour rejoindre l’Allemagne. Il y étudie l’architecture et travaille aux côtés de Hans Poelzig et Hans Scharoun. Il...[Lire la suite]