tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Présentation | Plan01, de la dignité pour quelques cendres (10-02-2016)

Michel Ragon et Robert Auzelle avaient tenté de théoriser, plus ou moins, une approche architecturale de la mort. Il y a quelques années, les associés de Plan01 avaient, eux aussi, travaillé le sujet en imaginant leur propre sépulture. Par la provocation, il s’agissait d’aborder un sujet tabou. Depuis, associant les paroles aux actes, le collectif a livré deux crématoriums dont le dernier en date se situe à Amiens.

Bâtiments Publics | Amiens | Plan01

«Plan01 avait initié une réflexion sur la disparition et la mémoire. Dans ce cadre, nous avons édité un petit ouvrage avec nos dix tombes. Puis, la conception de l’Historial de Vendée qui nous a été confiée, a été l’occasion de poursuivre ce questionnement. Enfin, la publication d’un appel d’offre pour la réalisation d’un crématorium, à Rennes, nous a permis de travailler un programme souvent traité de façon indigente. Le sujet pose pourtant la question importante de l’émotion liée à la disparition d’un proche», résume Anne-Charlotte Zanassi, associée de l’Atelier Philéas, agence membre du collectif Plan01.

Après quelques concours infructueux pour des équipements équivalents, le collectif a fini par remporter la réalisation d’un nouveau crématorium, cette fois-ci, à Amiens. Pour autant, s’agissait-il là de répéter le projet imaginé à Rennes et d’en faire un modèle ?

«Il y avait certes la tentation de refaire le même dessin. Nous avons, par exemple, de nouveau travaillé des formes circulaires. Ceci étant dit, nous nous sommes largement adaptés au contexte. A Rennes, nous étions beaucoup plus ouverts sur des alentours verdoyants qu’à Amiens, où  nous avons proposé un parti plus intimiste étant donné l’environnement urbain dans lequel nous nous sommes inscrits», explique-t-elle.

Si le travail sur le cercle est resté une constante, c’est sans doute parce qu’il s’agit «d’une forme universelle, commune à toutes les cultures». «C’est toutefois une configuration spatiale inusuelle. Les espaces qui nous sont familiers sont rarement ronds», prévient Clément Keufer, chef de projet. Le «monde de l’angle droit», si «quotidien», est donc sciemment délaissé. Aux circonstances singulières, Plan01 associe un espace exceptionnel où les courbes lovent les proches autour du défunt.

02(@TakujiShimmura)_S.jpgL’organisation de l’ensemble est toutefois rationnelle et pensée selon des flux, notamment selon «le parcours du corps». Le crématorium d’Amiens propose deux fours distincts et pour chacun d’eux des espaces plus ou moins grands mais jamais deux cérémonies n’ont lieu simultanément ; aucune famille ne doit croiser l’autre. La douleur est affaire d’intimité.

Aussi l’architecture doit être la plus bienveillante. «Nous ne sommes pas dans un ratio SP/SU habituel. Nous avons beaucoup plus de latitude dans la création des espaces», prévient Clément Keufer.  «Un crématorium ne doit pas être un lieu uniquement fonctionnel. Nous devons apporter de la dignité à ce type de programme», revendique, à son tour, anne-Charlotte Zanassi.   

03(@TakujiShimmura).jpgPour illustrer son propos, l’architecte évoque l’arrivée du cercueil qui, usuellement, dans bien des équipements similaires, transite via une banale aire de livraison. Ici, la séquence d’entrée est finement traitée et signalée par un volume doré. Restait ensuite la question «scénique», à savoir la manière dont la dépouille devait rejoindre le four. «Nous avons imaginé un rideau qui se ferme. Cela permet au cercueil de partir de façon invisible. Les dispositifs qui font disparaître le cercueil par le sol sont, à mon sens, trop lourds émotionnellement», affirme-t-elle.

La gestion de l’émotion passe aussi par le contrôle des dégagements de fumée. La cheminée est cachée dans un large volume circulaire. Le panache est quant à lui invisible. Les dégagements sont traités et filtrés par une importante machinerie.

04(@TakujiShimmura)_B.jpgBien d’autres détails, cette fois-ci plus architecturaux que techniques, participent d’une expérience sensible. Pour Anne-Charlotte Zanassi le projet est exemplaire. Le mérite en reviendrait, selon ses dires, à une procédure en conception/réalisation. Sans en faire l’apologie, Plan01 affirme avoir pu, dans ce cadre, poursuivre assez loin ses recherches, notamment sur la matérialité du crématorium. «Le fait d’avoir conçu une architecture courbe composée d’une multitude de cylindres nous obligeait à être particulièrement présent sur le chantier. Ces formes nécessite une mise en œuvre peu courante», explique Clément Keufer. Le lien entre architectes et entreprises devait être direct en plus d’être solide.

Alors que la crémation, jugée plus laïque et surtout moins onéreuse qu’une inhumation, se développe considérablement en France, la question d’une architecture adaptée est ouvertement posée. Plan01 fait ainsi montre d’une grande volonté sur un sujet «qui réinterroge nos références culturelles» et, par voie de conséquence, notre rapport à la mort.

De l’architecture ad vitam, ad mortem.

Jean-Philippe Hugron

05(@LaureVasconi)_S.jpgFiche technique
Programme : Construction d’un crématorium et d’un parc paysager
Adresse : Avenue de Grâce - 80000 Amiens
Procédure : Conception-Réalisation
Maître d’ouvrage : Amiens Metropole
Architecte : Atelier Phileas et Ignacio Prego pour PLAN01 (collectif composé des agences : Phileas, Atelier du Pont, Ignacio Prego Architectures, Jean Bocabeille Architecte et Koz) (Chef de projet : Clément Keufer)
Entreprise générale : Léon Grosse (mandataire)
Equipe de Maîtrise d’OEuvre :
BET : Grontmij Sechaud Bossuyt
BET Environnemental : PLAN02
Equipement : Gem Matthews
Paysagiste : Sempervirens
Coût travaux : 4 810 000 € HT
Surfaces : 1 285 m² SP
Surfaces parc : 2.3 Ha et 130 places de parking
Equipement : 2 fours
Lancement de la consultation conception-réalisation : mars 2012
Livraison : Janvier 2015

Réactions

Capitaine Yaya | Biologiste retraitée | Île de France | 16-02-2016 à 19:43:00

C'est très utile pour toute une partie de la Normandie qui devait se rendre à Caen!
Endroit très innovant et moins sinistre que les crématoriums habituels

Réagir à l'article


tos2016
elzinc

Portrait |Poy Gum Lee, des gratte-pagodes de New York à Shanghai

Tuiles vernissées sur gratte-ciel Art déco… un bien étrange syncrétisme visible, entre autres, à Shanghai. Mais quelle ville n’a pas eu la tentation d’adopter la modernité et de la...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |André Ravéreau par le détail

La disparition d'André Ravéreau le 12 octobre dernier ne signifie pas pour autant la dissolution de son enseignement. L'hommage invite aujourd'hui à la relecture immédiate de son œuvre ; l'exercice pertinent...[Lire la suite]


elzinc novembre

Portrait |Sud et la nouvelle condition de l'architecte

David contre Goliath. Et vice versa. L’un tient généralement le bon rôle. L’autre non. Qui plus est, en lieu d’un géant, il s’agit d’une réussite et comme toujours, en France, le...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Marina Tabassum, une architecte à Dacca

Lauréate du Prix Aga Khan 2016 pour la mosquée Bait-ur-Rouf située à Dacca, Marina Tabassum dessine les contours d'une pratique originale de l'architecture au Bangladesh, loin des majors de la construction et autres grands...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Emmanuelle Colboc, comme une feuille délicate sous un rocher

Apposer quelques mots sur l’acte de bâtir. L’ambition est née d’un constat simple ; «Nous parlons d’architecture de façon trop compliquée, ce qui, de fait, l’éloigne du...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Les mégalo-structures de Jon Jerde, un hommage

Il n'est pas dans l'habitude du Courrier de l'Architecte de tenir un carnet et de publier les nécrologies convenues en ces tristes occasions. L'exception fait toutefois la règle. Jon Jerde est décédé le 9...[Lire la suite]