tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Présentation | Le coup double de Zündel & Cristea (07-10-2015)

Empiler deux équipements, une salle d’escrime et un gymnase omnisport? L’une sur l’autre ! Un jeu de cubes alors ? Rien à voir ! Si d’un point de vue programmatique, la logique s’en trouvait défiée, le terrain appelait quant à lui à cette seule possibilité. La réponse de Zündel & Cristea, à savoir le nouveau centre sportif Aristide Briand de Strasbourg, a été inauguré en septembre 2015. 

Sport | Bâtiments Publics | Strasbourg | Atelier Zündel Cristea

La ville par-dessus la zone d’activités. Il n’y avait donc là, rien du champ de patates ni même du terrain vierge. Strasbourg rattrape ses franges et les urbanise. De fait, outre des logements, la municipalité construit des équipements. Sur un terrain relativement étroit, elle a voulu ériger un gymnase et une salle d’escrime. A l’issu d’un concours, elle choisit l’agence Zündel & Cristea, fille du pays.

La réalité aujourd’hui n’est pas loin des perspectives présentée alors. «Nous sommes sur les mêmes promesses», assure Grégoire Zündel. La difficulté du projet tenait aux besoins «non compressibles» d’un tel programme. Aux codes du gymnase, ceux de l’escrime. La superposition n’avait rien, non plus, d’une évidence. Tenue au feu, charge plus importante et gestion de l’acoustique étaient des enjeux de prime importance. Pour parfaire le grand dessein, il s’agissait également d’ouvrir cette salle à rayonnement régional aux compétitions handisports.

S’en suit alors une réflexion sur les accès et la fluidité des circulations. Le duo imagine alors de creuser, dans un premier temps, le sol. Certes, le terrain est en pente et les architectes ont voulu profiter de cette légère topographie.  «Cette solution nous a permis d’imaginer un accès de plain-pied aux tribunes», précise l’architecte.

Voilà un parti qui permit également d’enterrer vestiaires et locaux techniques et d’assurer un éclairage naturel de la surface de jeux tout du long des façades. «Nous voulions bénéficier de la clarté du jour tout en protégeant les joueurs d’un fort ensoleillement», prévient-il. De fait, une trame régulière de brise-soleil anime le centre sportif.

02(@SergioGrazia)_S.jpgDe l’extérieur, l’équipement se montre double. Cet aspect répond à la dualité du programme sans toutefois en donner la lecture exacte. Le socle de béton contient, entre autres, les tribunes. Le reste n’est que structure légère.

«Nous avons imaginé un ensemble en métal. Le béton aurait été trop  lourd et bien plus coûteux. Le bois aurait engendré des poutres de dimensions trop importantes. Nous l’avons utilisé pour les façades et les planchers», note Grégoire Zündel.

Au mélange des matériaux, l’architecte évoque des choix résultants de «conséquences simples». «Nous travaillons un projet sans a priori. Nous recherchons une écriture qui correspond à la fonction», assure-t-il.

03(@SergioGrazia)_S.jpgBéton, métal et bois sont «nobles» et «réels». Bref, le catalogue se veut volontairement réduit et l’agence fait montre de références dans le même esprit. Les très récents amphithéâtres de l’IUT de l’Université Paris-Descartes sont, eux aussi, en acier bardé de mélèze.

Quant au vieillissement du bois, il est entièrement «assumé». La maîtrise d’ouvrage  est pleinement avertie. «Nous sommes attentifs à la manière dont la façade reçoit l’eau. L’enjeu est de ne faire aucune zone de rejaillissement», souligne-t-il. Qui plus est, la proximité au sol est souvent problématique ; le bois y noircit précocement. Aussi, le socle de béton du centre sportif de Strasbourg solutionne ce point.

 Entre autres dispositifs, Zündel & Cristea a mis en œuvre une ventilation naturelle. Certes, en «mode normal», la salle est ventilée mécaniquement. «En été, lors de surchauffe, des volets en partie vitrée s’ouvrent. Une grande trémie dans le hall assure l’entrée d’air», précise-t-il.

Le centre sportif Aristide Briand porte ainsi en lui toute l’ingéniosité de l’agence parisienne. A écouter Grégoire Zündel aligner les solutions techniques, tout semblait relever plus que de l’évidence, d’une facilité. Alors, l’architecture, un sport de combat ? En coulisses, assurément.

Jean-Philippe Hugron

Réactions

Dubitatif | 21-10-2015 à 15:42:00

Glorifier les architectes c'est bien, mais c'est oublier les ingénieurs qui ont permis les performances structurelles (en zone sismique 3) et thermiques.
La mixité des matériaux était bien l'idée de l'ingénieur structure à la base da la conception dès le concours...

Réagir à l'article


tos2016

elzinc novembre

Portrait |André Ravéreau par le détail

La disparition d'André Ravéreau le 12 octobre dernier ne signifie pas pour autant la dissolution de son enseignement. L'hommage invite aujourd'hui à la relecture immédiate de son œuvre ; l'exercice pertinent...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Les mégalo-structures de Jon Jerde, un hommage

Il n'est pas dans l'habitude du Courrier de l'Architecte de tenir un carnet et de publier les nécrologies convenues en ces tristes occasions. L'exception fait toutefois la règle. Jon Jerde est décédé le 9...[Lire la suite]


elzinc novembre

Portrait |La maquette sans Chichi ? Impensable!

Chichi. Antonio Chichi. Prononcez Kiki. Italien. Plus exactement Romain. Né dans le quartier de San Lorenzo, de parents pauvres. Rien ne le prédestinait à la célébrité si ce n'est son talent. Son oeuvre est...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Sandra Planchez face à l'appel de la nouveauté

Tout nouveau, tout beau ? Sandra Planchez témoigne d’un goût immodéré pour la nouveauté. Il n’y a là pourtant rien d’une fuite en avant - qu’elle condamne par ailleurs - ni...[Lire la suite]

Erratum : crédit image : cantin-planchez-DR
elzinc

Portrait |Jorge Ayala, un architecte sans architecture ?

Jorge Ayala poursuit son activité loin des chantiers, loin même des plans d’exécution. L’horizon du professionnel s’est élargi et l’imaginaire peut aisément s’émanciper des...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Ludwig Leo, le techno-pop berlinois

L’AA School rend hommage à Ludwig Leo, figure discrète de la scène architecturale allemande disparue en 2013. L’exposition, qui fait escale à Londres du 5 mai au 6 juin 2015, a d’ores et...[Lire la suite]