Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Présentation | Peu en proue, la figure simple de MS-A et V+ (23-09-2015)

Espèce de tête d’îlot ! Que va-t-on faire de toi ?! «Une présence», pardi ! Voilà répondu par MS-A (Benoit Moritz, Jean-Marc Simon et Alain Simon) et V+ (Jörn Aram Bihain et Thierry Decuypere) qui ont livré, en 2015, cinq logements sociaux dans un immeuble passif aux allures de fantasque sculpture. Un projet entre référence ibérique et plastique monolithique. 

Logement collectif | Bruxelles

La parcelle était improbable mais non moins intéressante. Il y avait là l’occasion d’un exercice de style ; une figure de proue à l’intersection de deux artères passantes et ce, à proximité directe de l’autoroute.

Des publicitaires ne s’y étaient pas trompés. L’endroit était idéal pour l’affichage de réclames géantes. Ceci étant dit, les terrains en ville se font rares ; il fallait donc, ici-même, construire et densifier.

Appelé à concevoir un immeuble de logements sociaux, MSA et V+ ont, quelque peu, détourné l’évidence. Certes, l’ensemble imaginé donne dans l’effigie sculpturale mais son organisation défie bien des a priori.

02(@SBrison)_B.jpg «Nous sommes dans un rapport de frontalité avec l’autoroute urbaine. C’était l’endroit indiqué pour ériger une icône, un repère. Toutefois, la façade nord [face au grand axe routier, ndlr] se ferme», débute l’architecte.

Depuis les voies, roulant à toute vitesse, les automobilistes ne peuvent donc observer qu’un imposant mur blanc percé de quelques ouvertures seulement. Aux dires de ses concepteurs, l’immeuble serait un hommage à l’architecture moderniste du siège du gouvernement de Tarragone conçu par Alejandro de la Sota au détour des années 50. De fait, la façade est, de ce côté, opaque voire monolithique.

Les appartements sont dès lors orientés vers l’est et l’ouest, soit sur les deux artères voisines. «Nous avons travaillé le gabarit sur les flancs afin d’obtenir deux terminaisons de rues cohérentes en terme de largeur et de composition», notent les associés de V+. Le reste est affaire de «bon voisinage» et d’ «ensoleillement». En somme, une histoire «d’urbanité».

Cinq unités ont été créées. Trois «jouent de demi-niveaux entre les pièces de vie tournées vers la rue Navez et les chambres orientées vers le boulevard Lambermont et deux duplex aux derniers niveaux possèdent de larges terrasses en toiture», précisent-ils. Les appartements s’imbriquent et se superposent «à la façon d’un escalier de type Chambord».

03(@SBrison)_B.jpg «Nous devions également inventer une manière d’habiter si près de l’autoroute», assure Benoît Moritz. Les normes environnementales et dispositifs qu’elles appellent ont été respectés mais aussi détournés. «Il est intéressant de voir combien des solutions passives peuvent servir les problématiques acoustiques», note-t-il.

L’ambition était également d’offrir des espaces extérieurs. Deux terrasses au sommet sont offertes aux deux derniers appartements. Les autres unités disposent de larges balcons côté cour, au calme. 

Bref, un projet allant du pragmatisme à la sculpture.

  

Réagir à l'article





Portrait |Qui sont les architectes de Donald Trump ?

Des honoraires impayés ? Des vidéos sulfureuses ? Des interviews réécrites ? Des commandes providentielles ? C'est un peu le programme réservé aux architectes de Donald Trump. Le Courrier...[Lire la suite]

Portrait |Porro-de la Noue, à la poursuite du conte

L’histoire continue. Un univers de vitraux, d’oiseaux, d’ogives, de seins et de tétons. L’exubérance n’a d’égal que la dignité qu’offre l’architecture à ses usagers....[Lire la suite]


Portrait |Samuel Delmas, archi-sensible

Crèches, unités psychiatriques, centres de formation… En somme, des programmes de la banalité. Samuel Delmas transmue ce quotidien en espaces de qualité. Son art est, de fait, précis. Il repose sur «le...[Lire la suite]

Portrait |Qui sont les architectes de Donald Trump ?

Des honoraires impayés ? Des vidéos sulfureuses ? Des interviews réécrites ? Des commandes providentielles ? C'est un peu le programme réservé aux architectes de Donald Trump. Le Courrier...[Lire la suite]

Portrait |Fernando Higueras, un brutaliste en l'île

A l’heure où l’architecture peut se limiter à quelques effets de façade – peut-être le seul espace de liberté d’une profession – les regards se tournent, nostalgiques, vers le...[Lire la suite]

Portrait |Avec Michel Rémon, faire le mur !

Faire, agir, contempler… quelques mots d'ordre pour Michel Rémon. Toutefois l'architecture n'est pas le centre du tout. L'usager, l'habitant, le patient, le lecteur, le sportif… tous ces individus qui peuplent chaque construction...[Lire la suite]