Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Egypte | Sur les ruines architecturales du Printemps arabe (24-06-2015)

C’est en général avec un enthousiasme non feint que les symboles d’un pouvoir contesté sont démolis. Au Caire, le siège du PND (Parti National Démocratique) - l’ancien parti de Hosni Moubarak - avait été incendié le 25 janvier 2011 lors d’une insurrection populaire. Quatre ans plus tard, l’avenir de cette carcasse de béton pourrait être scellé dans les prochains jours.

Patrimoine | Le Caire | Mahmoud Riad

Al-Monitor revenait sur l’événement dans un article daté du 11 juin 2015. «Depuis quatre ans, architectes, activistes et officiels ont longuement débattu sur le devenir de cet immeuble qui faisait jusqu’alors partie du paysage urbain du Caire depuis près d’un demi-siècle», note Ahmed Ateyya pour le site d’informations moyen-oriental.

Le gouvernement avait d’ores et déjà engagé une procédure visant à la démolition de l’édifice en 2014. Les obstacles ont été depuis nombreux. Le journaliste rappelle notamment la décision du ministre de la Culture de classer l’ensemble. En tant que patrimoine architectural national, il se révélait impossible ne serait-ce que de l’altérer.

Conçu en 1959 par Mahmoud Riad (1905-1979), auteur notamment de la tour du Nile Hilton Hotel et du siège de la Ligue Arabe, l’immeuble devait accueillir la mairie du Caire. Nasser en a finalement fait le siège de l’Union socialiste arabe.

02(@t1m0thyh1ll).jpg«Cet édifice a été le témoin des mouvements politiques en Egypte jusqu’à l’institution d’un système multipartiste. Dans les années 70, Anouar el-Sadate et son successeur, Hosni Moubarak, ont utilisé ces bureaux pour le PND et d’autres agences gouvernementales comme le Conseil National pour les Droits de l’Homme ou encore le Conseil National des Femmes», précise le journaliste. Bref, une architecture pour l’Histoire mais pas seulement.

Mahmoud Mohammed Riad, petit-fils de Mahmoud Riad, rappelle, sur son site Internet, que son grand-père a été reconnu comme «l’un des pionniers de l’architecture égyptienne par le roi Farouk, le président Gammal Abdel Nasser et le président Anouar el-Sadate».

Il était également l’un des premiers architectes égyptiens diplômé en urbanisme par l’université de Liverpool en 1931 et surtout parmi les rares qui ont fait leurs armes aux Etats-Unis. Mahmoud Riad a notamment travaillé chez Shreve, Lamb and Harmon sur le projet de l’Empire State Building.

Aussi, dans les années 50, Mahmoud Riad est devenu, dans son pays, une figure incontournable de la modernité. Au ministère des travaux publics, il prend la tête des services en charge de la ville du Caire. Il participe alors aux plus grands projets de la ville, Nasr City ou encore le grand stade.

Ainsi, l’ancien siège du PND n’est pas sans valeur patrimoniale à proprement parler. Mahmoud Mohammed Riad en appelle donc à la préservation de l’ensemble. Ses projets alternatifs - allant d’un centre de recherches à un musée dédié à la Révolution du 25 janvier - n’ont appelé aucun commentaire de la part des élites gouvernantes.

«Indépendamment d’une rénovation, restructuration ou démolition, chacun devrait davantage se focaliser sur le contenu et la mémoire de cet immeuble. Nous ne devrions pas nous lamenter sur sa destruction ni même l’utiliser comme un moyen de mettre en lumière l’échec de la contestation ; une révolution qui ne reste que par des témoignages physiques n’est, de toute façon, pas une révolution», affirme, de son côté, Youssef Osman, jeune étudiant en Sciences Politiques sur le site Egyptian Streets.

«Certains désireraient que l’immeuble reste en l’état en tant que témoin de ce qui s’est passé alors que le gouvernement a trahi son peuple. Si cela est peut-être vrai, l’actuel gouvernement n’a montré aucune implication à ce sujet en allant de l’avant afin de démolir l’ensemble sans demander à quiconque son avis. Quoiqu’on en pense, cette construction a désormais perdu beaucoup de sa signification. De la préserver ainsi ou de la démolir n’y changera rien», assure-t-il.

03(@RolandUnger)_S.jpgAl-Monitor assimile ce cas aux actes de vandalisme fréquents au coeur de la capitale égyptienne. Plus de 160 bâtiments classés ont été altérés voire démolis à l’instar de la maison d’Ahmed Rami, «l’un des plus importants poètes du XXe siècle». «L’harmonie urbaine est un luxe trop coûteux», note le journaliste.

D’autant plus onéreux que l’adresse même de l’ancien siège du PND est centrale ; de quoi chatouiller quelques convoitises. Ahmed Ateyya rappelle ainsi la prise de position d’un homme d’affaires égyptien, Naguib Sawiris, relayée par un journal d’Etat, appelant à la privatisation de la parcelle.

Toute pression de la part du secteur privé visant à la démolition est rejetée par les pouvoirs publics qui se disent à ce sujet «transparents». Daily New Egypt annonçait le 31 mai dernier la création d’un parc en lieu et place de la construction...

Dernier rebondissement en date, annoncé par Al-Monitor : l’engagement d’une procédure contre le gouvernement pour arrêter le chantier de destruction. La Commission Egyptienne pour les Droits et les Libertés en est à l’initiative. Ceci étant dit, les autorités promettent l’achèvement des travaux d’ici trois mois.

Et de conclure sur l’idée énoncée par Al-Monitor que «l’Etat égyptien est en train de détruire l’un de ses symboles sans aucune justification».

Jean-Philippe Hugron

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de PANARCHITECTURE

Ce sont des projets tant attendus qui sortent enfin de terre : trois maisons individuelles neuves dans le sud de la France et un Hôtel à Paris rue du Faubourg Saint Honoré.  Ce sont quelques journées en gilets jaunes...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de a+ samuel delmas

2018… Une année d’études et de chantier… de la générosité, un travail dense et de beaux projets gagnés. Des études, avec notamment le projet LUMEN, ZAC Confluence II à Lyon...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 d'AIA Life Designers

En 2018, AIA Life Designers a livré la réhabilitation du Grand Hôtel-Dieu, lieu historique emblématique de la ville de Lyon qui accueille désormais un programme mixte très riche. L’agence a...[Lire la suite]