tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Italie | A Milan, du néo-Tadao (11-06-2015)

Après les réalisations de David Chipperfield et Rem Koolhaas, Milan exige une nouvelle étape : les silos Armani, inaugurés le 30 avril 2015. Son architecte ? Difficile de le savoir. Un communiqué lapidaire, tout en lettres majuscules, précise que «Giorgio Armani a volontairement recherché une forme rationnelle». Le styliste s’est-t-il donc fait maître d’oeuvre ?  

Bâtiments Publics | Culture | Milan

«La recherche de simplicité, la préférence pour les formes géométriques régulières et le désir d’uniformité ont donné naissance à une architecture sobre et monumentale suivant la règle de l’ordre et de la rigueur. A contre-courant d’une tendance de l’architecture contemporaine, Giorgio Armani a volontairement recherché pour le projet de la via Bergognone une forme rationnelle», assure le document. A aucun moment, il n’est fait mention d’un architecte. Difficile à croire.

La nouvelle institution dédiée à la griffe, a pour seule vocation la mise en avant de la marque et de quelques élégants modèles. Ici, rien d’une fondation pour l’art contemporain.

Inauguré à une semaine d’intervalle, Prada a su davantage attirer les regards. Les deux projets, pourtant, partagent cette même critique de l’architecture spectacle en tentant de se révéler sous des atours parmi les moins expressifs possibles.

Autre point de convergence, le contexte industriel dans lequel ont émergé ces deux structures. Certes, il en va d’une «mode» à s’emparer des friches. Ici, d’anciens silos Nestlé érigés dans les années 50 soit au coeur d’un parti originel rationnel qui n’est jamais sans déplaire, d’autant plus à un commanditaire qui n’avait pour exigence que d’aller à l’encontre des gestes grandiloquents.

02(@DavideLovatti)_B.jpgEn face, le groupe Armani avait d’ailleurs commandé à Tadao Ando un «théâtre», une discrète réalisation. En lieu d’une scène, il s’agit davantage d’un espace capable pouvant abriter défilés et grands «shows» pour le compte de la marque.

C’est donc dans ce même esprit que les silos ont été aménagés. «Dans une esthétique qui cherche à se libérer du clinquant et du superflu». De la mode ?

Les silos sont toutefois comparés à une «basilique», offrant un vaste espace ouvert sur trois niveaux. Plafonds noirs, sols et murs gris : «c’est une architecture sobre et rigoureuse, quatre étages qui évoquent rapidement l’image d’une ruche», préfère Fabrizio Ravelli dans l’édition du 31 mai 2015 de la Repubblica.

03(@DavideLovatti)_B.jpg «Il ne lui [Giorgio Armani] plaît pas de définir ce lieu en tant que musée. Le mot lui paraît vieux et statique. Ces Silos présentent pourtant quarante années de labeur», précise le journaliste qui voit toutefois dans l’ouverture de cette institution un paradoxe.

«Il y a une contradiction évidente entre Armani, connu pour sa discrétion, et la décision d'ouvrir en ville une sorte de temple pour consacrer et présenter le travail de toute une vie».

Bref, une auto-célébration loin des nouveaux réflexes culturels où le privé s’empare d’un secteur face à des pouvoirs publics toujours plus affaiblis.

De Paris à Milan, l’art se marchande à travers les vitrines de nouvelles «fondations». Armani n’a pas pris le risque de se détourner de son métier, au pire pour satisfaire seulement son égo.

L. Dehò

04(@DavideLovatti)_B.jpg

Réagir à l'article


tos2016
elzinc

Portrait |Pierre-Alain Dupraz, architecte-topographe

«Pour mes pairs, je serais romand de tendance française», sourit Pierre-Alain Dupraz. De l'autre côté de la frontière, en France, il est, tout simplement, un architecte «suisse». De fait, il...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Il était l'architecte le plus dangereux du monde

L'appréciation n'est pas celle du Courrier de l'Architecte… mais du FBI. Sous la plume de son premier directeur, J. Edgar Hoover, elle cible un américain : Gregory Ain (1908-1988). Ses fréquentations teintées...[Lire la suite]


elzinc

Portrait |Il était l'architecte le plus dangereux du monde

L'appréciation n'est pas celle du Courrier de l'Architecte… mais du FBI. Sous la plume de son premier directeur, J. Edgar Hoover, elle cible un américain : Gregory Ain (1908-1988). Ses fréquentations teintées...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Loci Anima, de la discrétisation au cabinet de curiosités

Connaissez-vous seulement les post-it solaires ou encore les façades-gouttières ? Il n'y a, chez Loci Anima, pas un projet sans une nouvelle expression. Alors, pour Françoise Raynaud, sa fondatrice, le bonheur paraît...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Rifat Chadirji, architecte en noir et blanc

Bagdad, aussi inconnue que méconnue. Des années de conflits armés ont détourné architectes, historiens et photographes d'une capitale moderne dont Rifat Chadirji en fut l'un des plus éminents acteurs....[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Jorge Ayala, un architecte sans architecture ?

Jorge Ayala poursuit son activité loin des chantiers, loin même des plans d’exécution. L’horizon du professionnel s’est élargi et l’imaginaire peut aisément s’émanciper des...[Lire la suite]