Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Brève | Quai Ouest : depuis les rives de Meurthe, un bijou veille sur Nancy (04-06-2015)

«J’ai dessiné et porté un bâtiment compact qui serait immédiatement lu et compris. Ses façades sont entièrement recouvertes d’acier inoxydable, percées par des baies oblongues à l’intérieur desquelles les fenêtres sont rondes comme des yeux. Au dessus, j’y ai posé des paupières, en position relevée, signe d’une vigilance orange. La grande densité perceptible est adoucie par la légèreté glissante de l’inox, ramenant les effets changeants du ciel sur les surfaces exposées et par les fenêtres au dessin inédit», indique Anne Démians, dont l'agence a livré en mars 2015 un programme mixte composé de bureaux, commerces et résidence hôtelière sur les rives de Meurthe. Communiqué.

Nancy | Anne Démians

Ce projet reste particulièrement atypique parce qu’il se trouve à cinq cents mètres de la célèbre place Stanislas mais pas seulement. Il témoigne d’une ambition qui - si elle n’avait pas été inscrite dès le départ dans son code génétique - aurait abouti à une construction banale, sans relief et sans histoire.

L’impertinence échafaudée de Quai Ouest révèle d’abord l’exigence d’un maire, à l’époque André Rossinot aujourd’hui Président de l’Agglomération du Grand Nancy. Ensuite, les intérêts croisés d’une entreprise - Pertuy Construction -, soucieuse d’afficher une image de marque liée à des partis pris urbains, notamment la volonté de (re)concilier la créativité architecturale et la pérennité vertueuse d’un bâtiment moderne à basse consommation.

Autrement dit, Quai Ouest est la synthèse d’une énergie politique et de l’engagement d’un promoteur privé.

02(@Jean-Pierre Porcher)_S.jpgQuai Ouest se singularise par son enveloppe d’acier inoxydable et par ses 650 fenêtres oblongues semblables à des yeux ouverts sur la ville. Ce bâtiment de 10.000 mètres carrés - sur un îlot qui en compte 28.000 - regroupe des bureaux - et notamment le siège de Pertuy Construction, filiale de Bouygues -, une résidence hôtelière et des commerces.

Situé dans les faubourgs de Nancy, anciennes friches industrielles du XXe siècle et de part et d’autre du Canal, ce territoire nancéien est à la couture de la ville de Charles III et des nouveaux quartiers des Rives de Meurthe : 300 hectares en cours d’urbanisation qui prolongent la ville en lui offrant une nouvelle centralité contemporaine.

Autrefois occupé par une usine à gaz, le terrain de Quai Ouest a été assaini, sa dépollution a même été primée par l'ADEME pour son exemplarité. Longeant le Canal, il se trouve à l’articulation de la ville ancienne et de la ville nouvelle amorcée par les Jardins d’Eau d’Alexandre Chemetoff et son alignement d’immeubles modernes. Il est aussi l’aboutissement de l’axe commercial historique de Nancy dessiné par les rues Saint-Jean et Saint-Georges, aujourd’hui traversées par le tramway.

Quai Ouest ose et propose une articulation contemporaine de la mixité basée sur un équilibre délicat et concerté de consonances et dissonances architecturales. Comme la plupart des principaux bâtiments du vieux Nancy, les matières y sont claires, elles se reflètent et se complètent sans mimétisme littéral. Les volumétries s’y répondent et s’interpellent trouvant des échos dans des altimétries transversales.

03(@Jean-Pierre Porcher)_B.jpgEn raison de la désorganisation des espaces le long du Canal, et ce à une échelle significative au regard du patrimoine voisin existant, Quai Ouest s’aligne à la fois sur l’axe historique nancéien et renforce le front naval contribuant ainsi à la recomposition de la clarté urbaine. Le volume du bâtiment en recherche d’unité entre également en résonance avec ceux des îlots qui ont marqué l’espace public de Nancy depuis le XVIIIe siècle comme l’Opéra ou l’Hôtel de la Reine, proches de la Mairie et de la Place Stanislas.

La fusion s’opérant à l’horizontale entre les fonctions, l’échelle recherchée pour cet angle de rue n’a nul besoin de sur-hauteur par rapport au reste du quartier. Le volume unique peut donc rester en deçà des prospects et hauteurs maximales imposées. Cette hauteur maîtrisée facilite l’articulation interne des altimétries des bureaux (contenus à R+5) dont fait partie le siège de Pertuy Construction et de la résidence (maintenue à R+4) et des fonctions ayant chacune leur hauteur d’étage optimale (3,35m pour les bureaux et 2,74m pour les appart’hôtels).

Ce dispositif préserve également une relation équilibrée avec les immeubles de logements (en devenir) et les bureaux existants voisins. In fine, le volume unique se soulève ou se comprime pour induire une dynamique spatiale en résonance avec le site. L’enveloppe elle-même accompagne ce mouvement unique pour découvrir les vitrines des commerces, les halls des bureaux et de la résidence hôtelière. Comme pour l’Opéra et l’Hôtel de la Reine, la mixité se fond dans une même vibration des ouvertures dans le plein.

04(@Jean-Pierre Porcher)_S.jpgLa transcription de la mixité s’inscrit dans le patio intérieur éclairé par les reflets changeants du ciel miroitant dans l’inox. Cet espace de convivialité partagé et arboré se situe en prise directe avec la salle de restaurant-cafétéria en rez-de-chaussée.

La mixité fonctionnelle regroupant des bureaux, une résidence de tourisme et des commerces permet des synergies inédites. Ceux qui y travaillent peuvent séjourner sur place ; ceux qui sont de passage peuvent, quant à eux, se rencontrer et organiser des réunions. Tous ont accès aux commerces qui étaient jusqu’à présent absents sur cette partie de l’axe commercial historique.

Les 88 emplacements de parking (au lieu du double) sont dévolus à la résidence hôtelière et aux bureaux, excepté ceux de Pertuy Construction. La direction du siège social a en effet souhaité réviser les modes de vie et de fonctionnement de ses salariés en les incitant à utiliser les transports en commun et à partager des véhicules électriques pour leurs déplacements professionnels sur la communauté urbaine.

05(@Jean-Pierre Porcher)_B.jpgLa compacité de Quai Ouest permet de construire un volume simple sans porte-à-faux. Tout en respectant une hauteur dalle-à-dalle d’environ 3,35m, les choix techniques et environnementaux permettent une hauteur sous plafond d’environ 2.70 mètres. Le cloisonnement est libre, sur la trame de 2,70m.

Sa compacité est source d’optimisation d’énergie, d’économie de matière et de maximisation des surfaces et des espaces. Sa forme pure permet un aménagement flexible, standard et économique. La fenêtre haute fait entrer largement la lumière jusqu’au coeur du bâtiment, la fenêtre basse offre aux usagers une visibilité immédiate sur la ville.

Les formes ovales et galbées de l’enveloppe, les facettes et les arrêtes couvrant de manière fluide et continue l’ensemble du volume atténuent la lecture des trames et des planchers, tout en suggérant les fonctions. La matière, un acier inoxydable teinte naturelle, oscille entre le blanc et le gris selon l’angle de vision et la lumière.

Pour réaliser les formes ovales de 650 ouvertures, Cirmad a développé des outils spécifiques, à savoir, des modules de fenêtres en résine issus de la technologie automobile. Des modules posés avec une grande précision afin de recevoir la vêture en inox.

06(@Jean-Pierre Porcher)_S.jpgFiche technique

Programme : construction mixte composée de bureaux, commerces et résidence hôtelière
Lieu : Avenue du XXe Corps, Quai Sainte Catherine, Nancy
Maître d’ouvrage privé : Cirmad
Maître d’oeuvre : Anne Démians, architecte, Architectures Anne Démians / BET TCE : Pertuy Construction / BET façade : VP Green
Surface : 10.200m² SHON
Projet BBC - 20, HeE
Coût : 15M€ HT

07(@Jean-Pierre Porcher)_B.jpg

Réagir à l'article





Portrait |André Ravéreau par le détail

La disparition d'André Ravéreau le 12 octobre dernier ne signifie pas pour autant la dissolution de son enseignement. L'hommage invite aujourd'hui à la relecture immédiate de son œuvre ; l'exercice pertinent...[Lire la suite]

Portrait |Samuel Delmas, archi-sensible

Crèches, unités psychiatriques, centres de formation… En somme, des programmes de la banalité. Samuel Delmas transmue ce quotidien en espaces de qualité. Son art est, de fait, précis. Il repose sur «le...[Lire la suite]


Portrait |Avec Michel Rémon, faire le mur !

Faire, agir, contempler… quelques mots d'ordre pour Michel Rémon. Toutefois l'architecture n'est pas le centre du tout. L'usager, l'habitant, le patient, le lecteur, le sportif… tous ces individus qui peuplent chaque construction...[Lire la suite]

Portrait |Emmanuelle Colboc, comme une feuille délicate sous un rocher

Apposer quelques mots sur l’acte de bâtir. L’ambition est née d’un constat simple ; «Nous parlons d’architecture de façon trop compliquée, ce qui, de fait, l’éloigne du...[Lire la suite]

Portrait |Qui sont les architectes de Donald Trump ?

Des honoraires impayés ? Des vidéos sulfureuses ? Des interviews réécrites ? Des commandes providentielles ? C'est un peu le programme réservé aux architectes de Donald Trump. Le Courrier...[Lire la suite]

Portrait |Nuno Teotónio Pereira, le modernisme contre Salazar

Dans la lignée des reconnaissances tardives, après Frei Otto, lauréat du Prix Pritzker 2015, Nuno Teotónio Pereira s’est vu récompensé le 13 avril 2015, à 93 ans, du Prix de...[Lire la suite]