vmz

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Chine | Vector Architects, coquillages et béton armé (28-05-2015)

Une bibliothèque sans livres ni lecteurs. «La plus reculée», paraît-il, sur une plage abandonnée. L’environnement et l’architecture assure la belle photographie. L’esthétique semble suffire et satisfaire le seul appétit oculaire. Le mérite à Vector Architects, une agence pékinoise ayant livré l’étonnant édifice fin 2014 à Nandaihe.

Bâtiments Publics | Culture | Chine | Vector Architects

De Chine, d’aucuns connaissent les villes tentaculaires, verticales, denses et grouillantes. Une civilisation urbaine, sans cesse dans le mouvement, qui ne laisse place qu’au travail.

De Chine donc, n’arrivent aux yeux des occidentaux que les images d’immenses gratte-ciel, de rues encombrées où de larges publicités au néon appellent à la consommation. Le labeur est la seule valeur qui semble admise.

De Chine alors, au-delà de paysages escarpés dignes d’estampes ouvragées, rien ne transparaît de la côte. Une plage chinoise ? L’image est trop rare. La côte est invisible. Que dire du farniente ? Il ne correspond pas à ce que la société chinoise souhaite montrer d’elle-même.

Mail Online, site d’informations britannique, présentait dans son édition du 14 mai 2015 une étrange photographie. Un édifice de béton brut surgissant d’une plage déserte. Un blockhaus ? Une bibliothèque !

La plus «reculée» du pays, paraît-il. L’article, cosigné Kate Pickles et Edward Chow, décrit un site retiré, inaccessible par la route.

Son concepteur, Vector Architects, est l’une des rares agences indépendantes du pays, fondée à Pékin par Dong Gong, architecte remarqué en 2010 par AS.Architecture Studio qui, en marge de la Biennale d’Architecture de Venise, lui avait décerné le Prix de la Nouvelle Architecture chinoise.

Dans une lignée d’édifices modestes et soignés, cette bibliothèque trouve amplement sa place. Elle vient signaler aux yeux du monde la vivacité de la scène architecturale chinoise. Au milieu d’une production au kilomètre, voilà l’exception, peut-être, qui confirme la règle.

03(@VectorArchitects)_S.jpgArchitectural Record revenait en décembre 2014 sur ce brillant architecte de 42 ans en en dressant un portrait succinct. «Comme bien des professionnels chinois, il a étudié aux Etats-Unis avant de revenir au pays fonder sa propre agence», note Clare Jacobson en guise de préambule.

Il y eut, entre autres, un passage chez Richard Meier puis, plus marquant, chez Steven Holl. Dong Gong travaillait alors sur les plans de l’ensemble Linked Hybrid à Pékin, un vaste complexe de gratte-ciel reliés les uns aux autres par un système de passerelles aériennes. «Dong assure avoir appris aux Etats-Unis à éviter les concepts idéalisés. Il préfère concevoir un projet à partir des données propres au lieu : la lumière, le vent, la culture locale».

Clare Jacobson affirme également l’importance de Henry Plummer, son directeur de travaux à l’Université de l’Illinois, spécialisé dans la gestion de la lumière du jour. «La patte de Plummer est clairement visible dans la bibliothèque de Nandaihe qui fonctionne comme un cadran solaire. Une large fenêtre à l’est et une fente à l’ouest assurent une lumière spectaculaire le matin et l’après-midi dans la salle de lecture alors qu’une source zénithale vient, en milieu de journée, transformer une salle de réunion sans fenêtre en une oeuvre de lumière».

02(@VectorArchitects)_S.jpgD’ailleurs, Dong Gong décrit son architecture par l’expérience qu’elle doit éveiller à tout un chacun : «en marchant dans cet espace, le lecteur pourra sentir la lumière, la brise marine, le son de l’océan et ralentir son propre rythme pour profiter pleinement de la distance et de la solitude».

Lieu de méditation ou de lecture ? Si quelques livres sont d’ores et déjà arrivés, la traversée du désert pour rejoindre l’équipement laisse à penser la place de la culture livresque dans la société chinoise.

En attendant maintenant qu’une ligne de chemin de fer traverse la bibliothèque solitaire, chacun pourra méditer la phrase de Boris Vian selon laquelle «le désert est la seule chose qui ne puisse être détruite que par construction».

Jean-Philippe Hugron

04(@VectorArchitects).jpg

Réactions

Boleo33 | Dirigeant GénieSolar | Aquitaine | 28-05-2015 à 13:33:00

Tout simplement Corbuséen ...

Réagir à l'article


tos2016
vz

Présentation |Couvrez cette architecture que je ne saurais voir

L’art urbain, le tag, le graff… trouvent leur aise dans des friches industrielles ou dans quelques interstices improbables. Il en allait d’une conquête du territoire. Depuis, la pratique s’est institutionnalisée...[Lire la suite]

vz

Visite |Buffi, AIA et les autres font leur cinéma !

Encore un ! Et différent ! Cette fois-ci le Gaumont Convention vient d'ouvrir ses portes. Les Parisiens s'y pressent. Un véritable succès. En effet, ce cinéma «de quartier», dit-on, a subi plus qu'une...[Lire la suite]


vz

Actualité |Les ruines modernes : c'est pas moi, c'est l'autre !

Signée Serge Kalisz, une lettre ouverte datée du 5 février 2016 et adressée à Michel Sapin, ministre des Finances, dénonce l’état de ruine du célèbre bâtiment conçu par...[Lire la suite]

vz

Visite |Peter Zumthor ? Au fond du fjord, à droite

Exit les alpages suisses, les douces collines de Westphalie... La dernière œuvre de Peter Zumthor se situe au fin fond d'un fjord norvégien qui mousse... d'humidité. Et pour cause, en cette mi-septembre, les rayons du...[Lire la suite]

vz

Actualité |A Milan, David Chipperfield désavoue son projet

La nouvelle victime des tabloïds ? La presse britannique s’est faite l’écho en termes scandaleusement provocateurs de quelques affaires dont David Chipperfield est l’un des protagonistes les plus importants. En...[Lire la suite]

vz

Projet |Le djihad moderne d'Alvaro Siza à l'Alhambra

Le djihad ? Pourquoi pas ? A Grenade, le projet du maître de l’Ecole de Porto, Alvaro Siza, associé à Juan Domingo Santos, fait sensation. L’ire des critiques est sans limite. Certes, ce qui est excessif est...[Lire la suite]