Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Portrait | Françoise-Hélène Jourda : architecte typique de la mouvance "sustainable architecture" (30-10-2010)

Le "Prix international d'architecture durable", dédié à une démarche en faveur du développement durable, a été lancé en avril dernier par la Cité de l'Architecture et l'Epamsa*. Cinq architectes, connus pour leur engagement dans ce type de démarche, ont été sélectionnés. Présentation ici (texte et images) de la Française Françoise-Hélène Jourda.

Global Award | France | Françoise-Hélène Jourda

En militante précoce du développement durable, Françoise-Hélène Jourda a associé la recherche de la beauté architecturale avec celle d’une rationalité adaptée aux nouveaux fondamentaux de la société du savoir : économie de la matière et de l’énergie, nouveaux modes de vie et de travail, nouvelles aspirations sociales, réflexion sur le devenir urbain.

Françoise-Hélène Jourda (née en 1955, diplômée en 1979), a été reconnue très tôt comme une figure de l’architecture contemporaine française. Dès ses débuts à Lyon, au sein de l’agence créée avec Gilles Perraudin, elle ne s’est pas laissée enfermer dans le statut d’auteur.

F.H. Jourda qui a beaucoup appris des scènes nordiques et germaniques – son maître reste Raph Erskine – y est aujourd’hui reconnue : en Autriche, elle occupe la chaire d’architecture durable à la Teschnische Universität de Vienne ; en Allemagne, elle a construit de très nombreux projets, notamment l’Académie du Mont-Cenis à Herne dans la Ruhr, un ensemble de bâtiments entièrement abrité sous une grande nacelle en verre et en bois, portée par de grands troncs écorcés.

En France, où le débat sur l’architecture durable s’engage sur un mode encore défensif, F.H. Jourda pratique une architecture de recherche qui tend toujours à renouveler la typologie, ouverte aux technologies, sensible aux mouvements de société, consciente des enjeux urbains. Pour elle, l’architecte n’est pas seulement un créateur mais un acteur du développement à part entière, un citoyen plus responsable qu’un autre.

Elle a construit, parmi de très nombreuses réalisations, l'école d’architecture de Lyon en 1985, l'Université de Marne-la-Vallée, le Palais de Justice de Melun et elle vient d’achever les serres du Jardin botanique de Bordeaux. En début de chantier, le projet “éNergie zérO” à Saint-Denis, sera le premier immeuble à énergie passive construit dans l’hexagone.

02(@FH.Jourda).jpgF.H. Jourda est une architecte typique de la mouvance "sustainable architecture", en connexion permanente avec ses confrères internationaux et l’actualité du débat qu’ils mènent. Mais on peut observer dans ses projets la recherche d’une voie française pour l’architecture durable, dans un pays qui devra résoudre sa propre équation énergétique et urbaine, où les mots « rationnel » et « progrès » ont un sens historique profond mais qui peine à les appliquer pour passer de l’ère post-industrielle à l’économie du savoir.

Consciente de cette situation particulière, Françoise-Hélène Jourda vient de créer «éo-cité», une agence de conseil en développement durable, pour former les acteurs et travailler plus à l’amont du processus d’urbanisation et de construction, avec les maîtres d’ouvrage, les élus, les citoyens.

Ce triple spectre d’architecte, d’enseignant et de conseiller, F.H. Jourda est bien consciente qu’il donne une cohérence à ses recherches et surtout qu’il définit un champ de compétences nouveau et plus large. La prise en compte globale du développement durable dans le projet définit un nouveau territoire pour celui-ci, une nouvelle position stratégique que l’architecte peut et doit saisir, selon elle, s’il veut être acteur à part entière de la ville du XXIe siècle.

Françoise-Hélène Jourda a été le commissaire de l’exposition du Pavillon Français de la Biennale de Venise de 2004 dont le thème était "Métamorphoses durables". Elle est co-signataire en 1996 de la "Charte européenne pour l’énergie solaire en matière d’architecture et d’urbanisme".

03(@FH.Jourda).jpgSon travail a été présenté dans de nombreuses expositions en France ainsi qu’à Londres, Chicago, Rotterdam, Berlin et en 2005 au MOMA de New-York.

F.H. Jourda a enseigné à Lyon, à Oslo, à l’Université du Minnesota, à l'école Polytechnique de Londres, à l'Université Technique de Kassel et depuis 1999 à l'Université Technique de Vienne.

M.H. Contal

* Etablissement public d'aménagement du Mantois Seine-aval

Cet article est paru en première publication sur CyberArchi  le 13 juin 2007.

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Gaëtan le Penhuel & Associés

Dans le nouveau quartier de la Confluence à la pointe de la presqu’île lyonnaise, l'atelier d'architecture Gaëtan le Penhuel & Associés a livré en 2018 un projet au programme mixte réparti en deux...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de PCA-STREAM

Parmi ces projets cette année : les livraisons du nouveau siège social de Gide Loyrette Nouel rue de Laborde, de l’immeuble de bureaux à énergie positive Be Issy à Issy-les-Moulineaux, du paquebot Art...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de Philippe Pumain

2018, comme les précédentes, est passée à toute vitesse. 2019 devrait voir la fin du chantier et la réouverture du théâtre du Châtelet, entre autres…[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Philéas

Cette année, Philéas a soufflé ses 25 bougies et se développe joyeusement : une équipe maintenant de 25 collaborateurs, renforcée par un pôle image et un pôle communication, des projets autour de...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de DE-SO

Durant l'année 2018, ici et ailleurs, l'agence DE-SO  poursuit le développement de  projets urbains et d'architecture. De récentes livraisons lui ont valu d'exposer son travail en Angleterre, en Allemagne, en Italie,...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Ibos et Vitart

Rénovation et extension du site du Quai d'Orsay – Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International – Paris, France – concours 2016, études en cours   «Le projet...[Lire la suite]