vmz

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Portrait | Wang Shu préconise le 'slow build' dans une Chine effrénée (30-10-2010)

Le "Prix international d'architecture durable", dédié à une démarche en faveur du développement durable, a été lancé en avril dernier par la Cité de l'Architecture et l'Epamsa*. Cinq architectes, connus pour leur engagement dans ce type de démarche, ont été sélectionnés. Présentation ici (texte et images) du Chinois Wang Shu.

Global Award | Chine | Wang Shu

Wang Shu, né en 1963 à Hangzhou en Chine du Sud, a fondé en 1997 dans sa ville son agence, "Amateur Architecture Studio" avec sa femme Lu Wenyu. Un tel titre n’est pas neutre: Wang Shu appartient à l’escouade de jeunes architectes chinois qui s’émancipent de ces énormes agences publiques d’architecture héritées de l’époque communiste et qui monopolisent toujours la production. Mais les temps changent. De jeunes architectes, souvent formés aux Etats-Unis, s’inscrivent en contre et créent des agences "à l’occidentale" pour affirmer une nouvelle pratique, inventive et critique, de l’architecte. Ouverts aux échanges, ils animent en Chine un débat indépendant, stimulant et forment une génération “dont on peut tout attendre”, selon la belle expression de Frédéric Edelmann.

Parmi eux, Wang Shu s’affirme par un authentique tempérament d’auteur, et aussi par l’originalité de sa position, face au maelström urbain que vit la Chine aujourd’hui.
Architecte du nouveau campus de l’école nationale des Beaux-Arts de Hangzhou, Wang Shu l’a construit en récupérant les matériaux des vieux quartiers que la ville démolit sans état d’âme au même moment. Les belles tuiles et les pierres ont été soigneusement réutilisées, dans une architecture qui, comme tous les projets de Wang Shu, est fondée sur la quête d’une identité moderne pour la Chine qui ne nie pas sa propre civilisation.

Le Musée d’Art de Ningbo, superbe démonstration d’architecture contemporaine dans une ville en chantier, la maison de la Céramique, aux lignes "miesiennes", sont pareillement construits avec ce que Wang Shu aime préserver d’une architecture traditionnelle, des matériaux familiers et précieux, remis en œuvre avec soin. La présence de la matière est profondément émouvante, la proposition esthétique est puissante car Wang Shu est aussi un grand scénographe qui sait poser une architecture sur son socle, orchestrer les relations avec le paysage. Son installation à la Biennale de Venise 2006, un champ de tuiles, récupérées dans les démolitions de Hangzhou, était l'un des grands moments de cette session.

Partout ailleurs dans le monde, un architecte peut ainsi rendre hommage au passé mais dans la Chine contemporaine, il ne faut pas sous-estimer la charge critique d’une telle démarche. Wang Shu, qui est aussi théoricien, plaide dans son pays pour le 'slow build', une course au progrès qui ralentisse pour que l’urbanisation soit plus attentive aux populations, pour qu’une culture qui recèle des trésors d’art de vivre ait le temps “d’infuser” dans le projet. “J’étais écrivain avant de devenir architecte et l’architecture n’est qu’une part de mon travail. Pour ma part, l’humanité est plus importante que l’architecture, et l’artisanat plus important que la technologie”.

02(@WangShu)_B.jpgLa sérénité de cette position est d’autant plus convaincante qu’elle s’exprime par une architecture qui évite toute facilité dans sa propre rhétorique. Ces matériaux anciens qu’on pourrait sur-représenter sont mis en œuvre avec sobriété, dans le respect des savoir-faire. Le propos pourrait être bavard, il est médité. D’un acte profondément critique surgit la poésie.

Wang Shu dirige le département de l’école nationale des Beaux-Arts de Hangzhou. Parmi ses oeuvres, le nouveau campus de cette école, le musée d'Art contemporain de Ningbo, des maisons en terre à Hangzhou et Ningbo, une bibliothèque à Suzhou. Il construit, actuellement 5 tours de 100 m de haut à Hangzhou où il superpose des maisons à cour traditionnelle sur deux niveaux.

03(@WangShu)_B.jpgSon travail a été présenté dans plusieurs expositions en Europe (NAI à Rotterdam, Congrès de l'UIA à Istanbul en 2005, “Alors la Chine ?” à Beaubourg en 2003...).
Il a publié The Beginning of Design en 2002.

 

M.H. Contal

* Etablissement public d'aménagement du Mantois Seine-aval

Cet article est paru en première publication sur CyberArchi le 13 juin 2007.

Réagir à l'article


tos2016
elzinc novembre

Visite |Baukunst, d'une splendide ambiguïté

L’histoire est un brin absurde. Sous une pluie drue, elle est encore plus difficilement intelligible. Adrien Verschuere, architecte et associé fondateur de Baukunst, s’efforce pourtant d’être clair. Il serait question...[Lire la suite]

elzinc

Brève |Espace collectif à Casablanca : Workshop 'CasaLyon'

En réponse à une demande formulée par l’orphelinat de Sidi Bernoussi, à Casablanca, pour l’aménagement de ses espaces extérieurs, le collectif de jeunes architectes PourquoiPas ?! et plusieurs...[Lire la suite]



elzinc

Visite |Keramis et les cinq mousquetaires

Un bâtiment en peau de girafe. La proposition est étonnante d’autant plus qu’elle revêt le musée de la céramique de La Louvière. Sans doute faut-il y voir une allusion aux craquelures du...[Lire la suite]

elzinc novembre

Visite |Baukunst, d'une splendide ambiguïté

L’histoire est un brin absurde. Sous une pluie drue, elle est encore plus difficilement intelligible. Adrien Verschuere, architecte et associé fondateur de Baukunst, s’efforce pourtant d’être clair. Il serait question...[Lire la suite]

elzinc

Visite |CAB, hold-up sur le paysage

CAB, encore CAB. La CAB, dit-on d’ailleurs. Equerre en poche, un coup de projecteur inespéré pour l’agence niçoise. Au Courrier de visiter la réalisation primée à La Trinité ainsi...[Lire la suite]

elzinc

Présentation |2/3/4/ dans la balance

Nouveau marché en maîtrise d’œuvre et question de la représentation de la justice...autant de sujets abordés lors d'un projet malheureusement boudé de palmarès en tout genre… pour une raison...[Lire la suite]