Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Japon | Takeshi Hirobe, dessine-moi un escargot... de mer (01-04-2015)

Takeshi Hirobe a livré en mai 2014 une spectaculaire maison de 116m² dont le plan en spirale évoque la forme d’un coquillage. L’architecte a voulu, en un vaste origami de bois contreplaqué, magnifier l’espace intérieur pour mieux profiter du rapport au paysage. Les vues cadrent autant le ciel, la végétation que la baie de Tokyo. Notice architecturale.

Notice Architecturale | Japon | Takeshi Hirobe Architects

Comment encercler de murs un espace ? Je suis devenu plus soucieux envers cette question alors que je concevais une construction, non pas au coeur d’une zone résidentielle, mais face à la nature.

Dès ma première visite sur le site, j’ai pensé que ce nouveau bâtiment devait se tenir droit, robuste et indépendant.

La parcelle se trouve à 200 mètres de la côte, sur une colline. Il y a, derrière, une falaise avec de hauts arbres et, en face, l’horizon de la baie de Tokyo.

En plus de considérer la relation entre ses éléments, le projet devait répondre à la commande d’une maison de vacances occupant la majeure partie de la parcelle. Le client souhaitait également avoir une vue sur l’océan depuis le deuxième étage et un lieu qui encadre une perspective vers le ciel. Pour ce faire, des hauteurs sous plafond importantes ont été requises.

02(@Koichi Torimura).jpgTout un chacun, après avoir passé l’entrée et marché le long d’une cloison triangulaire, se trouve temporairement coupé de la vue vers l’extérieur pour ne plus être que dans une gradation de lumière.

A cet endroit, un ensemble de plis dessine un mur qui s’élève jusqu’au second niveau ; une salle de bains semi-circulaire est placée dans cet espace.

En avançant à travers la lumière, un large panorama sur la mer se dessine. 

En arrivant dans le salon, la vue prend une orientation longitudinale pour s’élancer vers le ciel. 

En direction de la salle de bains, le rapport avec l’extérieur devient plus étroit pour se confronter au mouvement du sol.

Toutes les séquences ont été pensées à l’instar de mélodies ; les espaces mis bout à bout procurent une douce musique.

Pour parfaire la continuité des surfaces, la structure n’est jamais exposée et le tout est entièrement habillé de contreplaqué. Je crois que ce choix met l’accent sur les qualités spatiales de la maison.

Ce qui définit le mouvement des formes triangulaires relève des usages et des activités mais aussi de l’écoulement des eaux, d’un sens de la masse et d’un rapport au site. En conséquence, la maison ressemble à une coquille en spirale posée à même le sol.

Takeshi Hirobe Architects

03(@Koichi Torimura)_S.jpgFiche technique

Nom du projet : Villa Escargot
Lieu : Chiba, Japon
Date de livraison : mai 2014
Structure : Bois
Surface du site : 1.860,82m²
Emprise au sol : 99m²
Surface totale : 116,43m²

Adapté par : La rédaction

04(@Koichi Torimura).jpg

Réagir à l'article


tos2016

Album-photos |Mazette ! Quelle extension !

Dans la vallée du Gard, un mazet n’attendait plus qu'une seconde jeunesse. Pour ce faire, une extension lui a été imaginée, un volume de béton, «monolithique et sculptural» selon ses concepteurs,...[Lire la suite]

Album-photos |Pris en flag' à Miami !

Leurs bureaux sont à Paris et l'une de leurs dernières réalisations, à Miami. BarbaritoBancel Architectes a en effet récemment livré le «flagship» Dior de la métropole floridienne qui...[Lire la suite]


Album-photos |Le centre d'innovation de Santiago ? Elemental, mon cher Watson

«La plus grande menace pour un centre d’innovations est l’obsolescence fonctionnelle et stylistique», affirme Alejandro Aravena. Aussi, le fondateur de l’agence chilienne Elemental a conçu un parti atemporel...[Lire la suite]

Brève |Espace collectif à Casablanca : Workshop 'CasaLyon'

En réponse à une demande formulée par l’orphelinat de Sidi Bernoussi, à Casablanca, pour l’aménagement de ses espaces extérieurs, le collectif de jeunes architectes PourquoiPas ?! et plusieurs...[Lire la suite]

Visite |Baukunst, d'une splendide ambiguïté

L’histoire est un brin absurde. Sous une pluie drue, elle est encore plus difficilement intelligible. Adrien Verschuere, architecte et associé fondateur de Baukunst, s’efforce pourtant d’être clair. Il serait question...[Lire la suite]

Livre |L'architecture 'invisible' de Bernard Zehrfuss

Bernard Zehrfuss, Fitzcarraldo de Fourvière ? En s’appropriant les pentes de la colline sur laquelle, autrefois, se développaient les gradins de l’amphithéâtre de Lugdunum et en y logeant le musée...[Lire la suite]