Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Canada | Un Phare-ci, un Phare-là et toujours le même coup fourré ? (04-03-2015)

Il y a bien, à La Défense, une tour Phare imaginée par Thom Mayne qui, purgée de presque tous ses recours, attend vraisemblablement une reprise économique pour sortir des cartons et devenir réalité au-delà de toutes polémiques. A Québec, de papier également, Le Phare - encore un -, présenté au public le mois dernier, éveille d’ores et déjà les premiers émois.

Tours et gratte-ciel | | Alpha-architecture

De Paris à la Belle Province, il y a bien un point commun : la verticalité y fait débat et défraye la chronique.

L’annonce la plus neutre, reprise par Le Journal de Québec le 18 février 2015, évoquait un ensemble immobilier à 600 millions de dollars comprenant une tour de 65 étages. En somme, un «Rockefeller center» offert à la ville par l’un des plus importants promoteurs de la région.

La présentation était avant tout statistique : 4 tours dont une de 250 mètres, 1.000 logements réalisés sur dix ans, 835.000 pieds carrés (78.000m², ndlr.) et, à terme, près de 3.000 travailleurs et 2.000 résidents.

Diane Tremblay précise dans son article que «l’architecture, qui a été pensée par la firme Alpha, rappellera les racines de Québec avec sa pointe en forme de voile». Certes.

«Un Phare trop gros pour Québec», titre, deux jours plus tard, Pierre Couture dans Le journal de Montréal. La question esthétique n’est pas encore soulevée. En revanche, la place du projet dans un marché immobilier tendu interroge.

«Plusieurs analystes sont d’avis que ce projet, s’il est adopté tel quel, freinera inévitablement le développement d’autres chantiers ailleurs dans la région de Québec. [...] Aucun promoteur ne voudra se lancer dans des projets d’immeubles de bureaux d’envergure à Québec, encore moins sur le boulevard Laurier», écrit-il.

«Pincez-moi, quelqu'un», s’insurge, de son côté, François Cardinal pour La Presse dans un article paru le 23 février 2015. La réalité est à peine croyable. Comparer Le Phare au Rockefeller Center semble totalement hors sujet.

Burj Dubaï alors ? «S'il y a une comparaison à faire avec Le Phare, ce n'est pas vers le golfe Persique qu'il faut se tourner [...] C'est plutôt vers Paris, là où l'on retrouve une immense tour... qu'on rêve de démolir depuis 40 ans [...] La tour Montparnasse s'élève dans le ciel de Paris comme un mirador de 57 étages, une vilaine excroissance décriée depuis son ouverture, en 1973».

François Cardinal n’est pas tendre avec l’IGH parisien. «Hideux», surenchérit-il. Noir et élancé, il est pourtant un brin plus sobre que Le Phare québécois.

Outre ces considérations plastiques, l’auteur dénonce un coup de bluff. «On ne répond pas à une demande, on la provoque. De manière artificielle. On cible un terrain en friche, on crée un semblant de quartier avec un semblant de place publique et un semblant d'animation urbaine. Puis on croise les doigts», écrit-il.

02(@GroupeDallaire)_S.jpgDans les colonnes du Soleil du 21 février, Valérie Gaudreau, s’amuse des précédents historiques : «Trop haut ! Trop gros ! Mal intégré ! Ce n'est pas d'hier que les gratte-ciel soulèvent des débats à Québec. A la fin des années 20, la population a décrié la construction d'un immeuble en hauteur. Son nom ? L'édifice Price», note-t-elle.

«Plus de 85 ans avant les 65 étages du Phare de Québec, il y a eu cet édifice Art déco en plein coeur du Vieux-Québec, devenu aujourd'hui un important symbole de la capitale. Pourtant, en 1928, l'idée de construire une tour de 17 étages pour loger le siège social de la compagnie forestière Price Brothers & Company a suscité la controverse. Tellement que cette construction - au coût de 500.000$ - a mené le conseil municipal de l'époque à voter un règlement limitant la hauteur des immeubles à 20 mètres», poursuit-elle.

Toutefois, contrairement au Price, le nouveau complexe immobilier est apprécié. «Appui massif au Phare», titre Le Journal du Québec dans son édition du 25 février. «72% des répondants accueillent favorablement le projet de gratte-ciel», peut-on y lire.

«Même les 'voisins' du Phare, dans Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge, adhèrent au projet dans une proportion de 71%, alors que, dans La Cité-Limoilou, l’appui est un peu plus tiède, mais tout de même majoritaire, à 59%», précise l’article de Jean-Luc Lavallée.

Interrogée à ce sujet, la directrice de l’institut de sondage précise sa pensée : «lorsqu’on fait l’analyse médiatique de tout ce qui s’est dit dernièrement sur le projet, je pense que tous les chroniqueurs urbains ont été beaucoup plus sévères à l’égard du projet que ne peut l’être le citoyen. Avec ce sondage, c’est au tour du citoyen de s’exprimer».

Toutefois, parallèlement, «Le Phare inquiète de jeunes architectes», rapporte Ici Radio-Canada. «Quelque 325 jeunes architectes, stagiaires et étudiants en architecture ont signé une lettre en ce sens pour demander à la Ville de Québec de refaire ses devoirs», indique l’article.

Outre l’absence d’études d’impact d’un tel projet sur la ville, les signataires, menés par Alexandre Laprise à l’origine du mouvement de contestation, regrettent qu’il n’y ait eu aucun concours d’architecture.

Dans une lettre ouverte publiée dans l'édition du 25 février du Soleil, Alexandre Laprise soutient également que Le Phare «confirme le malaise que nous vivons devant les annonces de projets de développements urbains et immobiliers récents par l'administration municipale et certains promoteurs immobiliers. Nous sommes en décalage avec les visions de formes urbaines et architecturales de ces projets de développement, de même que la vision de transport collectif qui les accompagne», écrit-il.

Interrogé par Pierre-Olivier Fortin dans Le Journal de Montréal, Jean Grondin, de l'agence Alpha-architecture, chargée du projet, répond aux critiques par «un plaidoyer pour l’audace» : «ce projet signature changera, selon lui, cette image de 'Vieille-Capitale' qui colle à la peau de Québec en montrant un côté résolument moderne, nord-américain, une carte postale version 2015 à côté de celle du château Frontenac. 'On est en Amérique du Nord', plaide-t-il, 'et on est capable de projets d’envergure. Ca va attirer ces jeunes professionnels qui cherchent ce style de vie branché. On pourra se sentir comme dans les autres grandes villes canadiennes. On n’est plus une ville de province'».

A croire, enfin, que c’est la taille qui compte.

Jean-Philippe Hugron

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Philéas

Cette année, Philéas a soufflé ses 25 bougies et se développe joyeusement : une équipe maintenant de 25 collaborateurs, renforcée par un pôle image et un pôle communication, des projets autour de...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de DE-SO

Durant l'année 2018, ici et ailleurs, l'agence DE-SO  poursuit le développement de  projets urbains et d'architecture. De récentes livraisons lui ont valu d'exposer son travail en Angleterre, en Allemagne, en Italie,...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 d'AIA Life Designers

En 2018, AIA Life Designers a livré la réhabilitation du Grand Hôtel-Dieu, lieu historique emblématique de la ville de Lyon qui accueille désormais un programme mixte très riche. L’agence a...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Marjan Hessamfar et Joe Vérons Architectes Associés

Une année 2018 intense et stimulante pour l’agence avec 3 projets livrés : le Gymnase Alice Milliat à Bordeaux, l’extension des locaux de la CC2R à Valence d’Agen et le Centre technique environnemental de...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de PANARCHITECTURE

Ce sont des projets tant attendus qui sortent enfin de terre : trois maisons individuelles neuves dans le sud de la France et un Hôtel à Paris rue du Faubourg Saint Honoré.  Ce sont quelques journées en gilets jaunes...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Naud et Poux Architectes

2018, c’est trois livraisons significatives : 81 logements pour personnes âgées à Lyon, 37 logements en accession sociale à Gennevilliers et l’aménagement des espaces intérieurs du 55 Amsterdam....[Lire la suite]