Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Chronique | Philharmonie, opéra et fil à couper le beurre (14-01-2015)

Les affinités sont électives. Le Courrier de l’Architecte est out ! Plan Vigipirate oblige, notre présence n’est pas souhaitée à l'inauguration de la Philharmonie de Paris. Par crainte que nous ne sortions un article explosif ? Pour l’heure, Jean Nouvel se fait la victime de violences morales ; son oeuvre est «sabotée» et «contrefaite». Rien de nouveau.

Culture | Bâtiments Publics | 75019

«Le mépris, ces deux dernières années, pour l’architecture, pour le métier d’architecte et pour l’architecte du plus important programme culturel français de ce début de siècle, m’interdisent d’exprimer mon accord et ma satisfaction par ma participation à la soirée d’ouverture, dans une architecture qui oscille souvent entre la contrefaçon et le sabotage», écrit-il dans une tribune du Monde, publiée dans l’édition de ce jour.

Ainsi, Jean Nouvel ne sera pas des mondanités. Et pour cause, les façades ne sont pas encore terminées que les spectateurs sont amenés à parcourir un édifice en travaux. Smoking et bottes de chantier, l’élégance parisienne.

Cette précipitation témoigne une nouvelle fois de l’amateurisme des élus à mener à bien un projet devant servir avant tout un calendrier politique et médiatique plutôt qu’une communauté mélomane d’ores et déjà repue d’équipements en nombre dans la capitale.

Jean Nouvel dénonce alors le mépris d’Aurélie Filippetti ancienne occupante de la rue de Valois et porte-flingue des «cost-killers». Budget réduit mais démultiplié, autant que faire se peut et que la construction serve la belle image ! Voilà la culture du «Sam Suffit» que dénonce l’architecte.

02(@DR)_B.jpgChantier de la Philharmonie en mars 2014In fine, la précipitation de cette ouverture est contre-productive et porte, aux yeux de tous, la quête effrénée d’événements en tous genres. Bientôt, la Canopée des Halles...

C’est sans compter la tragédie culturelle, sociale, politique et religieuse du 7 janvier dernier qui a placé «Paris, capitale du monde» avec, en sus, un battage médiatique qui pousse Jean Nouvel à affirmer aujourd’hui : «je trouve notre philharmonie très ‘charlie’».

Naming-branding, bientôt la Charlie Arena, Porte de Pantin. Le ridicule ne tue pas et l’amnésie guette - comme l’explique Liliana Albertazzi dans l’article qu’elle consacre dans cette édition sur la Cité de la Musique, renommée dans l’indifférence Philharmonie 2.

Cela écrit, rien de bien nouveau. Napoléon III précipitait déjà le 15 aout 1867 l’inauguration de nouvel opéra - le futur Palais Garnier - qui n’était qu’une façade. L’exposition universelle alors organisée à Paris nécessitait d’appeler journalistes et visiteurs à contempler «le nouveau style» de la capitale.

03(@DR)_S.jpgLe chantier s'est poursuivi. Charles Garnier exprimait parfois quelque insatisfaction et ses sculpteurs dénoncaient la «tyrannie des architectes».

Le 5 janvier 1875 a eu lieu une nouvelle inauguration. L’Empire était un souvenir et le pouvoir conduit par Mac Mahon s’appropriait les ors rutilants du Palais devenu Académie Nationale de Musique.

«On comprend aisément que la fête d’inauguration ait pu prendre une dimension politique, sociale et mondaine de toute première importance. La résonance nationale et mondiale de l’événement a été préparée il est vrai, de longue date et bien avant janvier 1875, orchestrée presque au jour le jour par la presse qui publie, sans relâche, depuis la pose de la première pierre de l’édifice, plans, projets, commentaires réels ou fictifs, de Charles Garnier et des divers personnalités officielles du moment», écrit Frédérique Patureau dans son livre Le Palais Garnier dans la société parisienne - 1875-1914.

Bref, contrairement à Jean Nouvel, Charles Garnier n’était pas invité.

In fine, l’histoire se répète et les leçons du passé ne servent pas à grand-chose, sinon à l’anecdote.

Jean-Philippe Hugron

Réagir à l'article


Album-photos |L'année 2018 de Metek

En 2018 Metek s’engage pour parler d’architecture autrement en accompagnant« Crimée enchantée, histoire (s) d’une architecture », (film de Sophie Comtet Kouyaté), et « Villa...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Elizabeth de Portzamparc

Le Musée de la Romanité de Nîmes, événement architectural et culturel contemporain, a été inauguré le 2 juin. Une monographie sur le travail d’Elizabeth de Portzamparc a été...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 de THE architectes

2018 fut une année studieuse pour THE architectes : 3 concours remportés (130 logements à Saint Herblain, 126 logements à Carquefou, 29 logements Zac Erdre Porterie) ; 4 chantiers démarrés à Vitry,...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Antonini Darmon

Des concours aux chantiers et vice-versa : une année en grand écart, émaillée de quelques récompenses (c’est bête mais ça fait toujours plaisir…) Ces récompenses, nous les avons...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de GPAA (Gaëlle Péneau architecte et associés)

Cette année a été marquée par un grand nombre de concours réalisés, et deux gagnés à ce jour : la nouvelle école de Design Nantes Atlantique avec l’agence Mimram et Jouin_Manku...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 d'Ibos et Vitart

Rénovation et extension du site du Quai d'Orsay – Ministère des Affaires Etrangères et du Développement International – Paris, France – concours 2016, études en cours   «Le projet...[Lire la suite]