tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Présentation | Une crèche bling-bling pour bébés rappeurs et écolos (10-12-2014)

L'agence Wild Rabbits Architects voulait faire des crèches. Elle y est enfin parvenue, en plein Paris, à Belleville, forte de son label AJAP. L'équipement, livré en mars 2014, tente de faire paysage au milieu d'une cour parisienne. En guise de notice architecturale, Vladimir Doray et Fabrice Lagarde font questions et réponses. 

Notice Architecturale | Education | Cuivre | 75020 | Wild Rabbits Architects

Une densification de coeur d'îlot requalifiant de manière positive le paysage offert aux riverains ?

Nous sommes dans le haut Belleville, au pied d'un vaste ensemble HLM. A la place du terrain de sports délaissé, se trouve à présent un objet un peu abstrait, mi-jardin mi-vaisseau de science-fiction. Le plissé de laiton porte encore des reflets bling-bling de clip de rap qu'une patine terreuse couvrira bientôt, liant plus encore la façade ouest avec la toiture jardin. C'est une crèche mais, pour les riverains, c'est un objet paysage, construit pour bien vieillir.

02(@SGrazia)_B.jpgUn terrain enclavé peut il se révéler ouvert si on le regarde du bon côté ?

La crèche n'est pas directement visible depuis la rue : un auvent signale l'entrée de sa galerie d'accès qui guide le visiteur vers le coeur d'îlot en passant à travers le bâtiment de logements sur rue. Une fois à l'intérieur, les enfants oublient la muraille d'immeubles qu'ils ont traversé pour entrer, tout simplement parce que les salles d'éveil ouvertes sur la cour lui tournent le dos.

La crèche se déploie alors de plain-pied, articulée par des 'boîtes', structurée, aérée, éclairée par un shed central. La façade de ce côté n'a plus rien de mystérieux et les enfants peuvent reconnaître les boîtes qui émergent du mur rideau : un poste de change, une salle de sommeil, etc.

03(@SGrazia)_B.jpgEst-il indispensable qu'un bâtiment fasse la démonstration de ses qualités environnementales ?

Forme compacte et très bon éclairage naturel, enveloppe performante, débits de renouvellement d'air importants et matériaux passés au crible... L'air de rien, la base est assurée. Les 'plus' sont invisibles, issus de mises aux points techniques (ouvrants motorisés asservis pour la VN nocturne en été, sèche-linge étanche pour préserver l'étanchéité du bâtiment...) ou d'une forme d'opportunisme par rapport aux contraintes du site : le bâtiment est construit sur un parking existant en fonctionnement, la structure en kit, acier et bois a été livrée à travers une sorte de terrier creusé dans le bâtiment sur rue. Cette construction légère a évité de renforcer l'infrastructure existante, c'est une économie invisible, d'argent mais aussi d'énergie grise qui booste le bilan carbone du bâtiment.

La toiture jardinée en revanche est plus emblématique. Elle évoque ce que l'on sait des eaux pluviales, de la biodiversité et de l'initier. Elle présente ce que l'on apprend à connaitre, l'arrosage et lutte contre l'ICU. Au-delà d'une démonstration environnementale, cette crèche parle de ce lien très fort entre architecture et végétal qui génère parfois de jolies choses.

Wild Rabbits Architects

04(@WRA)_S.jpgFiche technique

Localisation : 46 bis rue Piat | 75020 Paris
Maîtrise d'ouvrage : Paris Habitat OPH
Maîtrise d'oeuvre : Tribu, Mecobat, Coretude
Architectes : WRA
Auteur du projet : Vladimir Doray
Equipe de conception : Vladimir Doray, Fabrice Lagarde, Martin Robillard
Coût des travaux : 2,9M€
Surface de plancher : 900m²
Date de livraison : 15 mars 2014

05(@WRA)_B.jpg

Réactions

Nikmo | 15-02-2016 à 07:33:00

Putain que c'est laid

Réagir à l'article


tos2016

elzinc novembre

Portrait |Ludwig Leo, le techno-pop berlinois

L’AA School rend hommage à Ludwig Leo, figure discrète de la scène architecturale allemande disparue en 2013. L’exposition, qui fait escale à Londres du 5 mai au 6 juin 2015, a d’ores et...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Il était l'architecte le plus dangereux du monde

L'appréciation n'est pas celle du Courrier de l'Architecte… mais du FBI. Sous la plume de son premier directeur, J. Edgar Hoover, elle cible un américain : Gregory Ain (1908-1988). Ses fréquentations teintées...[Lire la suite]


elzinc novembre

Portrait |Pour ne plus avoir d'a priori, schneider+schumacher

L'architecture allemande est particulièrement méconnue depuis «l'autre côté du Rhin». Elle se résume bien souvent à l'austère image d'une rigueur ascétique, à un art...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Qui sont les architectes de Donald Trump ?

Des honoraires impayés ? Des vidéos sulfureuses ? Des interviews réécrites ? Des commandes providentielles ? C'est un peu le programme réservé aux architectes de Donald Trump. Le Courrier...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Emmanuelle Colboc, comme une feuille délicate sous un rocher

Apposer quelques mots sur l’acte de bâtir. L’ambition est née d’un constat simple ; «Nous parlons d’architecture de façon trop compliquée, ce qui, de fait, l’éloigne du...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Les mégalo-structures de Jon Jerde, un hommage

Il n'est pas dans l'habitude du Courrier de l'Architecte de tenir un carnet et de publier les nécrologies convenues en ces tristes occasions. L'exception fait toutefois la règle. Jon Jerde est décédé le 9...[Lire la suite]