Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil Etudiant

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Brève | 'Rebuild Haiti Homes', projet d'étudiants pour la reconstruction de maisons en Haïti (29-10-2014)

Etudiante en architecture, Coline Madelaine participe à Rebuild Haiti Homes, projet mené par Reclaiming Heritage, une association regroupant des architectes du monde entier, pour aider 30 familles haïtiennes à reconstruire leurs maisons. Pour Le Courrier de l'Architecte, elle revient sur la genèse du projet ainsi que sur le chantier qui s'est déroulé de juin à septembre 2014. Récit.

Quatre ans après le tremblement de terre de janvier 2010, de nombreux haïtiens vivent toujours dans des conditions extrêmement précaires.

'Reclaiming Heritage' est une organisation composée d'étudiants en architecture et d'architectes venant du monde entier. A l'origine de ce réseau, un architecte et professeur chilien, Renato d'Alençon Castrillón, sensibilisé aux problématiques de reconstruction après des catastrophes naturelles auxquelles le Chili est très régulièrement confronté. Le 27 février 2010, à peine un mois après le tremblement de terre en Haïti, le Chili est également sinistré.

C'est suite à cette catastrophe que la Fondation Proyecta Memoria, dirigée aujourd'hui par Patricio Mora, est créée. Elle propose une nouvelle vision de la préservation du patrimoine architectural détruit lors de catastrophes naturelles. Porteurs d'une forte valeur symbolique, les débris sont transformés, réutilisés et recyclés afin de reconstruire des espaces publics plus durables.

Depuis quelques années, Renato d'Alençon Castrillón enseigne à la Technische Universität Berlin (l'Université Technique de Berlin), où il cherche à transmettre à ses étudiants sa volonté d'agir en faveur des populations sinistrées. Ensemble, ils développent 'Reclaiming Heritage' et mènent des projets internationaux, en coopération avec l'université de Berlin, l'université Católica de Chile ou encore l'université Quisqueya en Haïti.

02(@Reclaiming Heritage-DR).jpgReclaiming Heritage (Recupera Herencia en espagnol) explore les potentiels de la réutilisation des matériaux pour une reconstruction post-désastre préservant le patrimoine architectural et ses valeurs culturelles.

Le premier projet réalisé par Reclaiming Heritage a été construit au Chili, dans le village de Chanco. Les étudiants ont conçu un prototype pour la reconstruction d'une maison très endommagée par le tremblement de terre, entièrement réalisée à partir des matériaux de l'habitation détruite.

Depuis, l'association a continué son chemin et s'est investie dans plusieurs projets : en Italie dans la région des Abruzzes (touchée par un tremblement de terre en 2009), au Brésil, dans la favela São Benedito à Vitoria ou encore à Kuala Lumpur, très récemment.

Cette année, l'ensemble de l'équipe de Reclaiming Heritage s'est investie dans un projet pour Haïti. L'histoire de ce projet commence en 2010, peu de temps après le tremblement de terre. L’Association of Collegiate Schools of Architecture (ACSA) lance un appel à idées pour la reconstruction. Federico (Italie), Miguel (Chili), Holly (Australie), Alejandro et Carmen (Espagne), cinq étudiants alors en échange à l'Université de Berlin, y répondent et dessinent un prototype d'habitation qui remporte le concours.

Leur projet propose de reconstruire les maisons sur leurs ruines, afin de permettre aux familles de demeurer dans leurs villages, auxquels elles restent attachées malgré la catastrophe. Les cinq étudiants, à partir des vues satellites, identifient les fondations, murs et débris encore utilisables et en font la base de leur projet. Ils proposent une stratégie de réutilisation de ces éléments, applicable à d'autres sites où les débris seront recyclés afin de paver les rues et de construire des murs en gabions, les plus détruits étant transformés en agrégats pour le béton.

04(@H.Au-M.Delso Paez-F.Rota-A.Garcia Gadea-C.Gomez Maestro)_S.jpgLes étudiants conçoivent plusieurs typologies, basées sur les maisons traditionnelles haïtiennes, les Kay ('maison' en créole) : une structure en bois qui vient s'appuyer sur les fondations existantes, offrant une à deux pièces intérieures et un espace extérieur ombragé en lien avec la rue et l'espace public. Le module est adaptable aux besoins de chaque famille et à l'état des ruines. Pour la construction, deux stratégies sont mises en place : si les murs tiennent encore debout, ils sont renforcés afin de résister à la charge du module d'habitation. S'ils sont trop abimés pour être structurels, ils sont transformés en mobilier pour les espaces extérieurs et les débris servent à remplir les murs et sièges en gabion.

Depuis, Reclaiming Heritage cherche à construire le projet. En décembre 2013, à la demande d'une association à Port-au-Prince, Renato d'Alençon Castrillón et trois étudiants, Federico (Italie), Macarena (Chili) et Anne (Allemagne), partent un mois en Haïti construire l'extension d'une boulangerie. Ce voyage est également l'occasion de rencontrer l'association Fundación América Solidaria, qui leur fait découvrir un éventuel site pour le projet d'habitation.

L'association, déjà présente en Haïti avant le tremblement de terre, intervient dans le quartier de Croix-des-Bouquets, situé dans les environs de Port-au-Prince. Elle a permis la construction de plus de 150 maisons, 3 maisons communautaires et 3 bibliothèques. L'objectif d'América Solidaria est d'offrir à des familles sans abri les matériaux nécessaires à la réalisation d'une maison. Ciment, acier, parpaings, bois, tôle et autres sont ainsi fournis aux familles qui sont chargées elles-mêmes de la construction. 

Très rapidement, América Solidaria se rend compte de l'incapacité des familles à bâtir leurs habitations et est obligée d'engager des professionnels pour les épauler. Cela entraine d'importants coûts supplémentaires qui obligent l'association à faire des économies sur les matériaux. Les maisons sont en apparence bien construites mais le tremblement de terre révèle de gros problèmes structurels (poteaux en béton avec seulement un acier en guise de renforcement, portes et fenêtres sans linteau, aucune poutre, etc.). De fait, les habitations n'ont pas résisté au tremblement de terre et América Solidaria a proposé à l'équipe de Reclaiming Heritage de travailler sur le site, afin de les aider à mettre en place un programme de reconstruction.

05(@Reclaiming Heritage-DR)_B.jpgLe projet s'organise depuis un an et a débuté au printemps dernier. L'objectif pour cette année est de permettre la réparation de 30 maisons dans les villages de La Galette, La Ferronay et Roche Blanche, à quelques kilomètres de Croix-des-Bouquets, en périphérie de Port-au-Prince. De mai à septembre 2014, les étudiants et architectes, tous bénévoles, se sont relayés en Haïti.

Oscar (Espagne), Anne (Allemagne), Manu (Colombie), Holly (Australie) et Renato sont les premiers sur place. Avec le soutien de deux haïtiens, Micheler (responsable du projet en Haïti) et Son-Son (traducteur), ils organisent les rencontres avec la communauté, répertorient les maisons et sélectionnent les 30 qui seront reconstruites en premier, pour lesquelles ils réalisent des plans spécifiques.

Les maisons sont classées en cinq catégories en fonction de leur état (de la maison très peu endommagée à la maison complètement détruite). Cela permet de définir les différentes interventions pour chacune d'entre elles : les moins détruites pourront bénéficier d'une extension, les partiellement détruites d'une réparation et les entièrement détruites d'une complète reconstruction. Un budget est établi pour chaque catégorie, allant de 300$ (soit environ 235€, ndlr.) pour les moins endommagées à environ 1.200$ (soit environ 942€, ndlr.) pour les plus détruites.

En parallèle de ces relevés, l'équipe forme une coopérative composée d'habitants des trois villages. Tous bénévoles, ils s'engagent à travailler sur les chantiers de reconstruction du lundi au vendredi (relativement exceptionnel en Haïti, où le vendredi fait déjà partie du week-end). Ils ont entre 16 et 60 ans, sont maçons ou simplement paysans, mais ont en commun la volonté d'apprendre de nouvelles techniques constructives et d'aider le projet à se réaliser.

06(@Reclaiming Heritage-DR)_S.jpgPendant ce temps, à Berlin, Paris ou encore Madrid, les autres membres de Reclaiming Heritage apportent un soutien technique, administratif et financier à l'équipe en Haïti. Un groupe d'étudiants à la TU Berlin, par exemple, dessine les plans des maisons et propose des solutions techniques en fonction des matériaux disponibles sur place (gabions, structure bois à remplissage). Une campagne de crowdfunding sur Internet a été organisée de mai à juillet.

En juillet, le chantier débute. Coline et Maëlle (France), Natalia et Amparo (Espagne), Ilektra (Italie), Fariborz, Emily, Felix, Sarah, Kilian et Armin (Allemagne), Macarena et Gonzalo (Chili), avec le soutien de Renato d'Alençon Castrillón également sur place, organisent la construction. Logés dans une maison rustique à proximité du village (sans eau courante ni électricité), ils passent deux mois sur place. En groupe de deux à trois (tous n'ont pas pu rester les deux mois), ils coordonnent le chantier d'une Kay, avec un groupe de coopérativistes haïtiens.

Toutes les maisons sont construites en parpaings (très répandus en Haïti et considérés comme le seul moyen de bâtir), avec une structure de poteaux en béton mais sans poutre, et sont couvertes de tôle. Généralement composées d'une pièce unique, sans salle de bain ni toilettes, elles disposent toutes d'un petit porche à l'entrée de la maison, qui offre un espace extérieur ombragé. Elles sont toutes très sombres et humides à l'intérieur, à cause du manque de fenêtre, de ventilation et de la mauvaise qualité des sols.

07(@Reclaiming Heritage-DR)_S.jpgLe travail de réparation consiste d'abord à résoudre les problèmes structurels spécifiques à chaque maison : remplacement des poteaux trop abîmés, coulage de nouveaux poteaux et poutres lorsque nécessaire, reconstruction des murs branlants, ajout de linteaux à toutes les portes et fenêtres, consolidation des charpentes et remplacement des tôles du toit perforées.

Ensuite, pour chaque maison, l'équipe cherche à optimiser le budget afin de répondre au mieux aux besoins et demandes des familles : crépissage et enduisage des murs, réalisation de nouvelles dalles de béton au sol, cirage du béton, remplacement et réparation des portes et fenêtres, création de nouvelles ouvertures, construction de murs intérieurs, terrasses extérieures...

Pour les extensions, l'équipe cherche à introduire de nouvelles techniques constructives, auxquelles les haïtiens sont très réticents au premier abord. Pour l'extension de la Kay 1, Darline, la propriétaire, a catégoriquement refusé tout autre matériau que les parpaings. Les propriétaires de la Kay 3, une famille de 6 personnes, a été plus ouverte. Les murs sont construits en structure bois, remplis ensuite de gravats, récupérés dans les différentes ruines du village, tenus par du grillage fin et sont ensuite enduits de crépi, à base de ciment et de sable. Finis, ils ont le même aspect que des murs en parpaings mais sont plus économiques et se comportent mieux lors de tremblements de terre. De même, pour les Kay 2 et 7, le raccord entre les murs et le toit a été réalisé en bois.

03(@Reclaiming Heritage-DR).jpgLa présence de Reclaiming Heritage en Haïti a soudé les coopérativistes et leur a donné la motivation et les connaissances nécessaires pour mener le projet à bien. Afin de leur permettre de travailler en autonomie après son départ, l'équipe de Reclaiming Heritage a organisé des workshops pour leur apprendre à analyser les problèmes structurels de chaque maison, à dessiner et lire des plans, à définir les interventions nécessaires, calculer le budget pour chaque maison et à rédiger les accords de construction avec les familles.

Depuis le départ de l'équipe, les coopérativistes, coordonnés par Micheler et Son-Son, ont achevé la construction de 8 nouvelles maisons (soit 14 au total). Ils sont plus efficaces, sachant quelles erreurs ils ne doivent pas reproduire, plus soucieux des problèmes structurels et de la qualité de ce qu'ils réalisent. Début novembre, Carmen (Espagne), une jeune architecte qui a participé au projet au Chili, ira en Haïti durant 2 mois, pour apporter un soutien technique aux coopérativistes et assurer la communication entre Haïti et l'équipe de Reclaiming Heritage.

08(@Reclaiming Heritage-DR)_B.jpgA la TU Berlin, Renato, Emily et Fariborz organisent un nouveau séminaire afin de monter une exposition et de dessiner les plans des maisons qu'il reste à réparer. Parmi elles, quatre, entièrement détruites, sont une opportunité pour proposer un projet innovant auquel il s'agit de porter une attention particulière.

Une fois les 30 maisons achevées, Reclaiming Heritage souhaite agrandir le projet, en mettant en place la reconstruction de 136 autres maisons et en professionnalisant la coopérative, qui devrait devenir une véritable entreprise où les coopérativistes pourraient être rémunérés.

Coline Madelaine

Pour réunir les fonds nécessaires à la réalisation du projet, Reclaiming Heritage organise une collecte. Si le projet vous intéresse, vous pouvez l'aider à la hauteur de vos possibilités : www.rebuildhaitihomes.org/donate-now/

Pour suivre l'avancement du projet : www.facebook.com/RebuildHaitiHomes

09(@Reclaiming Heritage-DR)_B.jpg

Réactions

Vision Globale | Croix-des-Bouquets | 30-10-2014 à 20:33:00

Nous sommes trs satisfait de ces comptences extrieures qui viennent aider certains jeunes de notre communaut, des chmeurs et ayant plusieurs enfants leurs charges. Ils esprent pouvoir utiliser ces comptences et exercer cette profession un jour. Vous pouvez nous rejoindre pour partager avec nous vos conseils et autres informations utiles notre communaut : vgdhaiti@hotmail.com

Réagir à l'article


Présentation |Grindbakken : l'intervention esthético-scientifique de Rotor

Les études d’architecture ne mènent pas à un seul et unique métier. En témoigne l’activité du collectif belge Rotor, qui s’étend de l’architecture à la recherche en...[Lire la suite]


Projet |La Thelema, un projet participatif de A à Z

Chargé par l’association VillArt* de restaurer une ancienne maison en résidence d’artistes près du centre de Boulogne-sur-mer, Simon Himpens a fait d’une pierre deux coups : le projet sera également...[Lire la suite]

Enquête |HMONP : De la MSP à la VAE ?

Focalisant une partie des débats entre 2003 et 2006, la durée de Mise en Situation Professionnelle (MSP) dans le cadre d’une HMNOP initiale est fixée à six mois minimum. Une période suffisante à la fois...[Lire la suite]

Enquête |HMONP : De la MSP à la VAE ?

Focalisant une partie des débats entre 2003 et 2006, la durée de Mise en Situation Professionnelle (MSP) dans le cadre d’une HMNOP initiale est fixée à six mois minimum. Une période suffisante à la fois...[Lire la suite]

Chronique |Run Run Shaw Media Center : parcours au sein d'une architecture spectacle

Othman Mikou est étudiant en 3e année à l'ENSA Paris-Val de Seine. Son projet Magenta l'emmène en de multiples pays afin d'étudier architectures symboliques, vernaculaires et contemporaines. Après...[Lire la suite]