tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Brève | Grand Prix La tuile terre cuite Architendance : les résultats (27-10-2014)

C'est à l'occasion des 24 heures d'architecture, organisées par le Réseau des Maisons d'Architecture (RMA), qui se sont déroulées à Marseille les 17 et 18 octobre 2014, que le palmarès de la 2e édition du Grand Prix La tuile terre cuite Architendance a été dévoilé : 7 architectes ont été ainsi récompensés. Communiqué.

France

Valoriser de façon contemporaine et avec audace la tuile terre cuite, soit en couverture soit en couverture et façade, tel est le défi lancé pour la deuxième fois aux architectes par les industriels de la tuile terre cuite réunis au sein de la FFTB (Fédération Française des Tuiles et Briques).

Créé en 2012 à la faveur d’un partenariat avec le RMA (Réseau des Maisons d’Architecture), le concours La tuile terre cuite Architendance a vu le jour en même temps que les 24h d’architecture, événement biennal du RMA destiné à éveiller le désir d’architecture chez tous les acteurs du cadre de vie.

Pour cette deuxième édition, 27 nominés ont été retenus pour la grande qualité et l’originalité de leurs dossiers. Parmi eux, 7 lauréats désignés par un jury présidé par Patrick Vettier, Vice-président du RMA, ont reçu un Grand Prix à l’occasion des 24h d’architecture, le 17 octobre, à la Friche Belle de Mai de Marseille.

02(@FFTB-AtelierPoinville-DR).jpgLe palmarès 2014

1. Catégorie tertiaire

1er prix : Atelier Poinville / Extension de la Mairie de Chevilly (45)
«Notre projet est un clin d’oeil aux formes des bâtiments agricoles anciens de la Beauce avec une écriture architecturale à la fois contemporaine, chaleureuse et sobre», résument Martin et Malou Lavaux, architectes associés de l’Atelier Poinville et auteurs de cette réalisation. «La tuile terre cuite nous a permis de créer une continuité avec la brique terre cuite de l’ancien bâtiment».

Pour respecter la volumétrie de la mairie existante, il fallait partir du toit. La pente inférieure à 35° nécessitait de la tuile, et de la tuile plate, traditionnelle dans l’architecture beauceronne. La tuile plate se décline selon trois teintes différentes, dans des proportions différentes également, allant du rouge orangé aux nuances de sablé. Cette harmonie créé une vibration sur la façade, instaurant un dialogue avec la brique du bâtiment ancien. Le résultat donne un aspect texturé et chaleureux.

La terre cuite, matériau dit traditionnel, est mis en oeuvre de façon très contemporaine, afin que la construction neuve, bien que respectueuse du patrimoine, assume pleinement son époque.

03(@Nicolas Waltefaugle-FFTB-Thierry Gheza).jpg2e prix : Thierry Gheza Architecte / Pôle éducatif de Vy-lès-Lures (70)
Dans cette toute petite commune, il s’agissait d’inscrire un bâtiment dédié à l’enfance sur un site aux architectures hétérogènes, avec comme impératif un toit en pente légère. «Notre idée a été de créer une liaison visuelle avec le paysage, un mur avec un toit qui fasse signe dans le village», explique l’architecte Thierry Gheza. «Cette insertion a été résolue grâce à l’emploi de tuiles en terre cuite qui apportent un relief et des couleurs modernes».

Le choix s’est porté sur une tuile à côte, afin de répondre à la pente très faible du toit, et surtout pour la multitude de coloris offerte par ce modèle. 5 teintes sont ici utilisées : ardoisé, rouge, brun, rouge flammé, sablé champagne. A cela s’ajoutent quelques tuiles de verre sur la façade principale, implantées de façon aléatoire, rétro éclairées depuis les combles, qui participent ainsi à l’éclairage du bâtiment, à l’image d’une constellation.

04(@Paul Raftery-FFTB-Edouard Francois).jpg2. Catégorie collectif

1er prix : Maison Edouard François / 60 logements locatifs sociaux à Ris-Orangis (91)
Ce bâtiment a pris place sur le site désaffecté d’une ancienne gendarmerie, derrière les tours et barres du plateau de Ris-Orangis.

Edouard François décrit ainsi la genèse : «Dans cette fin de ville, où seule la sortie était indiquée, la question de l’entrée est devenue obsessionnelle. La fuite centrifuge devait être inversée en une attraction centripète. L’entrée devait être réécrite : ainsi 'l’Orange' de Ris est née».

Edouard François veut une tuile... orangée naturellement, celle en terre cuite gaufrée des pavillons. Recouvert en totalité par cette tuile, comme une carapace, le bâtiment prend des allures de gros insecte qui renvoie à un grand hangar industriel. Il devient un signe positif, volontairement coloré et plein d’une matérialité attachante.

2e prix : Société Taillandier / Logements et locaux commerciaux à Plaisance-du-Touch (31)
La réalisation de la place Bombail est un projet de renouvellement urbain majeur pour la ville de Plaisance-du-Touch. A la croisée du secteur sauvegardé de la bastide ancienne et du tissu pavillonnaire, le règlement de la zone historique impose la brique en façade et la tuile canal en toiture.

«Nous avons donc réinterprété les éléments vernaculaires de la région de manière contemporaine, pure et sobre», explique Pierre-Louis Taillandier. «Et nous sommes allés jusqu’au bout de la démarche. Ainsi, la toiture est totalement épurée, sans chéneaux (ils sont encastrés) ni gouttières visibles. C’est à la fois très contemporain et très traditionnel car à l’époque cela n’existait pas donc ne se voyait pas».

05(@FFTB-SKP Architecture-DR)_B.jpg3. Catégorie maison individuelle

1er prix : SKP Architecture / Maison de vacances à l’Ile d’Yeu (85)
«La difficulté d’un projet architectural sur l’île d’Yeu tient aux réglementations très strictes en matière de construction neuve», raconte Jonny Sturari, architecte associé. «Nous avons donc respecté parfaitement les impératifs, notamment une certaine sobriété côté rue et l’utilisation des tuiles canal très typiques de l’île. La créativité s’est joué côté jardin, avec 3 bâtiments et de grandes verrières qui favorisent l’ensoleillement toute la journée».

Trois volumes se groupent autour du jardin et sont interrompus par un patio minéral qui se glisse entre les espaces communs et les chambres des invités. L’implantation de la villa est en syntonie avec la topographie naturelle du site et les constructions environnantes, tout en offrant sa personnalité propre.

06(@Luc Boegly-FFTB-Bruno Rollet)_B.jpg2e prix : Bruno Rollet Architecte / 23 logements individuels groupés à Montgeron (91)
Sur ce coteau longé par une route nationale 2x2 voies, l’architecte observe les petites rues, les jardins, les maisons environnantes avec leurs toits... et prend l’inspiration sur l’une d’entre elles.

Voilà l’idée de Bruno Rollet : «Créer des habitats de qualité, lumineux et proches de la maison individuelle, avec des toitures. J’ai pris une maison et je l’ai dupliquée, surélevée, multipliée en quinconce, en mettant un jardin au milieu de l’ensemble. Nous avons donc désobéi à la maîtrise d’ouvrage qui voulait un mur anti-bruit !».

Chaque maison accueille un grand logement au rez-de-chaussée et des duplex aux étages. Toutes ont jardin ou terrasse orienté vers le soleil. Il n’y a ni hall ni circulations communes car les accès sont individualisés. L’architecte habille ensuite les maisons, murs et toitures, d’un manteau de tuiles noires. Une protection à la fois phonique et thermique.

Grand Prix Spécial Jury : Fresh Architectures / 16 logements locatifs, boulevard de la Villette, Paris 10e
«Devant la localisation particulièrement visible du projet, nous avons voulu dès le départ unifier l’enveloppe du bâtiment avec un matériau unique intégrant la toiture et la 5e façade», commente Julien Rousseau, architecte associé de Fresh Architectures. «Dès le départ également, nous avons souhaité un matériau brillant qui reflète le carrefour et ses lumières. Le tout fait apparaître comme une alcôve scintillante et protectrice dans un environnement en mouvement perpétuel».

Les contraintes environnementales exigent une isolation par l’extérieur. La tuile terre cuite s’est donc imposée pour la richesse de ses qualités. Elle n’est pas affectée notamment par les dépôts de pollution qui se nettoient naturellement avec la pluie. Le choix se porte sur une tuile plate vernissée, facettée, biseautée, de couleur blanche. En réalité, 6 nuances de tuiles sont utilisées : 3 dégradés de blanc-gris clair sur le toit et la majorité des murs, et 3 dégradés de noir et lie de vin sur le mur d’angle, mélangeant de manière aléatoire des tuiles mates et des tuiles brillantes. Le résultat offre une façade-écrin.

07(@FFTB-Fresh Architectures-DR)_B.jpgLes lauréats ont reçu un Trophée en tuile terre cuite, réalisé en série limitée pour l’occasion par l’artiste Arnaud Vasseux, spécialiste d’oeuvres créées à partir de matériaux et de matières brutes.

Nominés et lauréats ont fait l’objet d’une exposition inédite durant une semaine, à la Friche Belle de Mai de Marseille, du 17 au 24 octobre 2014 : les différentes réalisations ont été projetées en video-mapping sur un mur de 10m de long. L’animation dynamique des images a été rythmée par une musique créée à partir de sons d’usine, 'Le refrain au travail', mystérieusement jouée par le clavier d’un piano.

«Ce palmarès reflète vitalité et richesse de l’architecture contemporaine française et la contribution décisive que peut apporter la tuile terre cuite dans la diversité des usages, tant en couverture qu’en façade», a conclu Jacques Llados, porte-parole de la FFTB, lors de la soirée de remise des Grands Prix de cette 2e édition du concours La tuile terre cuite Architendance.

08(@FFTB-DR)_B.jpg

Réagir à l'article


tos2016

elzinc

Portrait |Pour ne plus avoir d'a priori, schneider+schumacher

L'architecture allemande est particulièrement méconnue depuis «l'autre côté du Rhin». Elle se résume bien souvent à l'austère image d'une rigueur ascétique, à un art...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Marina Tabassum, une architecte à Dacca

Lauréate du Prix Aga Khan 2016 pour la mosquée Bait-ur-Rouf située à Dacca, Marina Tabassum dessine les contours d'une pratique originale de l'architecture au Bangladesh, loin des majors de la construction et autres grands...[Lire la suite]


elzinc

Portrait |Bartolo Villemard, les pilotes de la métamorphose

L’image, l’objet, la forme, le contexte… autant de tartes à la crème ! Eric Bartolo et Jérôme Villemard en sont pleinement conscients. Toutefois, le duo se refuse de participer au jeu des mots...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Poy Gum Lee, des gratte-pagodes de New York à Shanghai

Tuiles vernissées sur gratte-ciel Art déco… un bien étrange syncrétisme visible, entre autres, à Shanghai. Mais quelle ville n’a pas eu la tentation d’adopter la modernité et de la...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Sandra Planchez face à l'appel de la nouveauté

Tout nouveau, tout beau ? Sandra Planchez témoigne d’un goût immodéré pour la nouveauté. Il n’y a là pourtant rien d’une fuite en avant - qu’elle condamne par ailleurs - ni...[Lire la suite]

Erratum : crédit image : cantin-planchez-DR
elzinc

Portrait |Pour ne plus avoir d'a priori, schneider+schumacher

L'architecture allemande est particulièrement méconnue depuis «l'autre côté du Rhin». Elle se résume bien souvent à l'austère image d'une rigueur ascétique, à un art...[Lire la suite]