Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil Etudiant

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Brève | Prix de la jeune architecture de la Ville de Lyon 2013 - 13e édition (10-10-2014)

Depuis 2001, la Ville de Lyon met en oeuvre le Prix de la jeune architecture - PJA aux côtés de l’ENSAL. Rendez-vous annuel inscrit dans le calendrier de l’école et dans le parcours de ses étudiants, le Prix de la jeune architecture a pour vocation de favoriser l’insertion professionnelle des jeunes architectes, la diffusion de la culture architecturale auprès des publics et de rendre compte de l’innovation pédagogique de l’ENSAL. La remise officielle des prix s'est déroulée le 25 septembre 2014, dans le grand salon de l'Hôtel de Ville. Communiqué.

ENSA Lyon | Lyon

La promotion 2012-2013 a présenté 121 projets de fin d'études en juillet 2013. Les étudiants retenus pour la participation au Prix de la jeune architecture - soit 32 PFE - ont obtenu l'une des cinq meilleures notes de leur domaine d'études - DEM.

La mise en place des nouveaux programmes en septembre 2010 a permis de réorganiser les départements de master en créant des domaines d'études propres à l’ENSAL. A la fin de la licence, les étudiants s'engagent dans un parcours approfondi et se fabriquent ainsi une posture en lien avec une ou des thématiques qui leur tiennent à coeur. Ces domaines d’études n’ont pas la prétention de devenir une spécialité mais plutôt de colorer le parcours des étudiants.

La seconde année de master est depuis composée de cinq domaines d'études de master rattachés à des laboratoires ou équipes de recherche et à des partenaires variés (écoles, collectivités, etc.) :

  • > Stratégies et pratiques architecturales avancées ;
  • > Architecture, ambiances et cultures constructives ;
  • > Architecture, formes, transformations ;
  • > Matérialité et architecture des territoires ;
  • > Architecture, villes, périphéries.

Afin de comparer des projets de fin d'études portant sur la même thématique, les catégories de prix sont calquées sur les domaines d’études.

Cinq prix sont décernés selon les catégories suivantes :

  • > Architecture et nouvelles urbanités ;
  • > Architecture, ambiances et cultures constructives ;
  • > Architecture et matérialité ;
  • > Architecture et patrimoine ;
  • > Architecture de périphéries.

Présidé par Frédérique Martinent, directrice de l'aménagement urbain de la Ville de Lyon, le jury* s'était tenu le 13 mars 2014 pour étudier les projets.

Le 25 septembre 2014, environ 200 personnes, dont des acteurs locaux et professionnels de renom, se sont réunies pour assister à la 13e édition du Prix de la jeune architecture de la Ville de Lyon. «Ce Prix jette un pont entre les futurs diplômés et la profession - les architectes, les promoteurs, les constructeurs, les élus - qui peuvent puiser dans ce vivier de talents de demain», a déclaré Michel Le Faou, adjoint au Maire délégué à l’aménagement, l’urbanisme, l’habitat et le logement.

Les projets récompensés cette année s’inscrivent dans une démarche prospective et innovante au coeur des problématiques contemporaines : transition énergétique, valorisation d’édifices existants, habitat collectif, renouvellement urbain.

Les cinq projets lauréats se sont démarqués par les réponses apportées à ces questions majeures. De plus, cette année, le jury* a décidé de mettre à l'honneur un projet particulier en décernant un Grand Prix.

Le palmarès

Yan Roche est récompensé du Grand Prix de la jeune architecture pour son projet 'Habiter Genève la Jonction' dans la catégorie 'Architecture et nouvelles urbanités'.

02(@Yan Roche)_S.jpgSite industriel toujours en fonctionnement et au patrimoine naturel considérable, le quartier de la Jonction ne présente cependant pas les caractéristiques propres à une domestication à court terme. 

Dans cette mesure, comment s’inscrire et intervenir sur ce territoire tout en saisissant les opportunités qu'il offre ?

L’insertion d’une opération de logements, même si elle doit initier et assumer une dynamique urbaine, doit aussi pouvoir proposer une apparence rassurante et harmonieuse malgré un contexte urbain difficile. 

Succède à ce volontarisme la détermination d’affirmer la construction de la ville en ville. La densité, dont seule la ville constituée possède le secret, doit être envisagée comme un potentiel et non comme une contrainte. Celle où l'homogénéité s'exprime au travers d'éléments singuliers et du rapport éminemment simple à un mur, une cour, une fenêtre... Quand la poétique du lieu se mêle à la qualité de l’usage et de la construction.

Floriane Deléglise et Emilie Ettori sont les lauréates de la catégorie 'Architecture, ambiances et cultures constructives' pour leur projet 'LABO63'.

Comment dynamiser l'économie d'une commune rurale ? Comment la rendre attractive et compétitive à l'échelle de sa région, au vu des moyens limités dont elle dispose ? Comment améliorer le confort de vie de ses habitants et la qualité de la production architecturale ?

Face à la dé-densification des campagnes et l'attrait des grandes villes, c'est un enjeu national sur lequel nous avons choisi de travailler. Conscientes des potentiels qu'offre la ville d'Ambert, nous avons cherché à tirer parti de tous les moyens matériels et intellectuels présents sur le site.

LABO63 - acronyme de laboratoire ambertois du bois d’oeuvre - est un bâtiment au programme inédit : un pôle de formation et d’innovation sur la construction bois. Exploitant la voie ferrée et le bois local, cette coopérative artisanale s'unit à une municipalité ouverte d'esprit pour créer un projet engagé.

Il démontre que l'association des savoir-faire et le partage des moyens permet d'amorcer la constitution d’une communauté, capable d’inventer ses propres codes adaptés à un système de production architectural, rural et local, compétitif à son échelle.

03(@Floriane Deleglise-Emilie Ettori).jpgCharlène Azé et Pierre Dumas sont récompensés pour leur projet 'Expérience de la durée' dans la catégorie 'Architecture et matérialité'.
Le projet de ces deux étudiants est né d'une rencontre avec un lieu et le désir d'une pratique collective de l'architecture.

'L’expérience de la durée' propose un processus de mutation pour la friche ferroviaire de la gare de triage de Badan à Grigny. Notre projet prend appui sur la situation stratégique du lieu, ses qualités paysagères, les problématiques de dépollution et les dynamiques culturelles à l’oeuvre au sein du Grand Lyon. Il engage également une dynamique d’expérimentation de l’espace par le corps et les sens pour penser l’architecture. L’organisation d’événements éphémères va intervenir le temps d’un changement d’image pour révéler des possibles...

Viendra ensuite le temps de la résidence artistique permettant une appropriation des lieux. Enfin, suivra une réhabilitation plus lourde, pour une occupation de longue durée, où la rotonde deviendra un Centre national des arts de la rue, au coeur d’un parc sauvage habité, épicentre d’une régénération urbaine et paysagère.

Le récit du projet s’inscrit dans un développement lent qui laisse le temps aux usagers d’expérimenter et de s’approprier le lieu par une démarche qui envisage le futur comme une direction variable

04(@Charlene Aze-Pierre Dumas)_S.jpgPaloma Delhaye et Mariette Piéjak sont récompensées pour leur projet 'Pôle sur l’écologie urbaine' dans la catégorie 'Architecture et patrimoine'.

Fondement de notre approche des héritages bâtis, la redécouverte, l’étude et la réinterprétation des traces laissées par l’usine Renault Véhicules Industriels, actuelle friche industrielle à Lyon, permettent de lier notre intervention avec le site et son histoire. Notre projet vise à transformer l’espace pour que de la rencontre entre le passé, le présent et l’avenir, se crée une interaction garante de l'histoire et de la pérennité du lieu.

Notre proposition, audacieuse, parfois perçue comme radicale, exprime néanmoins le fort potentiel d’évolution de ce patrimoine, en adéquation avec les préoccupations actuelles de durabilité, et tournée vers une nouvelle considération des héritages architecturaux

05(@Paloma Delhaye-Mariette Piejak)_B.jpgMarjorie Neveu-Smeets, Charles Pollet et Juan-Pablo Soto-Salazar ont remporté le Prix de la catégorie 'Architecture de périphéries' pour leur projet urbain 'Derrière le mur'.

Grange Blanche est un ancien foyer industriel, marqué par l'imbrication entre des petites unités de production à l'abandon et des ouvrages opportunistes de spéculation immobilière. Cette diversité hasardeuse implique une séparation aberrante des espaces collectifs, partagés à l'aveugle au fil des acquisitions foncières.

La friche RVI, ancien berceau des camions gros porteurs, est aujourd'hui en déshérence. Et la trace historique ne se trouve pas forcément dans la conservation d'un édifice en délabrement.

Nous avons donc pris le parti de débarrasser l'emprise de l'usine d'une construction oubliée pour que la nature reprenne sa place au sein de l'urbain. Déshabillée de ses poteaux, cette parcelle offre un potentiel hors du commun pour donner au quartier le socle d'une nouvelle identité : un parc de taille considérable. Le fil rouge du projet réside en cette création de cellules urbaines 'villes dans la ville'.

Profiter de la cohabitation des différents types d'habitat et de la réorganisation des coeurs d'îlots pour permettre à la ville d'encaisser rapidement les changements de dynamiques et rendre possible les activités au pied des habitations : une certaine forme de connexion directe entre l'habitant et son quartier.

06(@M.Neveu-Smeets-C.Pollet-J-P. Soto-Salazar)_B.jpgLes projets de fin d'études récompensés sont exposés parmi les 32 projets sélectionnés depuis le 26 septembre et jusqu'au 2 novembre 2014 à Archipel, centre de culture urbaine (21 place des Terreaux, Lyon 1er), du mardi au dimanche, de 13h00 à 19h00 sauf jours fériés.

L'ensemble des projets de fin d'études de la promotion 2012-2013 est consultable sur un site internet dédié : http://pfe.lyon.archi.fr

07(@Yan Roche)_B.jpg* Le jury était composé de : Frédéric Auclair, architecte et urbaniste en chef de l'Etat / Sébastien Sperto, architecte DPLG et urbaniste / Florence Lipsky, architecte, maître-assistant à l’école nationale supérieure d’architecture de la ville et des territoires de Marne-la-Vallée / David Cortier, responsable des relations institutionnelles à la SERL / Stéphanie Chemtob, responsable des relations avec les publics à Lyon Confluence / Marcos Garcia-Rojo, architecte, enseignant à l'Université de Columbia / Charlotte Vergély, architecte DPLG, Grand Prix d’Architecture, Ville de Lyon - 2005 / Pierre Franceschini, architecte et urbaniste en chef de l'Etat, chef du service territorial de l'architecture et du patrimoine du Rhône / Noël Brunet, architecte, diplômé de l’ENSAL, président de l’Ordre des architectes Rhône-Alpes / Catherine Grandin-Maurin, architecte et urbaniste, directrice du CAUE du Rhône

Réagir à l'article


Actualité |Collectif Etc. promeut à vélo la ville citoyenne

D’une part, un tour de France à vélo. D’autre part, des projets réalisés par de jeunes architectes avec la participation de citoyens conquis. Cela donne 'Détour de France', périple conçu et...[Lire la suite]


Chronique |Run Run Shaw Media Center : parcours au sein d'une architecture spectacle

Othman Mikou est étudiant en 3e année à l'ENSA Paris-Val de Seine. Son projet Magenta l'emmène en de multiples pays afin d'étudier architectures symboliques, vernaculaires et contemporaines. Après...[Lire la suite]

Actualité |Erasmus, quoi, où, quand, comment ?

'L'herbe est plus verte ailleurs', 'les voyages forment la jeunesse'... Autant d'adages pour motiver un jeune étudiant en architecture à prendre la poudre d'escampette. Le programme d'échange Erasmus est l'opportunité de...[Lire la suite]

Chronique |En Finlande, Eco-Viikki, un quartier durable, une communauté urbaine

Othman Mikou est étudiant en 3e année à l’ENSA Paris Val-de-Seine. Son projet 2011/2012 consiste en un périple au travers de 19 pays en 10 mois afin d’études d’architectures, que ces...[Lire la suite]

Chronique |Promenade dans les mégalopoles d'Asie du sud-est

Othman Mikou est étudiant en 3e année à l'ENSA Paris-Val de Seine. Son projet Magenta consiste en un périple au travers de 19 pays en 10 mois afin d'étudier architectures symboliques, vernaculaires et...[Lire la suite]