Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil International

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Italie | A la botte des architectes, la crise avance mais le gaspillage ne s'arrête jamais (24-09-2014)

Avec l'Exposition Universelle de 2015 à Milan, les projets les plus fous naissent dans la péninsule italienne. Un article paru le 17 septembre 2014 dans le quotidien La Stampa, signé du journaliste Giuseppe Salvaggiulo, évoque le dernier épisode de cette hystérie à Côme, en Lombardie. Un starchitecte, un lac, une tour... des euros par centaines de milliers...

Culture | Bâtiments Publics | Italie | Daniel Libeskind

Contexte
A l'occasion de l'Exposition universelle de Milan en 2015, l'association des entrepreneurs locaux 'les Amis de Côme' souhaite ériger une tour - du moins, une «oeuvre d'art» - au milieu du lac. Signé d'un starchitecte - Daniel Libeskind - bien sûr ! Coûtant 800.000 euros minimum, bien entendu ! Alors que plusieurs chantiers, du nord au sud de l'Italie, sont à l'arrêt et que la crise économique ne semble pas endiguée, la Mairie, au lieu de réfléchir à la façon d'exploiter le patrimoine existant, plutôt important, se prononce en faveur de la réalisation de ce nouveau projet. Stratégie urbaine ou délire ?
CG

A COME, LA DERNIERE REVOLTE CONTRE LES STARCHITECTES
Giuseppe Salvaggiulo | LaStampa.it

COME - Une sculpture monumentale haute de 20 mètres (soit plus ou moins une construction de sept étages), plantée en plein milieu du Lac de Côme. Voilà le projet. Il est question de rendre hommage à la mémoire du scientifique Alessandro Volta* et de promouvoir la ville de Côme pendant que l'Exposition Universelle battra son plein à Milan en 2015.

Pour réaliser l'ouvrage, l'association des Amis de Côme a fait appel à Daniel Libeskind. Elle se montre prête à dépenser - avec l'approbation de la Mairie - 800.000 euros pour s'offrir l'oeuvre d'un starchitecte, auteur notamment du plan directeur de Ground Zero à New York.

Le projet, pour l'instant Top Secret, a tout de même provoqué des débats. L'Ordre des Architectes de Côme le conteste et un groupe d'associations a fait appel contre l'injure paysagère que représente ce dessein.

02(@EVanBuuringen)_S.jpgLa population avance les hypothèses les plus vastes quant au projet : s'agirait-il d'une tour, d'une énorme lampe ou bien d'une cascade ?

«Rien de tout ça», répond Daniele Brunati, membre des Amis de Côme. «Elle sera une oeuvre d'art contemporain, une icône lumineuse. Un profil léger mais complexe, composé de matériaux et technologies innovants. Transparente à l'intérieur, elle sera une attraction touristique», dit-il.

Il y a cinq mois, l'association a présenté le projet à l'Ordre des Architectes, recevant un verdict des plus clairs-obscurs. «Nous ne sommes pas contre Daniel Libeskind, bien entendu. Nous ne critiquons pas la qualité du projet mais son implantation qui interfère avec la délicatesse du paysage», a déclaré Michele Pierpaoli, Président de l'Ordre. La question du «leadership monumental» est pointée du doigt : la construction hors d'échelle ferait disparaître le lac.

Le cas de Côme n'est pas isolé. Il y a, en Italie, des dizaines de controverses similaires mêlant population locale, starchitectes et gouvernement. Ces affaires ont parfois des conséquences judiciaires. Les oeuvres sont contestées, bloquées, boycottées, abandonnées.

Les exemples sont légion. Nous pourrions évoquer la Cité du Sport à Rome, délaissée, un véritable hymne au gaspillage. Ou encore le Pont de la Constitution à Venise, pour lequel Santiago Calatrava a été traduit en justice à cause de plusieurs dommages, estimés à quatre millions d'euros. Ajoutons le nouveau gratte-ciel signé Massimiliano Fuksas à Turin, dont la construction risque aussi de terminer en bataille.

03(@DR)_S.jpgAprès avoir vénéré pendant vingt ans les starchitectes, nous sommes arrivés à un point de satiété, au rejet même. La faute aux projets imposés et non «participatifs», à la suprématie du marketing sur l'urbanisme, à la vanité formelle sur la fonction.

Aussi, la Biennale de Venise, dirigée par un autre starchitecte, Rem Koolhaas, soutient ce rejet, célébrant le retour aux «éléments».

Giuseppe Salvaggiulo | LaStampa.it | Italie
17-09-2014
Adapté par : Caterina Grosso

* Alessandro Volta (Côme 1745-1827), physicien italien, est connu notamment pour ses travaux sur l'électricité

Réagir à l'article


Album-photos |Architectures Anne Démians

En 2018, à l’agence Architectures Anne Démians, on retiendra de beaux concours. Hôtel du département 92, Réinventer Paris 2, Fondation Italienne. Plus particulièrement celui remporté : Grand...[Lire la suite]

Album-photos |L'année 2018 de Parc Architectes

Cette année Parc Architectes traverse les frontières et les océans avec le démarrage des études pour le Centre culturel de la Polynésie française à Tahiti et sa sélection au concours...[Lire la suite]


Album-photos |L'année 2018 d'Antonio Virga

C’était une année très dense et riche durant laquelle nous avons reçu le prix AMO pour le CHAI – centre d’hébergement et d’accueil international– comme meilleur catalyseur urbain ; les...[Lire la suite]