tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Brève | Mobilier urbain éphémère à Montpellier (14-05-2014)

«L’espace public est à tous, la culture pour chacun, nous voulons offrir aux usagers d’une architecture, d’un quartier, d’un évènement, une expérience visuelle, physique et sociale», écrivent les membres du Collectif Parenthèse, lequel a conçu et construit, dans le cadre d'un travail en concertation avec les habitants de Montpellier, un mobilier urbain éphémère sur le Boulevard du Jeu de Paume. Notice architecturale.

Notice Architecturale | Montpellier | Collectif Parenthèse

Le 10 mars 2014, le Collectif Parenthèse s'est installé dans un local commercial montpelliérain situé au 12 du Boulevard du Jeu de Paume pour une résidence de 2 mois.

Notre objectif a été de mener une réflexion sur ce boulevard en pleine mutation qui, progressivement devient piéton mais n’est pour l’instant qu’un axe de passage.

Il s'agissait également de mettre à l'épreuve notre mode de conception à plusieurs, de s'installer, d'occuper un espace pour 'faire' oeuvre.

Nous avons proposé dans un premier temps une vitrine sous forme de 'work in progress'. Ce temps de restitution a servi à cristalliser les réflexions menées autour de l'interprétation que nous avions de Montpellier et du boulevard du Jeu de Paume en particulier.

02(@Collectif Parenthese)_S.jpgNous avons réalisé deux ouvertures au public pendant la résidence : une au début du mois d'avril où nous avons ouvert le local et recueilli des propositions des habitants et des passants via des petites installations participatives (façades du boulevard et ardoise, cartes interactives...).

A partir de ces propositions insouciantes, nous avons dessiné et construit 5 modules correspondant à 5 usages différents suggérés par le public : un coin d'herbe pour flâner et discuter, un banc 'brumisateur public', des balançoires, une bibliothèque urbaine et un bac à sable avec des transats.

03(@Collectif Parenthese)_S.jpgLes habitants les ont dessinées, proposées et, trois semaines plus tard, elles ont été érigées et ouvertes à tout le monde, du 25 avril au 11 mai !

Dès le premier jour, les passants se sont appropriés les lieux : certains lisaient, allongés dans l'herbe du module 'jardin' ; d'autres se prélassaient dans les transats bois du module 'plage' autour des enfants s'amusant sur les 4 balançoires de l'installation.

04(@Collectif Parenthese)_B.jpgLes projets étaient éparpillés dans le boulevard et reliés entre eux par une maille de ligne qui recouvrait la route, s'accrochant aux filins habituellement utilisés pour les décorations de Noël de la ville.

Cette seconde ouverture a peut-être permis au public de se questionner sur l'influence qu'il peut avoir sur l'espace public...

Ce projet s'est effectué dans le cadre de 'Sortir le grand jeu', une programmation artistique d'un an sur le boulevard, lancée par la ville et gérée par le Bureau des Arts et Territoires.

Collectif Parenthèse

05(@Collectif Parenthese)_B.jpg

Réagir à l'article


tos2016

elzinc novembre

Portrait |Rifat Chadirji, architecte en noir et blanc

Bagdad, aussi inconnue que méconnue. Des années de conflits armés ont détourné architectes, historiens et photographes d'une capitale moderne dont Rifat Chadirji en fut l'un des plus éminents acteurs....[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Bruno Rollet, des nouvelles du front ?

Les conditions difficiles d’exercice du métier d’architecte ou encore la réduction des prérogatives d’une profession amènent de nouvelles pratiques. Dans ce contexte, l’angle d’attaque social...[Lire la suite]


elzinc

Portrait |Fernando Higueras, un brutaliste en l'île

A l’heure où l’architecture peut se limiter à quelques effets de façade – peut-être le seul espace de liberté d’une profession – les regards se tournent, nostalgiques, vers le...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Il était l'architecte le plus dangereux du monde

L'appréciation n'est pas celle du Courrier de l'Architecte… mais du FBI. Sous la plume de son premier directeur, J. Edgar Hoover, elle cible un américain : Gregory Ain (1908-1988). Ses fréquentations teintées...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Loci Anima, de la discrétisation au cabinet de curiosités

Connaissez-vous seulement les post-it solaires ou encore les façades-gouttières ? Il n'y a, chez Loci Anima, pas un projet sans une nouvelle expression. Alors, pour Françoise Raynaud, sa fondatrice, le bonheur paraît...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |L'architecture en Barani-rama

Pour capter une architecture vécue, mais aussi des paysages habités, Christian Barani part «à la dérive». Sa relation avec l'art de bâtir est toutefois récente. Son frère, Marc Barani,...[Lire la suite]