tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Brève | Restructuration de la bibliothèque centrale de Tours : une opération à coeur ouvert ! (16-04-2014)

«Devenue inadaptée aux nouvelles technologies de l’information et aux nouvelles réglementations du bâtiment, la Bibliothèque a subi une intervention lourde... un véritable 'triple pontage'», écrivent Jean Romain Girodet et Corinne Ezavin, architectes associés des Ateliers AFA, au sujet de la réhabilitation de la bibliothèque centrale de Tours, livrée en janvier 2014. Notice architecturale.

Notice Architecturale | Tours | Ateliers AFA

La bibliothèque centrale de Tours appartient à la silhouette de la Ville : bâtiment 'Art Déco' classé Monuments Historiques, elle fut construite sur un plan des années 30 par Pierre Patout, ’architecte de la reconstruction. Mais l’accueil était une zone aveugle et le grand escalier, inutilisé.

Aujourd’hui, par le percement de 2 grandes trémies et par l’ajout de 6 grands puits de lumière, les Ateliers AFA ont rendu à la Bibliothèque son escalier central. Ce hall monumental intègre l’accueil et réhabilite l’escalier central dans sa vocation de desserte des salles de lecture.

Deux nouveaux plateaux de lecture intégrant les nouvelles technologies sont proposés : lecture adultes et musique-cinéma. Ces travaux intègrent l’ajout de monte-charges et d’escaliers de secours supplémentaires.

02(@Philippe Hurlin-Ateliers AFA).jpgAvant / AprèsUne restructuration réussie aboutit à la mise en valeur de la composition d’origine

La bibliothèque évolue, son public change, les technologies de l’information se renouvellent continuellement : l’exercice de la requalification est passionnant. Il s’agit d’adapter ou de réadapter une forme architecturale existante atypique à sa nouvelle fonction.

En réhabilitation, la réussite passe toujours par une parfaite compréhension du bâtiment et par une intériorisation de sa configuration spatiale. Une restructuration réussie ne peut pas se faire dans la négation du bâtiment existant. Elle exige au contraire le respect de sa morphologie initiale et doit aboutir à la mise en valeur de sa composition d’origine.

C’est cette priorité qui prévaut dans notre démarche, qui commence par une prise de connaissance approfondie du bâtiment, de sa conception initiale et de ses pathologies éventuelles. Pour Jean Romain Girodet, l’existant, loin d’être un frein à la créativité, dégage un fil directeur et se révèle finalement être un facteur d’enrichissement du projet.

Avec le temps, les aménagements internes successifs avaient éloigné la bibliothèque de sa cohérence d’ensemble. Mais, malgré ses incohérences, son architecture magistrale et ordonnancée nous a dicté le bon fonctionnement. C’est précisément en se rapprochant de sa conception et de son organisation d’origine que les Ateliers AFA ont restitué le bâtiment à lui-même et optimisé son potentiel et sa fonctionnalité.

Esquisser une direction architecturale

La conception architecturale fut à la fois ascendante et descendante : le projet se situe à la croisée entre la logique émanant du bâtiment existant et celle du programme et des impératifs de fonctionnement.

Un diagnostic architectural et patrimonial a été effectué, en collaboration avec Pierre-Antoine Gatier, architecte des monuments historiques. Aujourd’hui, alors que les architectures de Tony Garnier et d’Auguste Perret sont reconnues à leur juste valeur, la réhabilitation de cette bibliothèque 'Art déco d’après-guerre', conçue par Pierre Patout, est une chance. Le dialogue avec Sybille Madelin-Beau, Architecte des Bâtiments de France, fut une étape de vrais échanges, intéressants et constructifs.

Le bâtiment a livré ses propres contraintes, à prendre en compte : à la suite du diagnostic structure, pour implanter 700m² de rangements mobiles compacts dans un magasin d’archivage existant, nous avons dû renforcer la structure du bâtiment par l’ajout de renforts en 'plats carbone' en sous-faces des planchers.

Le parti architectural s’est dégagé de la rencontre entre les attentes 'descendantes' du programme fonctionnel et les contraintes 'ascendantes' techniques et patrimoniales. Une synthèse aboutie permet à l’établissement de dégager une perception d’unité d’ensemble : le bâtiment peut s’affirmer dans son identité retrouvée.

Le double escalier central retrouve sa vocation de coeur architectural du bâtiment

06(@Philippe Hurlin-Ateliers AFA).jpgAvant / AprèsLa principale 'pathologie' de la bibliothèque venait de son double escalier monumental qui desservait l’ensemble des niveaux du bâtiment... sauf le rez-de-chaussée ! Il en résultait des espaces d’accueil tristes et totalement aveugles.

Remis en valeur, ce superbe volume Art déco a reconquis sa qualité architecturale d’origine et sa vocation de coeur architectural du bâtiment. Par le percement de 2 trémies, ce volume a retrouvé son usage de desserte de tous les espaces accessibles du bâtiment.

Pour le désenfumage, 6 grands lanterneaux ronds ont été troués sur la hauteur d’un étage, positionnés à l’aplomb de percements existants en toiture. 

En matière de sécurité incendie, le statut réglementaire du double escalier était celui d’un escalier de secours 'encloisonné', ce qui prohibait toute activité : pas d’exposition, pas de banque d’accueil...

C’est pourquoi ces travaux ont été accompagnés d’une restructuration du noyau central du bâtiment :

  • > Percement de 2 escaliers de secours dans toute la hauteur du bâtiment ;
  • > Ajout d’un ascenseur public et d’un monte-charge supplémentaire.

03(@Philippe Hurlin-Ateliers AFA)_S.jpgLes salles de lecture : le mobilier conçu avec le bâtiment

La mission des Ateliers AFA a été de concevoir et de mettre en oeuvre des principes qui concilient d’une part, la modernité, la flexibilité et l’évolutivité avec, d’autre part, la prise en compte et le respect de la qualité architecturale du bâtiment.

Ce fut un travail de synthèse entre la nécessité d’adapter le bâtiment à notre époque d’incessantes évolutions technologiques et la prise en compte des prescriptions énoncées par les architectes du patrimoine.

Concepteur des plateaux de lecture de la bibliothèque de l’Alcazar, Jean Romain Girodet rappelle que dans la conception des espaces de lecture, tout part du mobilier ; en effet, l’implantation des tables de lecture et des rayonnages doit permettre d’optimiser à la fois de :

  • > L’éclairement naturel des postes de lecture ;
  • > L’orientation et la circulation du public ;
  • > La nécessaire surveillance par les membres du personnel depuis leur poste de travail.

Le mobilier est en outre le point d’aboutissement de tous les réseaux :

  • > Rayonnages avec éclairage intégré ;
  • > Tables de lecture avec lampes sur pied, prises électriques, prises multimédia, Internet... ;
  • > Mobilier spécifique multimédia (lecteurs DVD, sièges d’écoute...) ;
  • > Banques d’accueil informatisées.

C’est pourquoi les Ateliers AFA furent également chargés d’accompagner la Ville dans son choix d’équipements mobiliers. La bibliothèque devant être un lieu calme, favorisant à la fois la détente, le travail et la concentration, la conception de l’ensemble des salles fut menée avec un acousticien.

Ateliers AFA

04(@Philippe Hurlin-Ateliers AFA)_B.jpgFiche technique

Restructuration de la bibliothèque de Tours
Maître d'ouvrage : Ville de Tours
Architectes : Ateliers AFA
Architectes Associés : SCPA Rouillon Lemaire
B.E.T. : Fluides : LBE / Structure : ADX
Economiste / OPC : Cabinet MIT
Mission : Base Loi Mop + Hqe + Mobilier + Signalétique
Surface d’intervention : 3.000m² (SHON)
Coût : 3.845.000€ HT
Livraison : janvier 2014

05(@Philippe Hurlin-Ateliers AFA).jpg

Réagir à l'article


tos2016

elzinc

Portrait |Il était l'architecte le plus dangereux du monde

L'appréciation n'est pas celle du Courrier de l'Architecte… mais du FBI. Sous la plume de son premier directeur, J. Edgar Hoover, elle cible un américain : Gregory Ain (1908-1988). Ses fréquentations teintées...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |Porro-de la Noue, à la poursuite du conte

L’histoire continue. Un univers de vitraux, d’oiseaux, d’ogives, de seins et de tétons. L’exubérance n’a d’égal que la dignité qu’offre l’architecture à ses usagers....[Lire la suite]


elzinc novembre

Portrait |Jorge Ayala, un architecte sans architecture ?

Jorge Ayala poursuit son activité loin des chantiers, loin même des plans d’exécution. L’horizon du professionnel s’est élargi et l’imaginaire peut aisément s’émanciper des...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Pierre-Alain Dupraz, architecte-topographe

«Pour mes pairs, je serais romand de tendance française», sourit Pierre-Alain Dupraz. De l'autre côté de la frontière, en France, il est, tout simplement, un architecte «suisse». De fait, il...[Lire la suite]

elzinc

Portrait |La fine équipée de Monica Donati

Le collectif avant tout ! Monica Donati s’empresse de présenter tous ses collaborateurs. Elle évoque même avec enthousiasme un nouveau projet d’association - 300% - qu’elle monte avec Margot-Duclot et Paul...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Nuno Teotónio Pereira, le modernisme contre Salazar

Dans la lignée des reconnaissances tardives, après Frei Otto, lauréat du Prix Pritzker 2015, Nuno Teotónio Pereira s’est vu récompensé le 13 avril 2015, à 93 ans, du Prix de...[Lire la suite]