tos

Le Courrier de l'architecte - Retour à l'accueil

Entrez votre e-mail pour vous inscrire

Brève | Résidence intergénérationnelle à Rennes : la campagne à la ville (02-04-2014)

«L'acte fondateur est l'insertion en douceur dans le paysage bocager environnant, dans l’environnement bâti et naturel et la recherche d’un équilibre entre les espaces urbanisés et les espaces verts», écrivent les architectes de l'agence rennaise a/LTA au sujet de la résidence intergénérationnelle, située ZAC Beauregard-Quincé à Rennes. La livraison de leur projet, lauréat en décembre 2013, est prévue en 2016. Notice architecturale.

Notice Architecturale | Rennes | a/LTA

Ce 'fragment de ville' est imaginé comme une ville plus durable, plus ouverte et plus poreuse, générée par la présence de nombreuses transparences visuelles. Ce dispositif facilite l’apparition de nouveaux usages. Les questions de densité urbaine et d’environnement sont également des éléments distinctifs présents dans le projet.

Créer un jardin central, offrir des dégagements ou des vues lointaines à tous (usagers ou passants), donner davantage de fluidité entre l'espace public et privé, sont les premiers outils pour rompre l’isolement des personnes.

03(@a-LTA)_B.jpgLe site d'implantation de la ZAC présente une qualité paysagère exceptionnelle. Sa topographie douce (au droit de notre îlot) ainsi que sa trame bocagère existante, en font un site à caractère tout à fait particulier qu'il convient de respecter, de mettre en valeur à travers la future architecture des bâtiments, la volumétrie, la découpe des gabarits.

De l'extérieur, on imagine jouer avec les transparences, les porosités sur le paysage, en faisant ainsi dialoguer les hauteurs des constructions avec les frondaisons lointaines du paysage.

Nous avons décidé de travailler sur un projet 'paysage' en continuité avec les intentions urbaines et paysagères de la ZAC, enrichies d'une atmosphère de campagne à la ville, territoire de partage, territoire serein dans lequel il est doux de vivre en commun et en bonne entente avec ses voisins.

Le programme sur lequel il nous est proposé de réfléchir est ambitieux : une résidence intergénérationnelle. Cette 'exceptionnalité' doit trouver un écho architectural, à la fois typologique, volumétrique et plastique.

Notre projet est fait de contrastes, de ruptures d'échelle, d'ambiances. La verticalité des façades sur rue dégage une sorte de magie naturelle, car elle semble s’inscrire dans le paysage comme un point dressé, un lieu d’exception qui borne la ville.

02(@FOZR)_B.jpgLe coeur d'îlot, lui, est plus domestique. Les programmes spécifiques du projet, les espaces communs, le jardin partagé, les terrasses des logements, sont traités de manière 'organique'. Le projet est un territoire partagé dans le territoire.

Les échappées du regard depuis les espaces de vie, les terrasses, le jardin ou la salle commune, neutralisent le sentiment d'enclavement au profit d'une richesse de cadrages et de vues lointaines, offertes aux habitants, aux passants et même aux îlots voisins.

'L'éclatement' de l'îlot en fragments horizontaux ou verticaux dégage ainsi des ouvertures et rapports privilégiés, visuels ou en terme d'accès, vers le parc ou le FRAC.

Le coeur d'îlot permet de constituer une trame verte continue, reliant les différents espaces verts existants du quartier de Beauregard (trame verte, lignes bocagères, cheminement vers le FRAC). Il génère une relation particulière entre architecture et nature et devient un espace d’échanges entre les riverains.

Les façades sont largement vitrées, les logements sont lumineux, résolument tournés vers l'extérieur. Le paysage entrera dans les pièces à vivre.

Dans les niveaux supérieurs, les logements partagés offrent une pièce 'en plus', lieu d'échange et de partage, chauffé et isolé, largement vitré et ouvert sur la ville, à la manière particulière d'un atelier d'artiste.

Ces deux systèmes, ces deux couches urbaines s'assoient sur un socle commun, composé d'une alternance de panneaux vitrés et métalliques qui offrent à la fois une échelle urbaine à la hauteur d'un nouveau morceau de ville comme Beauregard et à la fois le confort (organisation, ameublement) pour les futurs occupants des cellules d'activités.

06(@a-LTA)_B.jpgLa salle d'activités et les ateliers d'artistes constituent des éléments référents à la typologie commune de l'activité extérieure de l'îlot. Travaillés sur la base iconique de la maison, ils revêtent une peau en acier Corten. Le lien se fait automatiquement entre ces éléments et le FRAC, illustre voisin en lien visuel direct. Ils sont implantés comme des 'folies' qui auraient glissé dans le mouvement de la trame végétale.

Le projet opère une dichotomie entre les façades rigoureuses, minérales et urbaines, en dialogue avec les constructions existantes de la ZAC et les façades domestiques, en mouvement sur le coeur d'ilot.

Ces ouvrages précis apportent une identité spécifique à l'articulation des couches 'ville' et 'village' du projet.

A l'intérieur de l'îlot, c'est la campagne à la ville : la place du village, les terrasses foisonnantes. S’y ouvrent les halls, cages d'escaliers et paliers qui offrent une multitude de situations d'échanges et de rencontres.

a/LTA

04(@a-LTA)_B.jpgFiche technique

Programme : 123 logements + ateliers d’artistes + jardins partagés
Maître d’ouvrage : Habitat 35 / Aménageur : Territoires
Architectes : a/LTA architectes - Le Trionnaire (x2) - Tassot - Le Chapelain (project manager A. Plantady)
Equipe : Ouest Structures + ALBDO + CDLP + Acoustibel + Desormeaux Paysagistes
Calendrier : Projet lauréat concours décembre 2013 / Livraison : 2016
Surface : 8.350m² SP
Coût : 10.100.000€ H.T.

05(@FOZR).jpg

Réagir à l'article


tos2016
elzinc novembre

Portrait |Antonin Raymond, un architecte sans histoire ?

Les œillères de l’histoire orientent le regard vers des géographies familières et proches. Les ouvrages encyclopédiques sont parfois myopes dès qu’il s’agit d’aborder des objets...[Lire la suite]

Eglise Meguro à Tokyo
elzinc

Portrait |Antonin Raymond, un architecte sans histoire ?

Les œillères de l’histoire orientent le regard vers des géographies familières et proches. Les ouvrages encyclopédiques sont parfois myopes dès qu’il s’agit d’aborder des objets...[Lire la suite]

Eglise Meguro à Tokyo


elzinc

Portrait |Porro-de la Noue, à la poursuite du conte

L’histoire continue. Un univers de vitraux, d’oiseaux, d’ogives, de seins et de tétons. L’exubérance n’a d’égal que la dignité qu’offre l’architecture à ses usagers....[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |L'architecture en Barani-rama

Pour capter une architecture vécue, mais aussi des paysages habités, Christian Barani part «à la dérive». Sa relation avec l'art de bâtir est toutefois récente. Son frère, Marc Barani,...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |Samuel Delmas, archi-sensible

Crèches, unités psychiatriques, centres de formation… En somme, des programmes de la banalité. Samuel Delmas transmue ce quotidien en espaces de qualité. Son art est, de fait, précis. Il repose sur «le...[Lire la suite]

elzinc novembre

Portrait |La fine équipée de Monica Donati

Le collectif avant tout ! Monica Donati s’empresse de présenter tous ses collaborateurs. Elle évoque même avec enthousiasme un nouveau projet d’association - 300% - qu’elle monte avec Margot-Duclot et Paul...[Lire la suite]